8 anecdotes surprenantes sur les origines de mots et expressions de la langue anglaise

Par Demotivateur en partenariat avec Education First
45
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Ce n’est un secret pour personne, l’anglais est l’une des langues les plus parlées au monde. Spontanément, deux personnes de nationalités différentes, ne partageant pas une langue maternelle commune, échangeront bien souvent en anglais, en supposant que s’il y a bien une langue que l’interlocuteur est susceptible de comprendre, c’est celle-ci.

Langue riche en constante évolution, l’anglais comporte de nombreux mots et expressions dont les consonances sont parfois aussi amusantes que les origines. Voici huit petites anecdotes relatives à l'origine de certains mots anglais, et à la langue de façon plus générale.

1 - « Flip-flops »


via GIPHY

Les « flip-flops », ce sont ce que nous francophones appelons des tongs. Pourquoi diable choisir un mot aussi original pour désigner une paire de chaussures aussi banale ? Il s’agit tout simplement d’un phénomène de cratylisme ! Dans les années 1960, Américains et Britanniques ont en effet commencé à employer ce mot pour désigner les tongs (appelées « thongs » en Australie) après s’être rendu compte que lorsque l’on marchait avec celles-ci, l’on produisait un « flip-flop » sonore caractéristique. L’onomatopée est ainsi devenue un nom commun pour désigner les tongs, tout simplement.

2 – « Jack of all trades, master of none »

via GIPHY

Probablement l’une des expressions anglaises les plus intéressantes, « Jack of all trades, master of none » a donné respectivement leurs titres à la chanson de Beach House, et à la formidable série d’Aziz Ansari et Alan Yang. Il est impossible de traduire littéralement cette expression en français, son équivalent approximatif dans la langue de Molière étant « qui trop embrasse, mal étreint ».

Le « Jack of all trades, master of none » est celui qui est si bon en tout que finalement il n’excelle en rien… ce qui n’est pas nécessairement positif. Composée de deux parties, la première de l’expression, « Jack of all trades », provient du latin « Johannes factotum » (« celui qui fait tout ») qui était jusqu’alors utilisé en anglais élisabéthain, faute de mieux. Il s’avère que la première fois que l’expression « Jack of all trades » a été utilisée sous cette forme remonte à 1592, sous la plume de Robert Greene, au sujet de nul autre que William Shakespeare ! Greene voulait faire référence à la polyvalence de Shakespeare, acteur devenu dramaturge.

Isolée, l’utilisation de « Jack of all trades » n’est pas foncièrement péjorative, elle dépend purement du contexte. C’est lorsque vient s’ajouter le « master of none » que l’expression devient purement négative. Cette deuxième moitié de l’expression n'est arrivée que plus tard, prétendument en 1721 en Amérique du Nord.

3 - « Whisky » 

via GIPHY

À l'origine, étymologiquement, le whisky désignait… de l’eau ! Le terme venait en effet du gaélique irlandais « uisce », et du gaélique écossais « uisge », qui se réfèraient tout simplement à l’eau dans sa forme la plus pure. Pour parler d’eau-de-vie, il fallait parler de « uisce / uisge beatha ». L’abandon du « beatha » s'opérant par la suite, « uisce / uisge » a fini par devenir le « whisky » en anglais commun que nous connaissons.

4 - « Jeans »

via GIPHY

Si pour désigner le pantalon, nous autres francophones employons le terme « jean » au singulier, les Anglo-Saxons parlent de « jeans », au pluriel. Ce vêtement universel qui est l’un des plus portés au monde provient initialement de Gênes, en Italie, où est né le tissu le composant. « Gênes », « jeans »… Hé oui ! Le mot anglais provient directement du nom de la ville d’où le jean tire ses origines. Il en va de même pour le « denim », tissu employé pour confectionner des jeans originaire de Nîmes, en France. Le mot anglais « denim » provient directement de l’expression française « de Nîmes », ni plus ni moins.

