« À ses 100 ans, j'ai sorti ma grand-mère mourante de son EHPAD pour vadrouiller en camping-car », un témoignage inspirant

C’est une histoire digne d’un très beau road movie ! Fiona Lauriol, auteure et autoentrepreneure de 39 ans, a vécu, il y a plusieurs mois, une drôle d’aventure riche en rebondissements aux côtés de sa grand-mère centenaire - aujourd’hui décédée - avec laquelle elle a traversé plusieurs pays en camping-car.

Cette histoire, c’est elle-même qui la raconte dans un blog hébergé par le Huffington Post.

Fiona Lauriol y narre notamment l’épisode où elle a accepté en 2019 de prendre sa « mémé » Dominique à domicile, puis comment, petit à petit, l’idée d’un tel voyage a germé dans son esprit, après quelques mois de vie commune.

« J’ai récupéré ma grand-mère, à 100 ans, dans une maison de repos en région parisienne. Les médecins lui prédisaient une mort imminente, à tel point que, d’après eux, elle ne ferait pas le trajet pour arriver à la Faute-sur-Mer. Une fois installée dans son loft, préparé par mes soins, le médecin de l’Aiguillon-sur-Mer m’a affirmé qu’entre sa corpulence frêle, le nombre de médicaments qu’elle devait ingurgiter et son carcinome à la tête, elle ne passerait pas la semaine. Autant vous dire que ma grand-mère n’a pas apprécié ce médecin », raconte-t-elle ainsi.

« Au bout de six mois, à s’apprivoiser, à se comprendre, à éliminer tous les médicaments inutiles pour qu’il ne lui en reste plus que deux pour la tension, à faire disparaître son carcinome, à la nourrir convenablement, je lui ai proposé une idée folle : 'Dis grand-mère, ça te tente un tour du monde en camping-car ? On part à l’aventure, voir du pays, et vivre pleinement !' », poursuit-elle.

Photo d'illustration. Crédit : joyfull / Shutterstock

Voyager en camping-car avec sa grand-mère centenaire, l'aventure incroyable de Fiona Lauriol

Et de cette proposition un peu dingue est née une superbe aventure, faite de complicité, qui a démarré par un premier voyage à destination de Boccolo di Nocce, dans le nord de l’Italie.

Un choix loin d’être anodin puisqu’il s’agit du village natal de Dominique. Tout un symbole !

Pour l’occasion, ses parents l’accompagnent en voiture mais ce périple, qui avait commencé sous les meilleurs auspices, va vite se transformer en cauchemar.

En chutant malencontreusement lors d’une halte au lac Salagou dans l’Hérault, Dominique se retrouve avec le « nez éclaté » et toute la petite troupe est contrainte d’annuler cette escapade et de rentrer en France.

Mais contre toute attente, la centenaire a pris goût à la bougeotte malgré son petit accident et, à peine remise, elle demande à repartir.

Cap est alors mis sur l’Espagne pour un long voyage de 4 mois durant lequel grand-mère et petite-fille vont vivre des moments uniques et gravés à jamais.

Aussitôt rentrées, Fiona et Dominique remettent le couvert car « mémé ne supporte plus de rester dans sa chambre à admirer les murs blancs ». Pour ce troisième voyage à venir, le duo de choc investit dans un nouveau camping-car plus grand et moins vieux.

Entre-temps, Dominique a fêté son 101e anniversaire comme l’indique une pancarte accrochée au véhicule et sur laquelle on peut lire « 101 ans mémé part en vadrouille ».

Un dernier voyage perturbé par la pandémie de Covid-19

Ce périple les conduira des « chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle » jusqu’au « nord du Portugal ».

Dans la péninsule ibérique, Fiona et Dominique vont notamment « se relaxer dans des vasques d’eau chaude naturelles, se rendre à Loyola (…) fêter la nouvelle année au bord de l’eau, et se projeter pour les futurs voyages ».

Rentrées en France en janvier 2020, elles font le choix de repartir vers cette Espagne qu’elles aiment tant « pour passer l’hiver au chaud », mais en chemin, la menace d’une pandémie mondiale, née de l’apparition d’un virus inconnu venu de Chine, va bouleverser leurs plans. Maudit Covid !

« On n’aura pas le temps de dépasser Valence que l’État d’urgence est déclaré et qu’on se retrouve confinés sur une aire de camping-car à un kilomètre du village de Bellus », raconte ainsi Fiona, qui évite alors « de partager (ses) peurs et protège (sa) grand-mère des infos du virus, car elle a connu la grippe espagnole ».

Nous sommes alors le 14 mars 2020 !

« Deux mois plus tard, après que grand-mère soit devenue la mascotte du camp, qu’elle soit passée dans la presse écrite espagnole et à la télé, on trouve un créneau pour revenir en France avant qu’ils n’imposent leur quarantaine », explique Fiona Lauriol.

Mais l’envie de repartir est plus forte que tout !

Les restrictions sanitaires étant levées, Dominique « veut se rendre en Roumanie pour un cinquième voyage » dès le mois de juin, alors qu’elle est désormais âgée de… 103 ans.

Mais malgré « l’avis favorable du médecin », son état va très vite se dégrader et « au petit matin du 29 juin 2020, avec un sourire de bien-heureuse, elle s’en est allée, apaisée, à 103 ans, 3 mois et 3 semaines ».

Sur son lit de mort, elle a fait promettre à sa petite fille de retracer par écrit ce magnifique et improbable périple.

Et dire que tout était parti d’une proposition un peu folle…

Aujourd’hui, Fiona Lauriol s’est installée « avec l’accord de la commune, à Saint-Quentin-sur-Charente qui a énormément de similitudes avec Bellus », histoire de se « replonger dans toutes (les) aventures » qu’elle a vécues avec sa grand-mère.

Source : Fiona Lauriol
Plus d'articles
À lire aussi