Un couple de designers transforme une maison abandonnée en cabane colorée et le résultat est impressionnant !

135partages

Avant l’arrivée du décorateur d’intérieur Fábio Galeazzo, cette cabane en ville n’était qu’une maison en ruine construite dans les années 1930. Mal aérée, elle avait des plafonds trop bas. Fábio Galeazzo raconte qu’il a passé de nombreuses nuits blanches à imaginer comment donner un souffle nouveau à cette bâtisse sans la détruire entièrement. « Mes clients sont eux-aussi designers. Ils habitent à São Paulo, l’une des métropoles les plus peuplées au monde », explique-t-il.

« Je voulais créer une résidence secondaire qui les protégerait du chaos de la vie citadine tout en conservant la structure de la maison. » Le résultat, c’est cette cabane urbaine, achevée en 2011, aux espaces ouverts et agrémentée de petits coins de nature si chers au couple. Sans oublier une bonne dose de couleurs.

 


São Paulo bénéficie d’un climat agréable toute l’année, même si le taux d’humidité tropical peut parfois être difficile à supporter. Des voiles tendues devant la maison créent d’agréables zones d’ombre et prolongent le patchwork coloré des murs vers l’extérieur.


Le fauteuil suspendu, le tapis en jute, le fauteuil Chifruda et même la fenêtre encadrée d’une bibliothèque, créée par Fábio Galeazzo lui-même : tout est rond, courbe ou circulaire dans le salon. Le décorateur d’intérieur nous confie que la conception de ce projet, si différent de ce qu’il a pu faire auparavant, l’a rendu un peu anxieux. « Mais une fois que le design et la rénovation ont été terminés, j’ai été vraiment satisfait du résultat ! »  

Les lignes de couleur se prolongent vers l’extérieur de la maison. C’est particulièrement visible dans cette pièce, où la lumière s’infiltre par la fenêtre, apportant ainsi un peu de nature à l’intérieur.


Sur cette photo, on peut voir la fenêtre circulaire depuis la terrasse. Le mur en pierre assure une bonne isolation contre la chaleur.


Cette composition met en valeur la beauté du fauteuil Chifruda de Sergio Rodrigues. Il a beau être âgé de 80 ans, ce designer de mobilier moderniste est toujours sensible aux formes nouvelles. Ce fauteuil très fonctionnel en est un excellent exemple.


« La plupart des gens qui visitent cet endroit disent qu’ils aimeraient y passer plus de temps pour se reposer et se détendre. C’était exactement l’objectif : faire en sorte que l’on s’y sente à l’aise », explique Fábio Galeazzo.


La cuisine créée par l’équipe de Fábio Galeazzo pivote sur un axe pour qu’on puisse l’orienter vers le jardin ou vers le salon à l’envi. « La cuisine s’intègre parfaitement à ces deux espaces », explique son concepteur. « On peut préparer le repas à l’extérieur si la journée est ensoleillée et regarder le journal télévisé du salon, tout cela depuis la cuisine. »

Cette pièce est l’exemple parfait de la manière dont la maison, sans murs ni cloisons traditionnels, défie les lois de la physique.


Cette photo met en exergue la décoration de style années 1950 choisie par Fábio Galeazzo. La crédence Brunno Jahara, les chaises métalliques bleu marine Emeco et le chandelier Crown Major donnent à la cabane une ambiance décontractée, pleine de formes et de couleurs.  

Le parquet bénéficie de la certification FSC (Conseil international d’intendance des forêts). Il est fabriqué selon des méthodes écologiques et les sociétés qui fournissent ce bois labellisé doivent également signer une charte de respect des droits des travailleurs.


« Nous appelons les murs extérieurs « l’anti-camouflage », car ils ont été pensés pour contraster avec l’environnement. Mais la conception et la rénovation de la maison ont été faites de manière à respecter la nature », précise Fábio Galeazzo. On a rehaussé le toit avec des piliers de bambou, qui servent aujourd’hui à le soutenir.


Derrière la colonne de bois, une cloison en verre (invisible sur cette photo) divise la salle d’eau en deux. Le robinet est un tuyau de chrome accroché au mur. Il se confond avec le cadre de fenêtre en acier au fond de la pièce.


Les murs de la maison font écho au travail du peintre moderniste brésilien Tarsila do Amaral. Partout, l’imagination est stimulée par des patchworks aux couleurs vives.



Lire aussi

Cette surprenante maison, que l'on doit à l'architecte Scandinave Torsten Ottesjö, va vous faire rêver tellement son intérieur est magique !

Ils nous prouvent avec passion que vivre dans une « maison » de 9 m2, c'est possible !

14 « cabanes » d'hôtels absolument dingues, trouvées à travers le monde

En vidéo : Sur Instagram, Maria Jorstad, enceinte de triplés montre l'évolution de sa grossesse
Dernières news