5 - « Sandwich »

via GIPHY

Vous pensiez peut-être que le mot « sandwich » provenait des îles Sandwich, où aurait pu naître ce mets. En réalité, le mot « sandwich » tire directement son origine du nom du britannique John Montagu, 4e comte de Sandwich, né en 1718 et mort en 1792.

Trop occupé à travailler assis à son bureau, le comte, pour gagner du temps et ne pas prendre de pauses trop longues en mangeant, aurait pris l’habitude de s’alimenter de tranches de pain garnies de fromage et de viande froide sans jamais quitter la pièce. Il serait donc l’inventeur des sandwiches, qu’il aurait conçu pour ne pas perdre de temps au boulot, et auxquels il aurait donné son nom.

Une autre version de l’histoire, moins conscienseuse et moins probable, suppose que le comte de Sandwich aurait pris l’habitude de manger des sandwiches pendant de longues parties de cartes, afin de ne pas les interrompre.

6 - « Loo »

via GIPHY

Les anglophones disposent d’un nombre de mots étonnamment étendu pour désigner les toilettes. L’un d’entre eux, le plus court et le plus simple à retenir est le « loo ». Quelque peu amusant à prononcer, le mot proviendrait du français « le lieu », dit à l’anglaise, comme euphémisme pour faire référence au petit coin.

Une autre hypothèse, contestée, attribue l’origine du mot à l’expression française « Regardez l’eau ! ». Au Moyen-Âge, les personnes qui vidaient les pots de chambre par la fenêtre criaient cette phrase à destination des passants, pour leur éviter de recevoir des éléments indésirables venus du ciel.

Enfin, certaines personnes pensent que « loo » viendrait de « Waterloo », nom qui était inscrit sur beaucoup de citernes surmontant les cabanes extérieures qui abritaient des toilettes dans les résidences britanniques au début du XXe siècle.

7 – William Shakespeare a inventé plus de 1700 mots du vocabulaire usuel anglais

via GIPHY

C’est proprement impressionnant, et pourtant ! William Shakespeare est l’inventeur de plus de 1700 mots anglais, parmi lesquels « torture », « addiction », « champion », « gossip », « ode », «blushing »,et bien d’autres termes dont les anglophones se servent dans la vie de tous les jours, termes qu’il a d’ailleurs utilisé dans ses pièces. Pour ce faire, le dramaturge changeait les noms existants en verbes, les verbes existants en adjectifs, ajoutait des préfixes ou des suffixes, ou associait deux termes pour en former un inédit, quand il ne créait pas intégralement de nouveaux mots à partir de rien. Pas étonnant que nous parlions de « langue de Shakespeare » pour parler de l’anglais !

8 - Plus de 2/3 du vocabulaire anglais serait en réalité composé de mots d’origine française

via GIPHY

La linguiste française Henriette Walter prétend que les mots d'origine française représentent au moins deux tiers du vocabulaire anglais. Une proportion surprenante, mais qui tendrait à se confirmer ne serait-ce qu’avec les exemples du « denim » ou du « loo » que nous avons pu voir précédemment.

Il est intéressant de noter également que le vieux français serait davantage compris par les étudiants étrangers dont l’anglais est la langue maternelle que par les étudiants français ! Est-ce là une autre preuve de l’importance considérable de l’apport du français à l’anglais ?

Selon Anthony Lacoudre, cela s’expliquerait par l’arrivée en 1066 du Français Guillaume Le Conquérant sur le trône d’Angleterre. Les terres acquises par lui-même de l’autre côté de la Manche furent confiées à ses barons normands, ce qui explique pourquoi le français était parmi les élites en Angleterre, et pourquoi la langue anglaise a hérité d’autant de mots français, sans parler des mots latins.

Si toutes ces anecdotes vous ont donné envie de maîtriser davantage la langue de Shakespeare, vous pouvez apprendre l’anglais à l’étranger avec Education First !

Commentaires