Avant/Après : Des combles en ruines transformés en salle de bain

Par
27
Partages
Angélique Tavernier, architecte en charge du projet et membre du cabinet Ciel Atelier d’Architecture, revient sur l’origine de cet aménagement.

« Lorsqu’on a attaqué la rénovation de cette maison ancienne, il nous est tout de suite apparu qu’il fallait y ajouter une salle de bains, au premier étage. Car étonnamment, il n’y en avait pas alors qu’il y avait trois chambres ! » Un raté qu’elle s’est empressée de rectifier en trouvant une place sous les combles, ou plutôt dans un placard, à cette nouvelle salle de bains. La pièce, que les propriétaires brésiliens voulaient équipée d’une douche, d’une vasque et d’un WC, a donc été aménagée avec sobriété, dans le même esprit chalet que le reste de la maison et en privilégiant des matériaux et tons naturels. De l’authenticité et du calme, auxquels aspirait cette famille pour sa résidence secondaire.
 
@Ciel Atelier d’Architecture

« Au départ, il y avait là une vaste chambre avec un grand placard, aménagé sous un rampant. On a décidé de récupérer l’espace, pour l’optimiser en y installant la nouvelle salle de bains dont la famille avait besoin », raconte Angélique. On mesure ici dans quel (mauvais) état se trouvait la maison, avant de subir la profonde réhabilitation souhaitée par ses nouveaux occupants.
 
@Ciel Atelier d’Architecture

Voici l’un des premiers dessins de conception de la nouvelle salle de bains. « Comme elle venait prendre la place d’un ancien placard, il a fallu réfléchir à la façon d’y faire entrer de la lumière naturelle. » Le duo de Ciel Atelier d’Architecture a donc créé une nouvelle fenêtre dans le toit, qui donne sur les montagnes. Le travertin est le revêtement principal de cette salle de bains, il se décline en version carrelage au sol et aux murs. Et sous la forme d’une mosaïque, dans la douche italienne et sur les côtés du miroir.
 
@Ciel Atelier d’Architecture

Vue de la salle de bains, depuis sa porte d’entrée. Parce qu’il fallait bien qu’elle rentre dans un placard, cette pièce s’étire en longueur. La douche italienne se situe naturellement dans le fond et est entièrement revêtue d’une mosaïque en travertin, aux tesselles beiges et noisette. Les surfaces murales laissées libres sont peintes avec la référence Parchemin de chez Flamant. « On a aussi trouvé un sèche-serviettes fonctionnel et classique chez Acova, que l’on a choisi parce qu’il n’était pas blanc mais de la même couleur que les murs. L’idée était de garder une unité en faisant disparaître le sèche-serviettes. »  
 
@Ciel Atelier d’Architecture

« J’ai dessiné ce meuble en chêne. » Sa particularité ? « Le bois est traité sous serre avec un pot d’ammoniaque ouvert. Les effluves de l’ammoniac font ressortir le tanin du bois et c’est ce qui lui donne cette couleur, naturelle, mais plus foncée qu’à l’ordinaire. » En outre, l’architecte précise que cela agit comme un exhausteur de style, en faisant ressortir les veines du bois. La salle de bains étant par ailleurs très douce, ce meuble vasque devait y apporter un réel effet de contraste. Pour y faire écho, l’encadrement du miroir a également été réalisé sur mesure, avec la même essence de bois.
 
@Ciel Atelier d’Architecture

Ici, on se rend compte que, conformément à la demande initiale des clients, un WC a pris discrètement place à droite de la porte. Au sol, le raffinement vient du calepinage, féminin et délicatement rehaussé avec un liseré de mosaïque.

Retrouvez plus de Avant/Après
Source : Houzz
Commentaires