Le berceau de l'homme moderne enfin localisé ?

209partages

Une équipe de chercheurs affirme avoir localisé le berceau de l’humanité moderne. Il s’agirait de l'actuel Botswana, au sud du fleuve Zambezi.

"Il est clair depuis un certain temps que les humains anatomiquement modernes sont apparus en Afrique il y a environ 200 000 ans", a déclaré le professeur Hayes, généticienne au Garvan Institute of Medical Research et en charge de la recherche. Toujours est-il qu’aucun élément scientifique ne détermine avec précision la localisation de nos ancêtres à tous. C’est pourquoi, ces chercheurs se sont penchés sur la question à l'aide d'analyses génétiques.

Ils ont donc procédé à une analyse de l’arbre généalogique humain. Pour ce faire, ils ont utilisé des centaines d'échantillons d'ADN mitochondrial (le morceau d'ADN qui passe de la mère à l'enfant) d'Africains vivants.

Grâce à cette analyse des gènes, les anthropologues ont conclu que l’Homme moderne a émergé dans ce qui était autrefois une zone humide luxuriante au Botswana. Nous descendrions alors tous d’une même femme qui vivait dans ce pays d'Afrique australe il y a environ 200 000 années.

Selon cette même étude, parue dans la revue Nature, nos ancêtres s’y seraient installés pendant 70 000 ans jusqu'à ce que le climat local change. Ils auraient alors émigré suivant probablement des troupeaux d’animaux comme l’avance Hayes.

Le berceau de l'Homme moderne enfin localisé ?, crédit : Vadim Petrakov/ shutterstock

Différentes vagues de migration auraient suivi, il y a 130 000 et 110 000 ans. La première vers le nord-est et une autre vers le sud-ouest, même si certains de nos ancêtres seraient restés dans le pays d’origine.

Toujours est-il que ces découvertes ne font pas l’unanimité au sein des experts en anthropologie. En effet, certains dont Chris Stringer, du Natural History Museum de Londres, estiment que l'évolution de l'Homo sapiens est un processus trop complexe pour être reconstitué à partir de l’ADN mitochondrial seul.

Selon lui, "c'est exagéré parce qu'on ne regarde qu'une infime partie du génome, donc ça ne peut pas vous donner toute l'histoire de nos origines" comme il l’a expliqué à la BBC. Ainsi, il aurait pu y avoir plusieurs pays d'origine, plutôt qu'un seul.

L’étude ne prouve donc pas définitivement l’hypothèse qui avance que tous nos ancêtres seraient originaires d’un seul et unique endroit avant d’émigrer vers les différents continents actuels.

Hayes a confirmé “qu’il pourrait y avoir d'autres origines et d'autres lignées - c'est une possibilité". Ce qui est certain, c’est que cette étude est une grande étape vers la connaissance de nos origines.

 crédit : Chris Bennett, Evolving picture

Source : Nature magazine
Plus d'articles
Dernières news