Il recrée des scènes iconiques issues de la pop-culture dans la vraie vie à l'aide... de son iPhone : impressionnant !

Par
727
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

François Dourlen est un homme qui nous amène à la croisée des mondes.

En confondant nos vies de tous les jours et les personnages phares de la pop-culture, en mélangeant le réel et l’irréel, ce professeur de 33 ans suit des motivations nobles : « J’aime penser que ce genre d’images pourrait changer la manière des gens de voir les choses, de s’amuser un peu de tout, de voir le monde qui nous entoure un peu plus avec un regard d’enfant. »

À l’origine de ce projet ? Le hasard le plus complet et surtout l’envie de s’amuser : « Tout est parti d’une blague et ça l’est un peu resté, du coup. Mon unique motivation est de m’amuser, de faire quelque chose de différent avec un appareil photo et d’amuser les gens. »

Né à Cherbourg (Normandie), où il réside toujours et enseigne l’histoire et le français à des lycéens, François n’a finalement pas à regarder bien loin afin de saisir une idée, un instant, un bon moment : « Mon inspiration vient de ma culture. Celle d’un mec de 33 ans qui a grandi avec le Club Dorothée, Retour vers le Futur, Disney et maintenant celle d’un papa d’une petite fille qui regarde des dessins animés… La boucle est bouclée. Mon inspiration est aussi très pop dans le sens ‘culture populaire’. J’aime faire des choses simples efficaces et accessibles. »


Depuis sa première photo postée en 2013, François cumule plus de 180 000 followers, toutes plateformes confondues. Un succès qui n’est pas passé inaperçu : « Ce qui est rigolo avec cette histoire c’est qu’après avoir fait le buzz sur internet, j’ai été sollicité pour réaliser des clichés pour beaucoup d’enseignes comme Playstation, Disney, Marvel, Canal+, Audi, Netflix… Ça m’a beaucoup fait voyager ! »

La tête dans les nuages mais les pieds sur terre, il précise : « Après, ce n’est pas mon métier. J’ai choisi de rester professeur et de ne pas en vivre pour garder le côté amusant. Mais surtout pour ne pas avoir à me forcer à créer des choses amusantes qui, au final, ne le seraient plus ou perdraient de leur saveur si elles servaient à remplir mon caddie. »

On espère cependant qu’il s’octroie encore longtemps le droit de nous faire rêver :

     
Vous pouvez retrouver le travail de François Dourlen sur sa page Instagram, son profil Facebook ou encore son site Internet.
Une médaille décernée aux jeunes adolescents qui avaient rendu 4 000 euros trouvés dans le RER
Iphone Compilation Pop culture
Commentaires