La photo de ce baiser à la fin de l'épreuve de slopestyle des JO de Pyeongchang a fait le tour du monde

Par
10 111
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Il n'a peut-être pas fini dans le haut du tableau des scores de l'épreuve de slopestyle, qui s'est tenue à Pyeongchang ce dimanche 18 février… mais l'image de son visage a fait le tour des écrans des télévisions du monde entiers, braqués sur les Jeux Olympiques d'Hiver depuis déjà maintenant dix jours.

Gus Kenworthy / Capture d'écran Twitter

Un bisou qui a fait le tour du monde. Le skieur freestyle états-unien Gus Kenworthy ne pensait pourtant pas que son geste connaîtrait un écho et un retentissement aussi fort, lorsqu'il a embrassé son petit ami après sa course, en toute intimité. Ce n'est qu'après coup que le couple s'est rendu compte qu'il avait été filmé, a expliqué le sportif âgé de 26 ans.

« Je n'ai pas réalisé sur le coup que ce moment était en train d'être filmé, mais je suis trop content que ça l'ait été. Dans mon enfance, jamais je n'aurais pu imaginer de voir deux homosexuels s'embrasser à la télé pendant les JO… mais, pour la toute première fois, un enfant qui regarde la télé le pourra ! L'amour, c'est l'amour. »


Gus Kennworthy n'aura terminé que douzième dans le classement final, avec 35 points, loin derrière le norvégien Oystein Braaten, qui termine premier avec 95 points, et son compatriote états-unien Nicholas Goepper qui le talonne sur la seconde place du podium, avec 93,6 points.

Médaillé d'argent à Sotchi il y a quatre ans, le skieur freestyle, qui fait partie des rares athlètes de ces JO d'hiver à avoir révélé ouvertement son homosexualité, était parti avec un handicap : trois jours avant l'épreuve, il s'est cassé le pouce à l'entraînement, mais avait décidé de tenter sa chance coûte que coûte.

Alors que les Jeux Olympiques, événement médiatisé dans le monde entier, sont souvent l'occasion de mêler le sport aux revendications politiques, militantes ou sociales, les JO d'hiver de Pyeongchang semblent d'ores et déjà placés sous le signe de la bannière arc-en-ciel : Déjà au début de l'évènement, le patineur canadien Eric Radford était devenu le premier athlète ouvertement gay à remporter une médaille d'or aux Jeux d'hiver.

Comme l'explique Gus Kennworthy, il avait déjà voulu embrasser son petit ami à la fin de sa course lors de sa dernière participation aux JO d'hiver de Russie, mais n'avait pas osé à l'époque, car il avait « trop peur de le faire ». Cette fois-ci, une page se tourne. Ce baiser restera sans doute gravé comme un moment historique des Jeux Olympiques.

Au Pakistan, plusieurs hommes politiques ont été affublés par mégarde d'un filtre chat lors d'un Facebook live
Commentaires