Dans le sud de la France, certains chanceux ont pu observer une « boule de feu » traverser le ciel français, le 4 août dernier

Par
2 727
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Certains habitants du sud de la France ont pu observer, ce vendredi 4 août, un événement très rare : la chute d’un météore.

Beaucoup d’habitants ont été surpris, vendredi sur les coups de 23h, une “boule de feu verte” a traversé les cieux. Entre émerveillement et incompréhension, les internautes se sont empressés de rapporter le phénomène sur l'application aux 140 caractères.

Selon les témoignages récoltés par l’IMO (l’International Meteor Organization), une organisation spécialisée dans l’étude et au recensement des météorites, il s’agirait bel et bien d’un météore !

Le météore est allé du Sud-Est au Nord-Ouest et a été visible de Bordeaux à Marseille pour finir sa course après Périgueux.

Comment expliquer cette impression de voir une boule de feu ? Selon Louis d’Hendecourt membre de l’Institut d’Astrophysique Spatiale et directeur de recherches au CNRS, le météore est dépourvu de bouclier thermique. Ainsi lorsqu’il rentre en contact avec l’atmosphère, il chauffe et se désintègre vers la fin de sa chute en plusieurs morceaux. 

Avec une vitesse comprise entre 15 et 20 kilomètres par seconde, le météore de 1 kilogramme aurait voyagé sur près de 700 kilomètres. Pour être si visible selon Louis d’Hendecourt, l’angle d’entrée du météore devait être peu ouvert rendant les frottements sur l’atmosphère limitée et par conséquent ont permis au météore de ne pas se désintégrer totalement.

Sa couleur verte, le météore le doit à sa composition qui est notamment faite de minéraux qui se sont vaporisés et ont émis cette lumière verte. Plusieurs minutes après le passage d’un météore, un bruit se fait entendre, car le son se déplace moins rapidement que la lumière.

Le passage d’un météore sur Terre n’est pas un phénomène rare, c’est en revanche son observation qu’il l’est.

Deux météorites se sont déjà écrasées en France, en 1803 entre la ville d’Aigle et de Glos-la-Ferriere où deux à trois mille météorites de petites et moyennes tailles s’étaient écrasés dans une zone de 10 kilomètres de long et 4 kilomètres de large.

Et en 1864, dans la ville d’Orgueil où un météore de 14 kilogrammes s’est écrasé dans un champ.

Commentaires