Des archéologues ont découvert l'âge exact de la construction du tombeau du Christ, et cela conforte ce que l'on pensait déjà

Par
790
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

C'est une découverte archéologique majeure qui a été réalisée à Jérusalem, ce mardi 28 novembre, par une équipe d'archéologues de l'Université d'Athènes. Après avoir procédé en 2016 à l'ouverture du tombeau présumé de Jésus Christ, situé dans l'Église du Saint-Sépulcre, pour la première fois depuis deux siècles, les chercheurs ont découvert que le tombeau datait de l'an 345 environ, soit plus de 300 ans après la crucifixion de Jésus. Cette découverte conforte l'histoire chrétienne, selon laquelle les Romains avaient érigé un monument à cet emplacement au début du 4e siècle, sous le règne de l'empereur Constantin 1er. 

DR

Une découverte archéologique d'une importance capitale vient d'être réalisée... et elle concerne le site qui est communément considéré comme étant le tombeau du Christ, dans l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem. Les scientifiques n'ont, pour l'instant, jamais réussi à prouver qu'il s'agissait bien de l'endroit où le corps de Jésus avait été déposé, comme le prétend la tradition religieuse. C'est justement pour le savoir que des équipes de chercheurs de l’Université polytechnique nationale d'Athènes se sont penché sur la mythique sépulture.


Des résultats qui confirment les données historiques

Après avoir procédé à l'ouverture, en octobre 2016, de la tombe supposée du Christ pour la première fois depuis au moins deux siècles, les archéologues sont parvenus à fixer l'âge du tombeau... Et, selon le résultat de leurs analyses, il aurait été construit aux alentours de l'an 345, soit plus de trois siècles après la crucifixion !

Si elles ne fournissent toujours pas de preuve que le Christ a bien été enterré à cet endroit, les analyses des chercheurs sont cohérentes avec l'histoire telle qu'elle est racontée dans la tradition chrétienne. En effet, selon la version communément admise, le corps de Jésus a été posé sur un lit funéraire taillé dans le roc, à la suite de sa crucifixion par les Romains. La grotte aurait été redécouverte par l'impératrice Hélène, la mère de Constantin Ier, au début du 4e siècle, soit près de trois cents ans plus tard.

C'est sous le règne de Constantin, dit « le grand », que le monument aurait été construit, en l'an 325. Ce dernier fit recouvrir de marbre la roche, scella le couvercle, et devint le premier empereur chrétien de l'empire romain, contribuant au rayonnement du christianisme de l'Orient à l'Europe.

Les résultats de ces fouilles confirment bien la véracité historique de ces événements, par ailleurs déjà largement relatés par les documents d'archive et les récits des historiens de l'époque. En étant le premier empereur romain à se convertir au christianisme, et en transférant la capitale de l'Empire à Constantinople, Constantin Ier joua un rôle capital dans la diffusion de cette religion.

En revanche, il sera difficile de prouver que le lieu découvert était bien le tombeau du Christ... puisque la sépulture est, par définition, vide. Les Chrétiens croient que le Christ est ressuscité, et que sa dépouille charnelle avait disparu trois jours après avoir été placée dans le tombeau. Pas d'ossements, donc, à analyser. Cependant, les archéologues espèrent pouvoir découvrir un nombre suffisant de preuves pour savoir, au moins, s'il s'agit bel et bien du lieu évoqué dans la Bible.

Commentaires