Découvrez la bande-annonce cinglante de « Jupiter's Moon », favori pour gagner la Palme d'Or du Festival de Cannes !

Par
20
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Le réalisateur du bluffant « White God », Kornel Mundruczó, revient cette année à Cannes avec un nouveau film étonnant, dépeignant notre société très justement. Déjà grand favori du festival, il concourt cette année pour remporter la Palme d'Or avec le film « Jupiter’s Moon » (La Lune de Jupiter, en français) : une photographie réaliste de la société aux facettes surréalistes.
Crédit photo : Merab Ninidze

La 70e édition du Festival de Cannes a commencé il y a deux jours, beaucoup de films sont en compétition. Certains méritent un réel coup d'œil.  « Jupiter’s Moon » est l'un d'entre eux.

Bouleversant, cinglant et engageant : tel est le dernier film de Kornel Mundruczó, réalisateur hongrois du fameux « White God ». Avec « Jupiter’s Moon » (ou "La Lune de Jupiter" en français), Kornel revient sur le devant de la scène et s’apprête à enflammer la croisette. 

Allégorie sur la crise des réfugiés qui saisit l'Europe à ce jour, le film a pour objectif de nous sensibiliser sur ce phénomène préoccupant qui est la crise des réfugiés. Pour porter ce sujet à l'écran, le rendre accessible et "divertissant", le réalisateur a intégré à son film une part de surnaturel. Cette idée originale apporte au film une dimension inédite retenant l'attention.

« Jupiter’s Moon » raconte l'histoire d'Aryan, un jeune migrant, qui, après avoir traversé la frontière de la Hongrie, se fait tirer dessus. Après cet accident, il découvre qu’il a le pouvoir de léviter. Capturé, il est enfermé dans un camp de réfugiés. Il s’en échappe grâce au Dr Stern qui souhaite exploiter son extraordinaire pouvoir. Ensemble, les deux hommes s'enfuient mais ils sont poursuivis par le directeur du camp. Rêvant d'or et de sécurité, Stern propose à Aryan de mettre à profit ses pouvoirs afin de s'en sortir. Cette solution aura des conséquences sans précédent.

Avec cette bande-annonce, nous comprenons que Mundruczó nous fera voyager aux côtés de son héros, un migrant cherchant l'asile, en partant de l'embarcation en bateau, à la traversée dangereuse en haute mer, à la fuite face aux autorités lorsqu'ils arrivent dans un nouveau pays jusqu’à l'arrestation et l'envoi en camp de réfugiés. Ces premières images sont saisissantes et nous interpellent efficacement.

Le côté fantastique du film est présenté avec son héros aux pouvoirs extraordinaires. Quelque peu décalé, ce parti pris apporte au cinéma un souffle nouveau montrant à cette industrie archaïque que réalité et sujets sensibles peuvent être traités avec une vision fictionnelle sans décréditer un film et son propos.
Crédit photo : Merab Ninidze

Le long-métrage est porté par Merab Ninidze ("Le Pont des espions") héros du film, György Cserhalmi ("Kontroll"), Zsombor Jéger et Móni Balsai. Sa bande originale est signée Jed Kurzel, grand compositeur de la musique d'"Alien: Covenant", "Assassin’s Creed" ou encore "Macbeth".

Ainsi, il traite ce sujet sensible avec une approche, certes, particulière, mais aussi inédite et juste qui lui vaut déjà des critiques très positives. Espérons que le film se fera remarquer lors du festival et qu'il marquera les consciences !

Concourant pour la palme d'or, le film était présenté au jury du festival le vendredi 19 mai. Nous croisons les doigts pour lui !
Crédit photo : Merab Ninidze

Source : Le Monde
Commentaires