Loup : 7 choses à savoir sur cet animal mythique

Depuis toujours, les loups fascinent les Hommes. À la fois sauvage et mythique, cette espèce est tout simplement incroyable dans des nombreux domaines. Vous désirez en apprendre davantage sur elle ? Alors vous êtes au bon endroit ! En effet, les 7 points détaillés dans l’article ci-dessous sont parfaits pour mieux comprendre et cerner ces créatures extraordinaires que sont les loups. Si vous les aimez, vous allez sans doute apprécier ce moment.

Crédit : Jim Cumming / Shutterstock

À voir aussi

À l’état sauvage, il est très rare de voir des loups et seules certaines personnes ont eu la chance d’en voir dans la nature. Et pour cause, la plupart du temps, étant donné qu’ils craignent l’Homme et s’enfuit dès qu’ils le sentent dans les parages, les rencontrer ne se fait par hasard.

Pour cela, il faut le vouloir et faire preuve d’une grande patience en passant des journées entières dans des forêts isolées. Eh oui, les loups possèdent en eux tous les capteurs nécessaires pour avoir toujours un coup d’avance sur nous, notamment grâce à leur odorat et à leur ouïe exceptionnels, c’est donc eux qui choisissent de nous croiser… ou pas.

Mais parfois, ce moment magique, le temps d’un instant, ce moment magique se passe.

Celles et ceux qui ont déjà eu la chance de vivre cette rencontre ont forcément remarqué chez les loups un côté majestueux. Ils sont un mélange de résistance, d’intelligence et de puissance qui fait d’eux les rois incontestés de la forêt et surtout des animaux très intéressants à observer.

Voici ce qu’il faut savoir sur les loups :

Les loups chassent en meute

L’acte de chasse est inné chez les loups, Mais contrairement à d’autres espèces, ils ont une efficacité particulièrement faible lorsqu’il leur arrive de chasser en solitaire. Cela explique pourquoi ils ont plus l’habitude de chasser en meute, car c’est dans cette configuration qu’ils sont les plus redoutables.

En effet, cette dernière leur permet d’avoir un taux de réussite bien meilleur et également de s’attaquer à des proies beaucoup plus grosses.

Comme tous les prédateurs carnivores, les loups peuvent compter sur une faculté infaillible à mémoriser les endroits où ils ont déjà chassé. Une fois que la meute a localisé sa cible, qui est souvent choisie de préférence malade ou affaiblie, elle ne la quitte plus des yeux et s’en approche le plus près possible sans être repérée. Les loups sont patients et attendent toujours le moment idéal pour se découvrir et passer à l’attaque.

Une fois que la proie tente de fuir, une course-poursuite se déclenche entre elle et la meute à ses trousses, cela peut durer plus moins longtemps selon l’espèce ciblée. En général, les loups harcèlent leur proie jusqu’à épuisement.

Lorsqu’elle est au sol, ils la mordent et arrachent des morceaux de chairs jusqu’à ce qu’elle meure. Si l’animal tué est très gros, la meute peut le manger en plusieurs repas.

Chez eux, c’est vraiment l’union qui fait la force. Une récente réalisée dans le Mercatour démontre que 85% de leur alimentation est constituée d’espèces sauvages (cerfs, chamois, mouflons, lapins, marmottes, lièvres, etc) et 15% d’animaux domestiques (brebis et chèvres).

Les loups sont protégés par la loi

Éradiqués de France dans le courant des années 1930, les loups ont fait leur retour naturellement sur le territoire national en provenance d’autres pays européens dans les années 1990.

Malgré le fait que son nombre d’individus soit en augmentation, il reste aujourd’hui inscrit sur la liste rouge des espèces menacées dans l’Hexagone. En ce sens, le comité français de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) classe l’espèce comme « vulnérable ».

Cette fragilité justifie pourquoi les loups sont protégés par la législation. Au niveau européen, c’est la Convention de Berne et la Directive Habitat Faune Flore qui a mis en place l’interdiction pour les chasseurs de les tuer de manière intentionnelle. En France, c’est un arrêté daté du 23 avril 2007 qui interdit la chasse de l’espèce.

