Les Antilles ont été dévastées par l'ouragan Irma, le bilan est de 8 morts et l'île de Saint-Martin a été détruite à 95 %

Par
3 173
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

L’ouragan Irma, qui a frappé le mercredi 6 septembre les îles de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin, a été dévastateur. De catégorie 5, il s’agirait de l’ouragan le plus puissant jamais enregistré dans les Antilles, et se classe au niveau du typhon Haiyan, qui avait dévasté les Philippines en 2013. Aux dernières nouvelles, le passage d’Irma a coûté la vie à 8 personnes et 23 blessés sur les deux îles, et des dégâts considérables.

L’arrivée d’Irma et de ses rafales à plus de 300 km/h sur les deux îles, a provoqué un « grondement », qui ressemblait à l’explosion d’une bombe selon plusieurs témoignages. Elles ont été accompagnées de grandes vagues allant de 10 à 12 mètres et d’entre 200 et 400 mm de pluies.

Crédit photo : Kevin Barrallon / AFP

« C’est une catastrophe énorme. 95 % de l’île de Saint-Martin est détruite », voilà le constat terrible du président du conseil territorial, Daniel Gibbs. Pour autant, bien que les dégâts soient affolants, la préfecture n’a pas encore confirmé le pourcentage d’habitations effectivement détruites. Le paysage est apocalyptique, les routes se retrouvent remplies de véhicules renversés, de bateaux, de toitures et de déchets en tout genre. La centrale EDF de Saint-Barthélemy est inutilisable, et la caserne des pompiers inondés, du côté de Saint-Martin, un journaliste de Radio Caraïbes International fait état « de véhicules renversés, de bateaux qui ont quitté la mer et se retrouvent au milieu de la route, de toits éventrés ».

Le président Emmanuel Macron, qui va se rendre sur l’île dès que possible dans les zones touchées, a informé hier qu’un « un fond d'urgence sera mis en place et un plan national de reconstruction seront déployés le plus rapidement possible ». Il a également indiqué, que « les services de l’État sont pleinement mobilisés pour assurer les besoins du quotidien, soigner les blessés, mettre à l’abri les sinistrés. Fournir de l’eau et de l’alimentation le plus rapidement possible ».

Le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, a déclaré sur France Info : « L'urgence c'est surtout de rétablir la situation, faire un premier constat, et reconstruire pour que les gens puissent vivre dans les dix jours qui viennent ». Il a d’ailleurs indiqué que l’aéroport français de Saint-Martin fonctionne (celui du côté néerlandais de l’île est détruit) « des avions supplémentaires transportant des secours vont partir ce jeudi vers les Antilles«, a annoncé le ministre de l'Intérieur, afin de réaliser un premier constat de l’étendue des dégâts.

Crédit photo :Kevin Barrallon / AFP

Comme l’a annoncé Annick Girardin à l’AFP, la ministre des Outre-mer, un pont aérien va être mis en place entre Saint-Martin et la Guadeloupe. Celui-ci va permettre d'« envoyer ce dont on aura besoin et à la fois sans doute de ramener ici des blessés », et les besoins vont être analysés, afin d’apporter les solutions nécessaires. Des renforts humains et matériels ont déjà été envoyés : 60 militaires de la sécurité civile, 60 sapeurs-pompiers d’Ile-de-France, 18 personnels de la Croix-Rouge et 20 médicaux.

Alors que les qu’Irma continue sa progression, deux autres tempêtes, Katia et José s’intensifient et entrent dans la catégorie des ouragans. Ce sont donc trois ouragans qui sévissent en même temps dans l’Atlantique. Pour le moment, José se trouve à 1 700 km des Petites Antilles et aucune alerte n’a été émise.

Source : AFP
Commentaires