Du haut de ses 17 ans, ce jeune Irakien porte un message d'espoir immense en sculptant les statues antiques détruites par Daesh, pour ne pas les oublier

Par
1 565
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Cela fait maintenant de nombreuses années que Daesh, courant terroriste né des cendres de Al-Qaeda, fait régner le chaos au Moyen-Orient, dont en Irak. En 2014, le groupe terroriste armé avait pris le contrôle du nord de l’Irak, et notamment la ville de Mossoul. Dans la foulée, les djihadistes ont également mis la main sur des sites archéologiques d’une valeur inestimable, comme Nimroud et Ninive.

Aujourd’hui, tous ces lieux, vieux de plusieurs millénaires, sublimes représentants de l’Histoire irakienne, sont complètement rasés. Les soldats salafistes ont attaqué les œuvres d’art au marteau-piqueur, au bulldozer et à l’explosif (voir vidéo). Résultat : certaines perles de l’archéologie mondiale, composées de bas-reliefs, de gravures, de statues, de temples, sont perdues à tout jamais. Mais un jeune homme a décidé de se battre pour lutter contre cela.


Du haut de ses 17 ans, Nenous Thabit a décidé de réparer, de ses propres mains, le patrimoine de son pays. Cet artiste en devenir profite d’une vocation précoce découverte grâce à son père sculpteur qui, quand il était, le laissait traîner dans son atelier pendant de longues heures, pour recréer tout ce qui avait été détruit. Depuis que l’organisation terroriste a pris Mossoul, ville dans laquelle il a passé son enfance, Thabit vit à Erbil, dans le Kurdistan Irakien, une région située dans le nord du pays.

Si ces derniers mois Daesh perd du terrain face aux offensives répétées de la coalition internationale, il est encore difficile d’estimer avec précision l’ampleur des dommages et donc la perte culturelle. Quoi qu’il en soit, Nenous Thabit a fait le choix de ne pas attendre la fin de la guerre pour réparer le patrimoine en danger de son pays. Plusieurs heures par jour, il se met au travail. Et en quelques semaines seulement, il a d’ores et déjà réalisé 18 statues ! La plupart d’entre elles représentent des divinités et des créatures très connues dans la mythologie d’Assyrie, ancienne région de Mésopotamie.

@NenousThabitArt
@NenousThabitArt
@NenousThabitArt

Un message politique

Au-delà de son désir d’apporter une réponse aux actes des djihadistes, Nenous Thabit souhaite également mettre en avant et défendre le statut d’artiste. « En Irak, il y a des gens qui sont tués parce qu'ils sont sculpteurs. Parce qu'ils sont des artistes. Daesh les voit comme des apostats. Continuer à sculpter, c'est comme dire qu'on ne se laissera pas intimider par ces démons. Mon rêve est de devenir un artiste de premier en plan en Irak pour que mon pays soit fier. Et pour prouver au monde que, nous les Irakiens, aimons et chérissons notre héritage » déclare-t-il.

Un engagement et un beau message, à saluer.

@NenousThabitArt
@NenousThabitArt
@NenousThabitArt
@NenousThabitArt
Source : CNN
Commentaires