Service national universel : 3000 volontaires dans 13 départements pilotes dès le mois de juin

Par
714
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Ce mercredi 16 janvier, Gabriel Attal, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation, a dévoilé les contours de la première phase du service national universel qui sera obligatoire pour les jeunes de 16 ans. Dès ce mois de juin, ce sont près de 3000 volontaires qui vont s’y atteler.

Annoncé lors de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron comme une réelle volonté du gouvernement pour impliquer la jeunesse dans la vie civique, le service national universel prend de plus en plus forme. Dès ce mois de juin, 3000 premiers volontaires âgés de 16 ans vont l’expérimenter à travers 13 départements pilotes.

Si ce service sera obligatoire dans les années à venir, le gouvernement veut d’abord appeler des volontaires pour cette première phase. Ainsi, le secrétaire d’État Gabriel Attal a précisé auprès de l’AFP que le recrutement des premiers volontaires s’effectuerait au mois de mars.

« J’ai demandé aux préfets de cartographier la jeunesse de leur département pour que participent à la fois des jeunes scolarisés, des apprentis, des décrocheurs, des jeunes en situation de handicap » a-t-il expliqué.

Dans son déroulement, le service national universel (SNU) s’effectuera en deux temps : une première phase d’un mois obligatoire pour les jeunes de 16 ans, puis une phase facultative d’une durée de trois à douze mois.

Le SNU était une promesse de campagne de Macron. Crédit photo : Anne-Christine Poujoulat / AFP

D’après les informations du Point et du Parisien, les 13 départements pilotes sont les suivants : les Ardennes, le Cher, la Creuse, l’Eure, la Guyane, les Hautes-Pyrénées, la Haute-Saône, la Loire-Atlantique, le Morbihan, le Nord, le Puy-de-Dôme, le Val-d’Oise et le Vaucluse.

Mais en quoi consistera cette première phase du SNU ? Les jeunes seront hébergés dans des internats ou des bâtiments de l’armée, encadrés par des militaires et des éducateurs rémunérés. Ils devront porter l’uniforme et commenceront leur journée par le salut au drapeau et le chant de l’hymne national car « ce moment de communion républicaine est important » selon Gabriel Attal.

Ils seront formés aux premiers secours, aux réactions à avoir en cas d’attentat ou de catastrophe naturelle et recevront des modules sur la protection de l’environnement ou les valeurs de la République. Par ailleurs, ils devront aussi se soumettre à un bilan de santé et à des tests de français. En plus de cela, des activités plus ludiques et sportives seront proposés comme des débats et des jeux de rôle, ainsi que des parcours en forêt, des courses d’orientation et des franchissements d’obstacles.

Parmi ces premiers volontaires, ceux qui voudront effectuer la seconde phase du SNU devront le faire entre juillet 2019 et juin 2020. Ils participeront alors à une mission générale dans une association ou une collectivité locale pendant quinze jours consécutifs, ou avec des heures réparties tout au long de l’année.

Mais quel est le but véritable du SNU ? Pour Gabriel Attal, il s’agit de renouer la jeunesse avec les valeurs républicaines françaises : « C’est d’abord pour cet enjeu de creuset républicain, de mixité sociale et territoriale, qu’on fait le SNU ».

« Catherine et Liliane », c'est terminé !
Commentaires