Une compagnie low-cost a transformé le voyage de Lucie, tétraplégique, en cauchemar

Par
5 987
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Voyager quand on est tétraplégique n'est pas une mince affaire ! Lucie Carrasco en a malheureusement fait les frais lors d’un vol WOW Air Los Angeles-Paris. Le jeudi 3 août, vers 20h, elle a eu la mauvaise surprise de récupérer son fauteuil électrique hors d’usage et est restée allongée pendant sept heures sur une banquette à l’aéroport de Roissy - Charles-de-Gaulle.

Elle a dû subir de nombreuses épreuves tout au long de sa vie en raison de son handicap (elle est devenue tétraplégique suite à une maladie génétique neuromusculaire diagnostiquée à ses 8 mois). Après ce qu’elle a traversé lors de son dernier voyage, elle se dit « éprouvée ». Une fois l’atterrissage effectué, il ne lui restait plus que son fauteuil à récupérer pour pouvoir s’en aller : « Évidemment, il n'était pas là. J'ai dû attendre une heure trente avant qu'on me l'apporte ».

Cependant, c’est une fois qu’il arrive que les problèmes commencent. Son fauteuil, estimé à 30 000 euros, est cassé... Elle demande donc une réparation pour pouvoir prendre son train et retourner à Lyon par la suite.

Crédit photo : Le Parisien

Le temps d’attente est long, le personnel de l’aéroport de Paris et l’équipe de secours s'occupent de la prendre en charge : « Ils ont été extraordinaires, ils sont restés à mes côtés jusqu'au bout ». Du côté des responsables, l’annonce est dure à entendre : « La compagnie a refusé, alors que c'est vital pour moi. Mon fauteuil, c'est mes bras, mes jambes. Sans ça, je ne peux rien faire ». La fatigue du voyage et le stress font que Lucie ressent de plus en plus de douleurs dans tout le corps, et doit faire ses besoins aux yeux de tous : « C’était très humiliant » raconte-t-elle.

Ce n’est qu’après de longues et fastidieuses négociations, à 2h54, que WOW air fait appel à une compagnie d’ambulance pour la transporter jusqu’à Lyon : « J'ai été prise en charge par deux employés qui n'étaient pas ambulanciers et ne savaient pas me manipuler ! L'un d'eux fumait, roulait n'importe comment. Je suis arrivée chez moi le lendemain à 11 heures du matin ! Je pensais que ça n'allait jamais s'arrêter. C'était comme dans un mauvais film ».

Crédit photo : Flytrippers

La compagnie s'est excusée d'avoir fait subir ces événements à la passagère, mais rappelle qu’ils ont dû payer 2 000 euros pour l’ambulance. Choquée par cette réponse, Lucie compte bien porter plainte contre la compagnie, elle qui avait déjà dû payer 400 € de plus pour se trouver à l’avant de l’avion et avoir un siège plus large. Il y a deux mois, une jeune femme avait été privée de son fauteuil dans un avion de la compagnie Vueling et avait été contrainte de s'allonger sur sa mère pendant le voyage.

Pour le moment, elle doit se servir d’un fauteuil de secours en attendant que le sien soit réparé : « On mérite tous d'être traités dignement. Je ne suis pas porte-parole des personnes handicapées, mais je ne peux pas accepter que cela se produise pour d'autres. On me dit d'être raisonnable, d'arrêter de voyager, ça jamais ! ».

Source : Le Parisien
Commentaires