17 cartes de France étonnantes, qui prouvent que nous n'avons pas tous le même langage... Crayon de bois, ou crayon gris ?

Par
10 112
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

L'usage de la langue française diffère grandement selon les régions. Il suffit parfois de faire quelques kilomètres seulement vers le nord ou ver l'ouest, pour voir certains mots changer du tout au tout ! Le site Français de nos Régions compile les différentes variations langagières dans des cartes, réalisées à partir de données statistiques et d'enquêtes. Et c'est non seulement très amusant, mais aussi très intéressant !



1. Chocolatine V.S Pain au chocolat

C'est un peu le "classico" des divergences d'expressions en fonction des régions ! Pourtant, saviez-vous qu'il existe aussi d'autres termes que "chocolatine" et "pain au chocolat" pour désigner la fameuse viennoiserie ? Même si ces expressions sont moins répandues, certaines personnes disent aussi "croissant au chocolat" ou encore... "couques au chocolat", en fonction des régions. 
 @Mathieu Avanzi / Français de nos Régions


2. Les différentes façons d'appeler un crayon

C'est un objet tout bête, qui est pourtant appelé de bien des manières différentes selon les régions ! Et ça, on ne s'en rend totalement compte que le jour ou l'on rencontre un Angevin qui vous demande de lui prêter votre "crayon de bois" en parlant de votre "crayon gris".
 
@Mathieu Avanzi / Français de nos Régions


Il y a aussi les adeptes du "crayon mine" !

Les enquêteurs indiquent aussi des réponses telles que « crayon noir » ou encore « crayon ordinaire », proposées par des locuteurs d'origine Belge. Nos amis Québécois, eux, diraient plutôt "crayon de plomb"...
 
@Mathieu Avanzi / Français de nos Régions


3. Autre objet qui, de façon assez curieuse, possède plein d’appellations différentes : la serpillière 

Eh oui, c'est assez surprenant mais c'est comme ça : il existe plein de mots, en fonction des régions, pour désigner une serpillière. Certaines personnes parlent de "loque", d'autres de "lave-pont" ou encore de "panosse"... Et vous, vous avez déjà utilisé ou entendu utiliser ces mots-là ?
 @Mathieu Avanzi / Français de nos Régions


4. Septante et nonante

Il faut ici tordre le cou à une vieille idée reçue : non, il n'y a pas que les Belges et les Suisses qui disent "septante" pour dire 70 et "nonante" pour dire 90 ! Et il faut le reconnaître : notre "quatre-vingt-dix" est quand même sacrément tiré par les cheveux, quand on y réfléchit deux minutes.
 
 @Mathieu Avanzi / Français de nos Régions


Ici, la carte du "nonante". On voit que c'est globalement similaire...


 @Mathieu Avanzi / Français de nos Régions


Mais voici qui devrait vous étonner encore plus : cette carte montre la répartition du mot "septante" en France... en l'an de grâce 1240 !

D'après les données de l'ALF, les mots "septante" et "nonante" étaient très couramment utilisés en France il y a quelques siècles... Aujourd'hui, ils ne survivent que dans la bouche de quelques irréductibles Français, et bien sûr, dans celle des voisins Belges et Suisses
 
@Mathieu Avanzi / Français de nos Régions


5. "Clencher" une porte

"Clencher une porte", c'est la verrouiller, la fermer. À l'origine, la "clenche" désigne la poignée de la porte, et par extension, "clencher" a fini par désigner l'action de fermer une porte dans certaines régions. Il serait donc incorrect de dire "clencher à double tour"...
  
@Mathieu Avanzi / Français de nos Régions

6. "Moinsse"

Qui prononce le "S" à la fin de "MoinS" ? Ceux qui vivent dans le sud de la France, et tout particulièrement dans le Sud-Ouest, visiblement.
 @Mathieu Avanzi / Français de nos Régions


7. "Vingte"

Le "T" à la fin du mot "vingt", lui, est plutôt prononcé dans... le nord-est ! Heureusement que la région du moinS et celle du vingT sont diamétralement opposées, sinon vous imaginez les  "neuf heures moinsse vingte"...
  
@Mathieu Avanzi / Français de nos Régions

8. "Étendoir", ou "tancarville" ?

Si vous n'êtes pas originaire de la région normande, vous tombez probablement des nues. Pourtant, certaines personnes étendent leur linge à sécher sur un "tancarville", du nom d'un pont normand qui enjambe la Seine (indiqué sur la carte à l'aide d'un astérisque). Voilà, voilà...
 @Mathieu Avanzi / Français de nos Régions

9. L'utilisation intempestive du "Y" : "Il faut que j'y fasse !"

On appelle ça le « Y savoyard », « dauphinois », « lyonnais » ou encore  « bourguignon ». La vérité, c'est que ce "Y" possède une répartition assez large. C'est-y pas beau, ça ?

 
@Mathieu Avanzi / Français de nos Régions


10. "On n'est pas rendu !" pour dire "on n'est pas sortis de l'auberge !"

Si vous rajoutez "à Loches" à la fin de cette expression, vous vivez très probablement en Touraine.
 
@Mathieu Avanzi / Français de nos Régions


11. Embaucher et débaucher

Pour le français moyen, "débaucher" quelqu'un signifie le conduire à la débauche, le corrompre, bref lui faire faire des vilaines choses. Mais pour ceux qui vivent à l'Ouest, c'est également le contraire du verbe "embaucher", et signifie donc que l'on sort travail. "Tu débauches à quelle heure ?" 
 @Mathieu Avanzi / Français de nos Régions


12. Ça loge, ou pas ?

Ça rentre ? Pour savoir si le coffre d'une voiture est assez grand pour accueillir une valise, les habitants du centre-ouest vous demanderont si elle "loge". 
 
@Mathieu Avanzi / Français de nos Régions



13. Être nareux

Quelqu'un de nareux, c'est quelqu'un de « difficile sur la nourriture et tout ce qui touche la propreté de la table; qui éprouve facilement du dégoût », selon le dictionnaire des régionalismes de France. Il s'agit d'un belgicisme, emprunté au patois, surtout en usage dans le nord-est de la France.   
@Mathieu Avanzi / Français de nos Régions


14. Péguer

"Péguer", ça veut dire "coller". Quelque chose qui pègue, c'est quelque chose qui colle aux doigts, aux pieds, aux cheveux, etc. Dans les alentours de Marseille, on dit également s'"empéguer" au sens de "se bourrer la gueule"...
 
@Mathieu Avanzi / Français de nos Régions

15. Escagasser

S'escagasser, ça veut dire se faire mal, s'abîmer : "Je me suis escagassé les orteils sur le pied de la table !". En revanche, lorsqu'on dit à quelqu'un qu'il nous "escagasse", c'est qu'il nous casse profondément les bonbons.

 @Mathieu Avanzi / Français de nos Régions


16. "Y'a dégun"

Si vous êtes Parisien et que vous vous êtes déjà rendu à Marseille, il y a fort à parier que vous vous êtes déjà demandé qui était ce mystérieux monsieur Dégun. En fait, "dégun" c'est "personne". Tout simplement.
 
@Mathieu Avanzi / Français de nos Régions


17. Papé et Mamé

Papé et Mamé ce sont des termes affectueux pour désigner les grands-parents. Comme papy(i) et mamy(ie), il existe différentes façons de l'orthographier 
 
@Mathieu Avanzi / Français de nos Régions
Commentaires