À Paris, le tigre échappé d'un cirque et abattu par son propriétaire relance le débat sur les cirques avec animaux

Par
1 406
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Vendredi 24 novembre, fin d’après-midi, une alerte est lancée dans le 15ème arrondissement de Paris où un tigre se baladait après s’être échapper d’un cirque.

Son aventure fut de courte durée puisqu’il a été rapidement abattu par son propriétaire, Eric Bormann, également directeur du cirque Bormann Moreno d’où le fauve avait pris la poudre d’escampette. Baptisée Mevy et âgée de 18 mois, la tigresse a pu s’évader de sa cage suite à un acte de malveillance qui a laissé une porte de la cage des tigres ouverte.

Seulement voilà, l’exécution clinique du fauve a interpellé l’opinion publique et surtout les défenseurs de la cause animale. Pourquoi tuer la bête et ne pas l’endormir ?

« La tigresse est partie (…) elle s’est un petit peu affolée et là, il a fallu que je prenne une décision rapide, et ça fait partie du protocole de sécurité, il faut abattre l’animal » a justifé Eric Bormann, le propriétaire, qui n’est pas insensible à la perte de Mevy : « Nos avons perdu un membre de notre famille. Dans la tête des gens, c’est «Oh ils ont abattu le tigre». Non, je ne suis pas un braconnier. C’est une bête que j’ai nourrie chez moi au biberon. C’est comme si vous abattez votre chien ou votre chat. Sauf qu’il fait 200 kilos.»

Le tigre abattu à Paris / AFP

En France, l’arrêté du 18 mars 2011 précise les conditions dans lesquelles des animaux sauvages peuvent être utilisés par des cirques. En cas de fuite d’un animal, le texte de loi prévoit que le responsable « doit avoir à sa disposition et d’une manière facilement accessible les matériels de capture appropriés à chaque espèce ». Cependant, concernant l’abattage, il « ne peut être effectué qu’en cas d’urgence et s’il est de nature à éviter une blessure ou à sauver une vie humaine », à la condition que « tous les autres moyens pour repousser ou capturer l’animal sont ou s’avèrent inopérants ».

Ainsi, l’abattage du tigre, qui se trouvait alors dans un cul-de-sac, était-il la solution d’urgence adéquate dans ce cas ? Une enquête a été ouverte afin de savoir s’il y a eu effectivement mise en danger d’autrui et s’il était donc si nécessaire d’abattre le fauve comme l’avance le propriétaire. D’autant plus que son espèce est menacée d’extinction.

En tout cas, plusieurs associations de défenses des animaux comme la PETA et 30 millions d’années en ont profité pour relancer le débat sur les animaux exploités dans les cirques. En 2017, la PETA a compté 13 «incidents» impliquant des animaux de cirques.

Crédit photo : Shutterstock / pyrozhenka

« Il n’est pas étonnant que cet animal ait cherché à s’échapper : Les animaux dans les cirques passent la majorité de leurs vies enfermés dans des cages ou des wagons de transport, et peuvent subir des méthodes de dressage violentes » note la PETA.

De son côté, Christophe Marie, porte-parole de la fondation Brigitte Bardot, interrogé par L’Express, fustige les conditions dans lesquelles sont détenus les animaux sauvages dans les cirques : « Dans ces conditions de captivité extrêmes, ces animaux qui ont naturellement besoin de beaucoup d’espace développent des maladies comme la stéréotypie, qui se traduit par des comportements répétitifs: les tigres qui tournent en rond dans leur cage par exemple, ou les éléphants qui se balancent d’une patte à une autre ».

Des méthodes de captivités empirées par le fait que les déménagements et les transports sont fréquents : « Le cirque, c’est l’exploitation la plus insupportable ».

En France, la sensibilisation de l’opinion publique concernant les cirques avec des animaux semble prendre de plus en plus d’ampleur. Par exemple, il y a plusieurs mois, la chaîne pour enfants Gulli s’interdisait de diffuser tout spectacles mettant des animaux en scène, tandis que 63 villes les ont également bannit. Il y a quelques jours, l'Italie vient simplement de bannir les spectacles vivants avec animaux. De son côté, l'association 30 Millions d'Amis fait circuler une pétition afin de faire interdir les animaux dans les cirques et les spectacles itinérants.

Commentaires