Messieurs, voilà pourquoi votre copine monte le radiateur en cachette

Par
9 309
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

D'après vous, quelle est la question qui déchire le plus les couples, le tison qui alimente le feu de toutes les querelles conjugales ? Serait-ce le sacro-saint débat de qui doit sortir la poubelle ce soir ? La guerre des télécommandes, pour décider de l'émission à regarder à la télévision ? Les éternelles négociations concernant la vaisselle à laver, le partage du lit et de la couette, ou les chaussettes sales oubliées sous le canapé, peut-être ?

Oubliez tous ces poncifs et ces banalités sur les disputes de couple, vous n'y êtes pas du tout : car la véritable pomme de discorde, le sujet qui divise à coup sûr tous les hommes et toutes les femmes qui ont résolu de vivre sous le même toit, c'est… le réglage du radiateur.

Une nouvelle étude, rapporte le Guardian, suggère que la température idéale du foyer est la question la plus susceptible de venir perturber l'harmonie des ménages.

Au total, ce serait plus d'un tiers des couples qui admettrait se disputer régulièrement à ce sujet… et, plus inquiétant encore, 4 femmes sur 10 monteraient en secret le niveau du radiateur lorsque leur partenaire a le dos tourné !

Jeune femme collée au radiateur / Koldunov Alexey, Shutterstock

À chaque fois, c'est pareil : vous rentrez chez vous pour trouver tous les chauffages tournés à fond, et votre copine collée au radiateur comme un bulot sur son rocher. Pourtant, vous aviez réglé le chauffage sur 4, juste ce qu'il faut pour affronter les températures automnales, sans faire flamber votre facture d'électricité et défoncer l'environnement. Oui, mais voilà, elle vous a encore fait le coup et elle a monté le chauffage en douce, alors que vous aviez le dos tourné.

Cela vous parle ? C'est normal, il s'agirait d'un cas de figure très fréquent, à en croire les données récoltées par des chercheurs.

Femme le dos collé au radiateur / Shutterstock

L'étude statistique, réalisée sur des couples en Grande-Bretagne, a été commandée par Corgi Homeplan, une compagnie britannique qui s'occupe de l'installation et de la maintenance de thermostats. Nul besoin de le préciser, l'hypothèse aura donc, sans doute, besoin d'être confirmée par d'autres études plus approfondies… Cependant, une chose est certaine, c'est qu'il y a des preuves scientifiques très fortes qui soutiennent l'idée que les hommes et les femmes ressentent différemment les écarts de température, et que les femmes sont plus frileuses que les hommes.

Une étude datant de 2015, réalisée par des chercheurs néerlandais, a mis en évidence que, si la température idéale des hommes est généralement située entre 24 et 25 °C, la fourchette de confortabilité optimale des femmes est plus élevée d'environ 2,5 °C (soit de 26,5 °C a 27,5 °C).

Histoire d'hormones

Pourtant, les hommes et les femmes ont globalement la même température corporelle, cette dernière étant située entre 37 °C et 38 °C. D'ailleurs, ces dames auraient même une température très légèrement plus élevée que ces messieurs ! En toute logique, la température idéale d'une pièce pour elles devrait donc être la même que pour les hommes, voire très légèrement plus fraîche.

La clé du mystère, ce serait en fait… une histoire d'hormones. La principale différence résiderait, selon les chercheurs, dans la manière qu'ont nos corps respectifs de ressentir les écarts de température ! Ainsi, lorsqu'elles sont exposées au froid, les mains d'une femme voient leur température chuter, pour devenir en moyenne 3 °C plus froides que celles d'un homme dans les mêmes conditions.

Ce phénomène est tout à fait normal, et il serait dû à la présence des œstrogènes, ces fameuses hormones sexuelles féminines qui jouent un rôle majeur dans le cycle reproductif. D'ailleurs, les femmes ont tendance à avoir davantage froid lorsqu'elles sont en période d'ovulation (et qu'elles éprouvent, donc, un pic d'œstrogènes, souvenez-vous de vos cours de SVT). En fait, les œstrogènes ont aussi pour effet de rendre le sang légèrement plus épais, ce qui réduit l'afflux sanguin au niveau des capillaires chargés d'apporter le sang jusqu'aux extrémités du corps. Donc Messieurs, si votre compagne vous colle ses mains ou ses pieds glacés lorsque vous êtes sous la couette, ne lui en tenez pas rigueur : blâmez plutôt son système endocrinien et les œstrogènes !

Deux jeunes femmes assises auprès du radiateur / Shutterstock

Du côté des hommes, dont le métabolisme brûle en général plus d'énergie que celui des femmes dû à leur masse musculaire plus développée, c'est l'inverse : les calories consommées génèrent de la chaleur et un afflux sanguin est également plus important, ce qui garde leurs extrémités au chaud.

Enfin, il faut savoir qu'il existe aussi une part de subjectivité et de psychosomatique dans notre manière de ressentir la chaleur. Par exemple, de récentes recherches ont mis en évidence un phénomène que les chercheurs ont appelé « contagion du froid » : c'est-à-dire que si vous voyez à côté de vous quelqu'un enfiler un pull, grelotter ou vous dire qu'il a froid, vous aurez davantage tendance à trouver que le fond de l'air est frais, et vous pourriez vous mettre à imiter votre voisin frileux.

Peut-être que ce dernier phénomène représente un espoir de résolution des conflits de radiateur au sein des couples : à force d'être ensemble, on finit peut-être un jour par s'aligner sur la même température ?

Source : The Guardian
Commentaires