L'homme a-t-il vraiment marché sur la Lune ? 8 preuves pour contredire les arguments conspirationnistes

Par Demotivateur en partenariat avec
1 699
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

facebook

Partager sur Facebook

« C’est un petit pas pour l’homme et un grand pas pour l’humanité »… Cette phrase, prononcée par Neil Armstrong le 21 juillet 1969, changea à jamais l’histoire de la NASA. Car c’est le jour où l’homme a posé pour la première fois le pied sur la Lune.


Selon la version officielle, la navette Appolo 11 s’est posée sur le satellite de la Terre avec, à son bord, les 3 astronautes américains les plus célèbres de l’Histoire : Neil Armstrong, le commandant de la mission, Buzz Aldrin et Michael Collins, un peu moins chanceux, qui resta lui en orbite lunaire.

NASA


Et si tout cela n’était en réalité qu’un énorme canular ? Filmé notamment par Hollywood, comme beaucoup le pensent ? En compilant les arguments de plusieurs scientifiques, d’astronautes et surtout, de la NASA, on a voulu reprendre point par point certains faits qui doutent de cette mission afin de démentir les théories conspirationnistes.

 

1 – Le drapeau n’est pas censé flotter sur la Lune... car il n’y a pas de vent

NASA


C’est l’un des arguments préférés des conspirationnistes, car il est recevable. Il n’y a en effet pas de vent car il n’y a pas d’atmosphère sur la Lune. Cependant, l’explication avancée par la NASA est que le drapeau ne flotte tout simplement pas, malgré la sensation laissée sur la photo. En réalité, le drapeau était plissé et était fabriqué dans une toile renforcée de fil de fer rigide imitant l’aspect fripé d’un drapeau battant dans le vent. Soutenu par une potence pour le faire tenir droit, le drapeau est donc statique.

 

2 – Il n’y a aucune étoile dans le ciel sur les photos de la NASA !

NASA


Selon la NASA, le module a atterri sur la Lune dans une période de matinée lunaire, quand le soleil brille très fortement. Ainsi, les étoiles ne brillaient pas assez suffisamment pour pouvoir être capturées sur la photographie.

 

3 – Il n’y a pas de cratère formé dû à l’atterrissage du module lunaire...

NASA


Normalement, le réacteur du module aurait dû brûler la poussière et former un cratère à l’endroit où il a atterri. Selon la NASA, le réacteur n’était pas suffisamment puissant pour brûler le sol, et la couche de poussière n’est pas suffisamment profonde au site de pose pour qu’un cratère se forme.

 

4 – Alors qu'il y a bien des empreintes de pas…

NASA


Pas de cratère, mais des empreintes de pas semblables à celles que l’on peut laisser sur du sable mouillé ? D’après la NASA, la couche de poussière soulevée par l’atterrissage du module a rapidement recouvert la surface de la Lune tout autour. Ainsi, les astronautes ont marché sur cette couche de poussière, laissant ces empreintes de pas.

 

5 – D’ailleurs, ces empreintes sont bien trop visibles sur la surface alors que la gravité y est très faible...

NASA


Seulement voilà, ces empreintes de pas sont bien dessinées sur le sol alors que la faible gravité lunaire allégeait fortement le poids des astronautes. Si ces derniers flottaient quasiment sur la surface de la Lune, comment ont-ils pu laisser de telles traces ? C'est expliqué par le manque de vent qui explique ce phénomène, à tel point que ces empreintes seraient encore présentes aujourd’hui.

 

6 – Il n’y a pas de flamme visible sortant du module lors de son départ de la Lune

NASA


L’explication avancée par la NASA est que le module lunaire est équipé de réacteurs qui utilisent un fuel contenant de l’hydrazine et du peroxyde d’azote. La combinaison et la combustion de ces deux éléments engendrent tout simplement des flammes invisibles.

 

7 – Les astronautes n’auraient pas pu survivre à leur voyage à cause des fortes radiations provenant des ceintures de Van Allen (ceintures de radiation)

NASA


On considère généralement que les astronautes auraient dû subir une dose de radiations mortelles en traversant les ceintures de Van Allen. Même lorsqu'ils étaient sur la Lune. Cependant, la NASA prétend que ses combinaisons spatiales étaient extrêmement résistantes et protégeaient parfaitement les astronautes.

 

8 – Les six atterrissages sur la Lune ont toutes eu lieu durant la présidence de Richard Nixon. Aucun autre chef d’Etat n’a annoncé de voyages spatiaux sur la Lune depuis 40 ans… Coïncidence ?

NASA


Le doute mérite d’être levé sur cet argument. Richard Nixon est devenu un président controversé à cause du Watergate et de la guerre du Viêt-Nam. Ainsi, les théories conspirationnistes concernant la mission Apollo 11 provenaient également de la défiance du peuple américain envers son président. Les opérations spatiales n’étaient pas le fait d’un seul homme politique. En réalité, si les missions sur la Lune se sont arrêtées, c’est parce que les Etats-Unis avaient déjà gagné cette course à la conquête spatiale et qu’il n’y avait plus forcément de budget pour continuer. D’autant plus qu’en URSS, être second n’était pas une option. Les deux nations ont donc poursuivi leurs missions spatiales pour des mises en orbite, à des fins commerciales ou militaires.


PREUVE "BONUS" : Dimanche 21 février 2016, dans l’émission intitulée « Les dossiers inexpliqués de la Nasa », émise sur la chaîne Discovery aux USA, un document classé secret-défense pendant plus de 40 ans a été diffusé au grand public. On y entend les astronautes de la mission spatiale Apollo X (la mission précédant Apollo XI), qui croient percevoir une musique au loin, alors qu’ils sont en orbite du côté de la face cachée de la Lune. Un son qui, d’après un ingénieur de la NASA, n’est autre que "les radios dans les deux vaisseaux (le module lunaire et le module de commandement, qui étaient alors attachés) qui créaient des interférences entre elles".
Source : 20 Minutes.



Bien que la NASA a prouvé à plusieurs reprises qu’il y avait bien eu une mission sur la Lune, de nombreuses personnes dans le monde croient, malgré tout, encore à la thèse “Hollywoodienne”. C’est le postulat de base de “Moonwalkers”, dont la sortie ciné est prévue le 2 mars 2016 : Hollywood est-elle responsable de cette vidéo de propagande ?

L’histoire du film est vraiment originale : Ron Perlman (Hellboy, Pacific Rim) y incarne un agent de la CIA chargé de recruter le réalisateur Stanley Kubrick pour filmer les premiers pas de l’Homme sur la Lune, au cas où la navette Apollo 11 échouerait sa mission. À ses côtés, Rupert Grint (alias Ron Weasley dans “Harry Potter”) y incarne Jonny, un manager raté d'un groupe de rock hippie qui se fait passer pour l’agent de Stanley Kubrick. Le tout, dans une comédie sous acides, déjantée et jubilatoire, ayant pour cadre le Londres des Seventies. Vous ne serez pas déçus !

Source : Movie Pilot