Les mamans « parfaites » qui se la racontent sur Instagram vous énervent ? Alors voilà un petit cadeau pour vous !

Par
10 090
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

facebook

Partager sur Facebook

Grâce au livre de Virginie Duplessy, la vérité va enfin éclater : La mère parfaite n’existe pas. Voilà de quoi déculpabiliser toutes les mamans, leur mettre du baume au cœur, les rassurer et leur redonner le sourire.

 

 

Marre de ces mamans toujours parfaites, que l’on voit partout sur les magazines féminins et les réseaux sociaux ? Heureusement, on a ce qu’il vous faut ! Avec le livre de Virginie Duplessy, « La mère parfaite est une mytho ! », paru aux éditions de l’Opportun, la vérité éclate enfin au grand jour : Non, la mère parfaite n’existe pas, c’est juste une grosse mytho, et en plus, on a des preuves !

 

Ras-le-bol de ces mamans qui se conjuguent au plus-que-parfait, qui s’affichent sur les réseaux et se la pètent avec leurs abdos en béton armé, leurs jambes galbées quinze jours après l’accouchement de leur quatrième enfant — événement qui restera, bien sûr, le « plus beau jour de leur vie ». Marre des leçons de morales de celles qui essayent de faire culpabiliser les autres : « Mais comment ça, tu ne cuisines pas tout toi-même ? » « Du lait en poudre ? Mais tu n’as pas peur de l’empoisonner ? »

 

Bref, un livre qui fait du bien et qui redonnera le sourire à toutes les mamans normales stressées (qui l’ont bien mérité).

 

Voici un petit extrait du bouquin en question qui illustre les différences entre les mères réalistes et les soi-disant mères parfaites :

 

 

 

  

 

 

 

 



 

La soirée (fantasmée) chez la mère parfaite :

 


19 h :
les enfants sont baignés, en pyjama, et sont en train de dîner.

 

19 h 30 : la nounou quitte la maison (que dis-je, le château !) en lui assurant que son plat préféré est au four et le champagne au frais.

 

20 h : un bisou aux enfants, qui s’endorment comme des masses avec un sourire de bonheur béat (c’est l’extase chez la mère parfaite, que voulez-vous).

 

20 h 30 : dîner aux chandelles, suivi d’un film ou de sa série préférée et d’ébats romantiques sous la couette.

 

(Le tout bien sûr, sans être dérangés une seule fois par les kids.)

 

 

 

La soirée (réaliste) chez nous, mère imparfaite :

 

19 h : vous êtes en retard sur votre planning, le petit dernier n’est pas encore douché et la grande fait la folle avec TOUS ses jouets, votre salon c’est un melting-pot de peluches.

 

19 h 30 : vous mettez la dernière touche à votre repas du soir pendant que votre conjoint râle en rangeant TOUS les jouets que votre fille et votre fils s’évertuent à rapporter dans le salon.

 

20 h : le repas se déroule à peu près normalement (comprendre : jets de pâtes ou de pain, verre d’eau renversé, refus de goûter les légumes, cris et pleurs habituels).

 

20 h 30 : coup d’éponge sur la table, brossage de dents et au lit !

 

20 h 44 : vous terminez la quatrième histoire en vitesse, car vous vous êtes encore fait avoir.

 

20 h 59 : fin des câlins et bisous rituels, vous dites bonne nuit ! À demain !

 

21 h 05 : la grande se relève pour faire pipi et bien sûr, elle a besoin de vous.

 

21 h 17 : le petit n’a pas eu sa dose de câlins, il vous réclame.

 

21 h 38 : la grande a entendu son frère et vous réclame aussi.

 

21 h 42 : le petit se met à pleurer, il a soif.

 

21 h 43 : la grande a soif aussi, finalement. Mais pas dans ce verre-là, l’autre.

 

21 h 45 : vous pensez pouvoir grignoter enfin un bout, devant le replay de votre série préférée. Mais non, le réseau ou la box plante. Évidemment.

 

22 h 10 : vous avez réussi à lancer votre épisode de série, youpi ! Et votre mari chéri a concocté un plateau-repas bien sympathique. Super soirée en perspective !

 

22 h 15 : vous réalisez que votre fille est planquée derrière le canapé et regarde The Walking Dead depuis dix minutes. Elle « n’a pas sommeil ».

 

22 h 17 : vous la recouchez, mais le bruit fait par ses protestations réveille son frère à l’autre bout du couloir.

 

22 h 30 : il ne s’est pas rendormi, et en plus on dirait qu’il a de la fièvre, non ?

 

23 h : il s’est rendormi. Vous êtes crevée et vous n’avez quasiment rien avalé. En plus la box a encore planté. Bonne soirée, non ?



Extrait publié avec les accords de l’auteur et de l’éditeur.

Ceci est un extrait du livre de Virginie Duplessy, « La mère parfaite est une mytho », publié aux Editions de l’Opportun. 240 pages, 9,90 euros. Vous pouvez vous le procurer ici.

Source : Virginie Duplessy/ éditions l'Opportun
Commentaires