Ce présentateur télé britannique a transformé en seulement trois mois et demi ce container en maison sur l'eau !

Par
114
Partages

Peu de gens verraient le potentiel d’un étroit container métallique pour le transport maritime, et encore moins auraient les compétences nécessaires pour le transformer en une maison chaleureuse et confortable.

Mais Max McMurdo, présentateur de l’émission anglaise Kirstie’s Fill Your House for Free et juge pour Shed of the Year, avait à la fois les compétences de conception et la vision créative nécessaires pour réaliser cet exploit.

En seulement trois mois et demi, il a transformé un container en une demeure ouverte et lumineuse, débordante de solutions de rangement intelligentes et d’idées d’aménagement.  


« En fait, je rêve de cette maison depuis mes 25 ans, lorsque je vivais encore chez mes parents », explique Max. « J’étais free-lance et je me demandais comment je pourrais un jour avoir mon propre foyer.
J’ai donc eu l’idée d’aménager une maison dans un container. À l’époque la CAO, la conception assistée par ordinateur, faisait son apparition et j’avais conçu un petit modèle du container grâce à cette technique.
»

C’était cependant bien avant qu’ait lieu la révolution de l’upcycling et l’idée de convertir un container a été mal accueillie et considérée comme un projet complètement fou. Max a alors mis l’idée de côté pour se concentrer sur sa carrière.
Toutefois, quelques années plus tard, armé de confiance et d’expérience et après avoir monté son entreprise d’upcycling, Reestore, Max a décidé de revenir à son rêve et de le concrétiser.


Parce que c’était un saut dans l’inconnu, Max a d’abord étudié les normes de construction et les restrictions pertinentes, puis s’est mis à planifier l’espace.
« Au début, j’ai passé beaucoup de temps dans le container », explique-t-il. « Je me déplaçais en faisant semblant de me préparer une tasse de thé et de m’asseoir sur un fauteuil tout en essayant de voir comment je pourrais vivre dans cet espace. »

Après que Max a décidé d’aller de l’avant avec son projet, les choses se sont accélérées. « J’ai vendu mon cottage et j’ai utilisé les fonds pour financer ce projet », ajoute-t-il.
Comme il avait déjà travaillé avec ce genre de caisse – après avoir aménagé son bureau dans un container converti installé dans le jardin de sa maison de Bedford –, Max avait une certaine expérience des matériaux et du processus.


« J’ai acquis certaines compétences en rénovant ma maison, mais je ne suis ni menuisier ni soudeur », explique le propriétaire.
« Je suis un concepteur de produits. Mais je pense qu’il est important de bien connaître les matériaux avec lesquels on travaille. Je me suis donc renseigné sur les containers et j’ai testé différentes manières de les utiliser. » 

La première étape déterminante du projet a été d’ouvrir le côté du container.


« J’étais un peu inquiet quand je suis entré pour la première fois : j’ai réalisé à quel point c’était petit », raconte Max, « mais une fois la paroi ouverte, l’espace s’est complètement transformé. »
Max adore la lumière naturelle, on ne trouve donc pas de portes pivotantes ou de rideaux dans la maison.

À la place, de grandes portes vitrées se replient le long du container afin d’apporter de la luminosité et d’ouvrir l’habitation sur l’extérieur. Derrière ces portes, de minces panneaux d’acrylique sont suspendus à une tringle sur laquelle ils peuvent glisser pour assurer l’intimité et tamiser la lumière là où c’est nécessaire.


L’ensemble du processus d’aménagement a duré trois mois et demi. Max a assuré la gestion complète du projet. Vers la fin de la construction, plusieurs de ses amis sont venus donner un coup de main.

Certains ont même pris sur leur temps de travail pour aider Max à terminer les travaux à temps pour le grand dévoilement lors de l’émission George Clarke’s Amazing Spaces. 


Astucieuses, les étagères rabattables du salon accueillent des livres ou la radio. Elles se replient et deviennent invisibles lorsqu’elles ne sont pas utilisées. 


Un candélabre fabriqué à partir d’un bec Bunsen ajoute une touche d’humour au salon.


Sans jamais craindre de mettre à l’épreuve les matériaux, Max a à cœur de défendre la créativité dans le design intérieur.

« J’aime voir des gens de différentes générations travailler ensemble. C’est important de transmettre des compétences aux plus jeunes. De nos jours, ce qui nous manque, c’est de passer du temps ensemble », déclare-t-il. 

Des étagères faites de caissettes vintage et un repose-pieds upcyclé ajoutent de l’intérêt et du caractère à l’espace de vie ouvert.

 
Tous les luminaires du container peuvent être activés à partir du panneau de commande principal situé dans la cuisine.
 « Dès qu’on passe le seuil, on peut régler l’éclairage partout dans la maison », explique Max. 

Des suspensions fabriquées à partir de moules à gelée vintage éclairent l’îlot. Une autre ingénieuse trouvaille de Max. 

