Apostrophée par une Marocaine, Emmanuel Macron l'invite à « retourner dans son pays » si elle n'y est pas en danger

Par
15 190
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Ce mardi 21 novembre, le président de la République, Emmanuel Macron, est venu inaugurer la 33ème campagne hivernale de distribution des Restos du cœur. Interpellé par une habitante du quartier, de nationalité marocaine, il a tenu à rappeler en quoi consistait le droit d’asile en France.

Face aux caméras de télévisions, le chef de l’État n’est pas tombé dans le discours de facilité pour satisfaire son auditoire. Une femme de nationalité marocaine a demandé le droit d’asile au président de la République alors que celui-ci venait à la rencontre de la foule.

Au travers de la conversation, la femme indique qu’elle est arrivée en France il y a plusieurs années grâce à un visa de commerce. Elle y réside pour aider ses parents malades, également résidents en France. Or, Emmanuel Macron a tenu à lui rappeler que la France « ne pouvait pas accueillir tous les gens qui viennent sur des visas de commerce ou d’étudiant, et qui restent après » avant d’ajouter : « Je ne peux pas vous mentir. Donc après, il faut retourner dans son pays. Je vous le dis franchement ».

Le président « jupitérien » a donc rappelé en quoi consistait réellement le droit d’asile en France : « Il faut protéger les gens très faibles qui sont en insécurité chez eux, mais si vous n’êtes pas en danger, il faut retourner dans votre pays. Au Maroc, vous n’êtes pas en danger ».

« Après, on aide les gens quand ils sont malades. Mais je ne peux pas donner des papiers à tous les gens qui n’en ont pas. Sinon comment je fais après, avec les gens qui sont déjà là et qui n’arrivent pas à trouver un travail » a-t-il expliqué avant de préciser à la femme : « Vous pouvez venir les (ses parents, ndlr) visiter régulièrement si vous voulez. S’ils sont là, on les soigne. C’est ça le droit en France. C’est déjà très généreux, vous imaginez ».

Une mise au point qui a le mérite d’être clair à l’heure où la France s’apprête à accueillir ses premiers réfugiés à travers le programme de l’ONU.

Source : BFMTV
Commentaires