À Rennes, les élus prennent position contre l'exploitation des animaux sauvages dans les cirques

Par
1 809
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Lundi 4 décembre, le conseil municipal de la ville de Rennes s’est prononcé en faveur d’une interdiction des cirques exploitants les animaux sauvages.

Après la polémique suscitée par l’abattage d’un tigre dans les rues de Paris, il y a une dizaine de jours de cela, le débat sur l’exploitation des animaux sauvages dans les cirques est revenu sur la table. Si la législation, au niveau national, peine à se pencher sur la question, il n’est pas impossible de voir des initiatives locales statuer en ce sens.

C’est le cas de Rennes, dont les élus se sont prononcés favorables à l’interdiction d’animaux sauvages dans les cirques, lors de la présentation d’un texte : « Les animaux sauvages, plus que les autres, ne sont pas faits pour être confinés dans un espace restreint, ou pire, pour rester attachés. Quand bien même ceux-ci auraient passé toute leur vie en captivité. Leur espérance de vie en bonne santé s’en trouve largement limitée ».

Crédit photo : Shutterstock / David Tadevosian

Cette initiative fait suite à une pétition lancée au mois de septembre à Rennes, qui a réuni plus de 27 000 signataires jusqu’à aujourd’hui. La maire socialiste de Rennes, Nathalie Appéré, a également voté en faveur de ce texte, qui a été adopté à une très large majorité.

« Cela ne signifie pas que les cirques sont indésirables à Rennes et qu’on les interdit. Il y a juste une réflexion à mener au niveau national avec les cirques eux-mêmes pour les faire évoluer et qu’ils adoptent une charte des bonnes pratiques » précise l’édile.

Il y a quelques jours, l’Italie a pris la décision pure et simple d’interdire les spectacles itinérants et les cirques exploitants les animaux sauvages.

Commentaires