Une cuisinière Rayburn surprend dans la cuisine et crée une atmosphère chaleureuse et accueillante.
Par Chris Snook - Trouvez plus de photos de cuisines éclectiques


Max l’a dénichée sur le site d’annonces Gumtree pour 1 150 euros. Il l’utilise pour alimenter le chauffage au sol, chauffer toute l’eau de la maison et aussi, bien sûr, pour cuisiner.

Elle devait être placée au centre de gravité du container pour des raisons de distribution de poids. « Tout dans le container devait être pris en considération lorsque nous avons prévu la distribution des charges », explique Max, « même le poids des vêtements dans la chambre à coucher. » 

Réalisation par Chris Snook - Trouvez plus de photos de terrasses industrielles


À la manière d’une maison en bord de rivière, chaque coin du container offre une belle vue sur la marina. Vivre sur l’eau a été une révélation pour Max. « La vue est l’un des principaux atouts de la maison et les voisins sont vraiment sympas, il reste un vrai esprit communautaire. Le rythme de vie est tellement ralenti qu’on ne peut faire autrement que de prendre son temps. » «

Par contre, c’est plus bruyant qu’on ne se l’imagine ! », ajoute-t-il. « Les oies se réveillent à 5 h 30 du matin ! Mais on s’y habitue. Il y a une réserve d’eau à l’arrière dont on peut entendre le clapotis. On a aussi trouvé des canetons nichés dans le tambour du lave-linge qui sert de cache-pot sur la terrasse. » 


« On prend pleinement conscience du fonctionnement d’un logement quand on vit sur l’eau », explique Max. « Quand on achète une maison, on ouvre le robinet et de l’eau en sort. Mais quand on habite sur l’eau, on est beaucoup plus en contact avec les éléments et on doit bien comprendre la façon dont tout fonctionne. »

Le container est branché au réseau électrique et l’eau douce provient d’un point d’alimentation. Toutefois, les toilettes doivent être vidangées régulièrement. 

La table basse du salon est un clin d’œil amusant au classique de Noguchi.

Réalisation par Chris Snook - Découvrez plus de photos de salles de séjour éclectique


« Je veux encourager les gens à être ludiques et à exprimer leur personnalité dans leur intérieur », affirme Max. 

Dans la chambre, Max a réussi le tour de force de faire tenir un lit king size et deux tables de chevet.


 « Je voulais des meubles pleins grandeur, avec de l’espace des deux côtés du lit », explique-t-il. « Je n’aimais pas l’idée d’une mezzanine ou d’un lit surélevé, où on se retrouve tout écrasé. Je voulais qu’on se sente comme dans une véritable maison. » 

Pour maximiser l’espace, Max a suspendu des appliques faites de bocaux rétro au-dessus de fines étagères, laissant ainsi les surfaces dégagées plutôt que de les encombrer avec de volumineux pieds de lampe. Le designer a également obtenu un effet texturé sur les murs lorsqu’il a mélangé à la peinture de la sciure de bois et de la colle PVA. 

L’élément le plus astucieux de la chambre est sans conteste le placard caché : le lit se divise en son milieu et glisse pour révéler les marches d’accès vers un grand placard situé en dessous. 


En plus d’un lit aux dimensions généreuses, Max voulait également une salle de bains spacieuse. Plutôt que des toilettes conçues pour les bateaux, il a opté pour une version standard et a installé une ingénieuse douche-baignoire. Le sol de la douche est fait de galets fixés sur une trame.

Un dispositif permet au sol de s’abaisser pour révéler une baignoire en acier inoxydable. Le drain sert à la fois pour la douche et le bain. 

Un autre appareil permet d’économiser l’espace : c’est le robinet unique qui pivote habilement entre la salle de bains et la cuisine à côté. Max est en train de refaire le mur autour. 



Un abat-jour de lampe de travail vintage dans la salle de bains apporte caractère et texture. 


Le miroir de la salle de bains, une autre trouvaille de brocante, réfléchit l’image de la marina lorsque les portes sont ouvertes. 


Le container attire les regards, mais peut-être moins que s’il était sur la terre ferme. « Une marina comprend par nature des architectures diverses et variées », explique Max.

« Les bateaux sont tous de différentes couleurs et formes et pourtant ils se côtoient joyeusement. » Le container ajoute simplement une autre texture au mélange déjà surprenant. 




« Le but de ce projet était de créer un espace de vie agréable pour un jeune couple », rappelle Max. « Je voulais montrer qu’on n’est pas obligé de choisir entre vivre dans une maison ou sur un bateau : il peut y avoir quelque chose entre les deux. » 


On peut voir d’autres photos de la maison de Max ainsi qu’un grand nombre de ses projets d’upcyclage présentés dans son nouveau livre, Upcycling, publié chez Quarto. 

Lire aussi
Fan de Tolkien, il s'est fait construire une véritable maison de Hobbit : et le résultat est dingue !
Voici LA cabane dans l'arbre dont tout le monde a rêvé un jour : sauf que celle-ci existe vraiment... et est habitable !
Un couple de designers transforme une maison abandonnée en cabane colorée et le résultat est impressionnant !

Maison Eau
Commentaires