Covid-19 : un variant breton indétectable a été identifié à Lannion

3 638partages

Un nouveau variant de la Covid-19 a été identifié en Bretagne. Si celui-ci s’avère indétectable, il ne serait en revanche pas plus contagieux, ni plus meurtrier que la maladie originelle. Précisions.

La direction générale de la Santé (DGS) a annoncé lundi soir avoir identifié un nouveau variant de la Covid-19 en Bretagne, l’une des régions pourtant les moins touchées par l’épidémie.

« Il a été détecté dans le cadre d’un cluster au centre hospitalier de Lannion, dans les Côtes-d’Armor. Le 13 mars, 79 cas ont été identifiés, dont 8 cas porteurs du variant, confirmés par séquençage », a précisé la DGS.

Crédit photo : joel bubble ben / Shutterstock

Un nouveau variant breton indétectable mais qui ne serait pas plus contagieux ni responsable de forme grave du Covid

Les autorités sanitaires se montrent toutefois rassurantes, affirmant que les premières analyses ne permettent pas de conclure « à une gravité ni à une transmissibilité accrue par rapport au virus historique ».

La DGS fait savoir par ailleurs que « des investigations approfondies sont en cours, afin de mieux connaître ce variant et son impact ».

Ainsi, des expérimentations en laboratoires sont d’ores et déjà prévues « afin de déterminer comment ce variant réagit à la vaccination et aux anticorps développés lors de précédentes infections ».

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a bien évidemment été prévenue de l’apparition de ce variant qu’elle a immédiatement placé sur sa liste de surveillance, sans toutefois le considérer comme aussi préoccupant que ceux d’origine « anglaise, brésilienne ou sud-africaine » .

À l’inverse des autres formes apparues précédemment, ce variant breton présente la particularité d’être indétectable.

La DGS affirme ainsi que les personnes infectées « présentaient des symptômes typiques suggérant une infection par le SARS-CoV-2 mais un résultat de test PCR négatif sur des échantillons nasopharyngés et pour lesquels le diagnostic a pu être fait par la sérologie ou la réalisation de RT-PCR sur des prélèvements respiratoires profonds ».

Source : AFP