Une ancienne halle aux grains a été rénovée en une habitation "pop" contemporaine par une artiste !

Par
64
Partages

La topographie des prairies de Great Falls, Montana, a toujours fasciné Kate Morris, professeur d’art à la retraite. Au centre de son attention, les nombreux silos à grains qui parsèment cette zone rurale du nord des États-Unis. C’est en conduisant à travers les vertes collines ondoyantes qu’elle a imaginé un jour convertir l’une de ces constructions de métal arrondies, destinées à recueillir le grain, en maison individuelle. Après avoir hérité d’une centaine d’hectares de prairie du côté de son père, elle a finalement décidé de réaliser son rêve !

Elle a récupéré un grand grenier à grain — puis s’est heurtée à un mur. « Étant artiste, j’avais pensé que je pourrais le rénover et aménager la maison moi-même », dit-elle. « C’était de la folie. » 

AVANT :


Ici, il existait un silo à grains depuis huit ans. Après avoir pris sa retraite et s’être occupée de son frère plus âgé pendant environ deux ans, un heureux hasard est tombé sur Kate. Elle savait qu’elle aurait besoin d’aide professionnelle pour réaliser son rêve, quand elle a retrouvé par hasard Nick Pancheau, un architecte qui avait été son élève à l’école primaire, ainsi que son petit-frère un peu après. Elle lui a expliqué son idée au téléphone, et « il a tout de suite compris », précise Kate.

@Nick Pancheau, AIA
APRÈS :


Les dessins de Nick Pancheau ont conservé l’esprit de la structure intact grâce à la création d’une structure flottante à l’intérieur, aboutissant sur les murs latéraux par des avancées qui permettent de profiter au maximum des environs bucoliques.

En guise d’extension de la salle de séjour, un pont constitue le point d’observation idéal des vols d’oiseaux migrateurs, qui traversent le ciel des réserves naturelles voisines.

@Nick Pancheau, AIA @Louis Habeck


Le silo à grain, qui fait dix mètres de diamètre, est haut de huit anneaux. On parle donc de six mètres de silo (murs seulement). Nick Pancheau défaillait de bonheur quand Kate lui a expliqué qu’elle voulait un pont comme entrée, reliant la colline à la pièce à vivre du deuxième étage. « C’est un postulat de rêve venant d’un client », explique-t-il.

« On a très rarement l’opportunité de construire quelque chose comme un pont. C’est utile et c’est beau, et c’est aussi une belle occasion de tirer le meilleur parti du site. »

La région étant très ventée, il fallait bien qu’il protège l’entrée. Il a pu le faire en creusant dans le silo et en créant un renfoncement dans l’entrée, enveloppé de panneaux peints en jaune. « C’est comme une balise chaleureuse qu’un invité reconnaît tout de suite comme l’entrée, quand il arrive de la colline », explique-t-il. Pour la couleur extérieure, Nick Pancheau s’est inspiré du logo de l’entreprise qui a fabriqué le silo, MFS, dont l’enseigne jaune vif est restée vissée sur le mur au-dessus de l’entrée. Il a assorti le jaune de ce panneau aux avancées extérieures pour en accentuer l’effet.

@Nick Pancheau, AIA @Louis Habeck

À l’intérieur du bâtiment, on peut constater comment la salle de séjour forme une boîte fermée et isolée, contenue dans la structure de métal. Des escaliers descendent vers un espace inférieur non fini, que Kate a aménagé en studio d’art. Il y a aussi une salle de bains climatisée, une buanderie et une salle de contrôle. Kate a fait installer des lignes de service jusqu’à la propriété pour fournir la maison en eau et en électricité.

« Je n’étais jamais entrée dans un silo à grains avant », explique-t-elle. « C’est assez remarquable. Incroyablement simple et pratique. C’est magique à l’intérieur. On pourrait simplement mettre un lit de camp au rez de chaussée, et ce serait déjà un bel espace en tant que tel. Nous voulions vraiment préserver la sensation d'être à l’intérieur d’un silo. Trouver une halle assez grande n’a pas été facile, mais trouver quelqu’un pour y aménager une maison a été encore plus dur. »

Là encore, le hasard a bien fait les choses : alors qu’elle se trouvait dans le magasin de bricolage local en train de montrer les plans à l’employé, Tom Skovron est entré et l’employé lui a demandé s’il se sentirait capable de construire une maison dans un silo. « Tom a répondu, ‘Bien-sûr. J’ai construit 300 silos quand j’étais gamin. Ceci dit, je n’y ai encore jamais emménagé de maison’ », se souvient Kate.

Pour la cuisine, Kate a eu l’idée d’un îlot surélevé, fabriqué de toutes pièces avec une pierre à savon posée et collée sur deux coffres à outils. « Ils sont vraiment pratiques et propres et ont de merveilleux tiroirs, ce que je préfère à des placards », précise-t-elle. Elle penchait pour de l’acier inoxydable, mais est tombée sur ces meubles soldés vert vif. Par un heureux hasard, ils étaient de la même couleur que les abats-jour en verre imaginés par Kate. Elle a aussi créé les carreaux en céramique qui couvrent la crédence.

Une fenêtre permet de relier la cuisine à la chambre et permet à la lumière du matin d’inonder la pièce et d’illuminer le mur de la coque intérieure de métal ondulé.

@Nick Pancheau, AIA (c)Louis Habeck

La salle de séjour est en porte-à-faux par rapport aux murs du silo. Avec des fenêtres de chaque côté, elle offre une vue panoramique sur les prairies et les réservoirs voisins. Kate approvisionne régulièrement les réservoirs de différentes variétés de truites pour la pêche.

Elle a trouvé les chaises Bertoia dans une vente aux enchères de la bibliothèque locale. 

@Nick Pancheau, AIA (c)Louis Habeck

Dans sa chambre, Kate se réveille chaque matin face au lever du soleil. Le liège qui recouvre le sol de la salle de bains a une tonalité et un motif similaires au contreplaqué qui se trouve ailleurs. Kate a créé les carreaux qui sont dans la douche. À droite, on peut voir le mur courbe du silo, depuis lequel une petite fenêtre pointe vers l’extérieur.  

Lire aussi :

Avant/Après : Des combles en ruines transformés en salle de bain
Avant / Après : transformez votre sous-sol en une superbe cave à vin !
5 façades de maison terriblement originales à découvrir !

Commentaires