Dordogne : L214 diffuse une vidéo très choquante tournée dans l'abattoir de veaux de Sobeval

10Kpartages

L’association L214 éthique et animale a diffusé mercredi soir une vidéo choc tournée dans l’abattoir de Sobeval en Dordogne où des manquements graves aux réglementations lors de l’abattage de veaux ont été notés. Dans une pétition mise en ligne, la L214 demande la fermeture de l’abattoir.

La nouvelle vidéo choc de l’association L214 a été publiée hier sur le compte YouTube de ladite association. Elle épingle l’abattoir de Sobeval en Dordogne, leader mondial de la viande de veaux, où chaque jour 700 bêtes sont abattues. Dans la vidéo mise en ligne hier par L214, avec une version filtrée, on y voit que l’association met en évidence des manquements liés à la réglementation de l’abattage avec des images montrant des veaux abattus sans être complètement étourdis. Les veaux régurgitent sur la chaîne d’abattage ou font des signes de conscience après des abattages en casher ou halal.

Crédit photo : Shutterstock/RachelKolokoffHopper

Les images ont été tournées dans l’un des plus grands abattoirs de France située à Boulazac en Dordogne. Et c’est ce qui choque le plus selon Sébastien Arsac, porte-parole de la L214 : « Cette fois dans cet abattoir moderne on s’attendait à ce que les choses soient plus carrées mais pas du tout… » Il ajoute que la fermeture de cet abattoir doit être effective car « Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, avait fermé l’abattoir de Boischaut, situé dans l’Indre, et cette fois-ci on peut dire que la situation est encore pire ».

L’association L214 a séjourné sept jours dans l’abattoir de Sobeval après avoir été contactée par des collectifs de riverains qui sont opposés à l’installation d’élevages intensifs chez eux. Les vidéos prises par l’association ont été tournées à cette occasion. C’est la première fois que L214 visite les installations de Van Drie, un poids lourd du secteur de la viande de veau dans le monde.

Selon le porte-parole de L214, Sébastien Arsac : « Dans la réglementation, on trouve un principe d’étourdissement avec une dérogation pour les abattages rituels (viande halal et casher exportée respectivement en Égypte et en Israël) mais les animaux doivent alors être placés dans un tonneau d’immobilisation jusqu’à perte de conscience. Et avant de les relâcher il faut s’assurer de leur insensibilité (en contrôlant le réflexe cornéen, les relevés de tête etc.). »

L’association a aussi noté des manquements dans les abattages standards où les têtes des veaux ne sont pas bloquées au moment de l’étourdissement au pistolet pneumatique. « Que ce soit en abattage standard ou en abattage rituel (halal ou casher), tous les veaux sont tués en infraction avec la réglementation. » peut-on lire sur le compte YouTube de l’association qui dénonce vigoureusement cette pratique.

Les veaux abattus dans cette structure sont commercialisés sous plusieurs signes de qualité (Label Rouge, bio, Saveurs du Périgord etc.) pour lesquels il n’y a aucune obligation pour les règles d’abattage.

L'association L214 annonce porter plainte contre cet abattoir et réclame sa fermeture administrative d'urgence. Une pétition est même mise en ligne pour cet effet. Elle demande aussi au ministère de l'agriculture de rendre obligatoire l'étourdissement préalable des animaux, même pour les abattages rituels. L214 doit remettre 6 vidéos à la justice pour étayer sa lutte.

Source : L214
Plus d'articles