Les forains multiplient les opérations escargot pour protester contre l'annulation du marché de Noël à Paris

Par
1 612
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Votée à l’unanimité par le Conseil de Paris au début du mois de juillet, l’annulation du marché de Noël a entraîné la colère des forains qui multiplient les opérations escargot en ce lundi 6 novembre.

Ce lundi matin, les automobilistes qui souhaitent rejoindre la capitale doivent faire face à de nombreux embouteillages, en grande partie causés par les mouvements de protestation des forains.

En effet, des dizaines d’entres eux ont mené des «opérations escargot» aux portes de Paris avec leurs camions afin de faire entendre leur colère contre la suppression du marché de Noël qui se tient habituellement, depuis 2008, sur les Champs Élysées.

Ils étaient notamment en place peu avant 7h du matin sur l’A13 ainsi qu’au niveau de l’embranchement de l’A4 avec l’A86 selon la préfecture de police. De son côté, le site d’information routière Sytadin informait les automobilistes de l’évolution de la situation : « Des manifestations de forains sont en cours sur la région parisienne, avec génération de bouchons mobiles par des camions de forains sur les voies rapides de l’Île-de-France »

« Sur A13 vers Paris, à hauteur de Chambourcy: 40 camions en bouchon mobile sur deux voies créent près de 10 km de retenue. Sur l’A4 vers Paris, à hauteur de Champs-sur-Marne: présence de manifestants sur la chaussée, générant un fort bouchon en amont. Sur l’A6 vers Paris, à hauteur de Wissous: bande d’arrête d’urgence et voie de droite neutralisées. » indique le site qui précise que «ces manifestations devraient se multiplier».

Vers 8h30 ce matin, une quinzaine de camions de forains étaient bloqués par des CRS au niveau de la porte de la Muette, alors qu’ils comptaient mener une opération escargot sur le périphérique selon l’AFP.

Cette vaste vague de protestation des forains fait inévitablement suite à la décision du Conseil de Paris de ne pas reconduire le marché de Noël sur les Champs Élysées. Une décision qui avait provoqué la colère de Marcel Campion, 77 ans, que l’on surnomme le « roi des Forains », promoteur historiques des fêtes foraines parisiennes.

Auprès de l’AFP, Christian Lentz, président du Syndicat associatif pour le maintien et la sauvegarde des fêtes foraines (Samseff) explique ce mouvement par le fait qu’un « bon nombre de forains du marché de Noël de Paris avaient fait des investissements pour six ans », en faisant référence à la durée de contrat initial signé avec la Ville de Paris, renouvelable tous les deux ans.

Loisirs Associés, la société de Marcel Campion, réfléchit à la possibilité de faire un référé « afin de solliciter en urgence du juge la suspension de la décision municipale ». Interrogé par l'AFP, Marcel Campion avait fustiger le mépris des élus de Paris qui « font fi du travail des forains » et « se foutent éperdument des 2000 emplois que génère le marché de Noël ». Ainsi, les forains qui bloquent actuellement les routes comptent bien prolonger leur action plusieurs jours supplémentaires s'il le faut, déterminés à pouvoir s'installer sur les Champs Élysées.

Âgée de 89 ans, elle tricote plus de 400 couvertures et les offre à des chiens de refuge
Paris Champs elysées
Commentaires