Cependant, certains tirs sont régulièrement autorisés par le gouvernement, notamment pour répondre aux éleveurs dont troupeaux sont régulièrement malmenés par les loups.

« Dès lors qu'une attaque avérée survient sur des animaux d'élevage, que celle-ci soit du fait d'un animal seul ou d'une meute et ouvre droit à indemnisation de l'éleveur. En ce cas, le préfet délivre sans délai à chaque éleveur ou berger concerné une autorisation de tir de prélèvement du loup valable pour une durée de six mois » précise l'article L. 427-6 du code de l'environnement.

Les loups ont peur des Hommes

Vous presque aucune chance de croiser ou plusieurs loups à l’état sauvage, que ce soit la nuit ou la journée. En effet, son odorat très développé lui permet de sentir la présence de l’Homme à des kilomètres à la ronde et comme il en a peur, il fuit immédiatement dans la direction opposée.

Pour rappel, les loups craignent grandement les animaux bipèdes dont nous faisons partie, au même titre que les ours. Ceci étant dit, il ne faut jamais dire jamais, et autant savoir comment il faut réagir en cas de rencontre extraordinaire, même s’il y a de grandes chances qu’elle soit très brève.

Dans le cas où vous tomberiez nez à nez avec des loups, qui auraient été attirés par la nourriture que vous transportez dans votre sac lors d'une randonnée par exemple, le plus important et de garder son sang-froid et de rester debout afin de leur montrer que vous êtes le dominant.

Dans l’idéal, il faut faire un maximum de bruit et ne surtout pas courir ni se retourner. Mais normalement, sur la théorie mais aussi sur les expériences vécues, tous les spécialistes de la question s’accordent pour dire que les loups partent tranquillement dans ce genre de situation.

Les loups sont bénéfiques pour l’environnement

Si l’on parvient à gérer l’impact négatif que peuvent avoir les loups sur les élevages et ainsi à apporter une réponse aux agriculteurs qui se plaignent logiquement de perdre de nombreux bêtes lors d’attaques, les loups sont grandement bénéfiques à l’environnement et à la biodiversité.

En effet, leur retour est celui du premier prédateur naturel qui entre dans la chaîne alimentaire concernant les populations de gibiers souvent trop abondantes comme les cerfs, les chevreuils ou encore les sangliers. La présence des loups dans les zones rurales isolées permet d’effectuer une régulation naturelle des espèces et ainsi empêcher un déséquilibre voire un dérèglement qui peut avoir des conséquences néfastes sur la biodiversité.

De plus, les loups, en tant que prédateurs redoutés, ont la capacité de réinstaller une crainte naturelle chez les gibiers qui les poussent à limiter leur présence dans des zones ouvertes à l’instar des cultures et des plantations, dans lesquels ils sont responsables de nombreux dégâts chaque année.

Vous l’aurez donc compris, pour la nature au sens large, le retour des loups dans nos montagnes est une chance véritable chance dont il faut se réjouir et, pour quelques-uns, apprendre à vivre aux mieux avec sa compagnie.

Les loups ont une mauvaise réputation

Longtemps vus comme des charognards auprès des corps sans vie gisants sur les champs de bataille, les loups ont rapidement endossé lors des siècles qui ont suivi une réputation largement disproportionnée de « mangeurs d’hommes ».

Certains récits d’époque font également état d’attaques sur des humains mais l’immense majorité d’entre elles ont été expliquées par le fait que les individus étaient enragés, affamés ou malades.

Le gibier est alors très chassé et il disparaît peu à peu des forêts. Ajoutez cela que celles-ci sont défrichées pour faire paître le bétail et vous obtenez directement le fait que le loup se rapproche inexorablement des Hommes car il manque de ressources et doit s’attaquer au bétail pour survivre. Les conflits avec les humains sont alors de plus en plus fréquents plus importants et un vrai conflit d’intérêts s’installe.

Pendant plusieurs années, des témoignages d’attaques sur des enfants qui gardent seuls des troupeaux en lisière de forêt continuent d’effrayer tout le monde.

Résultat, au XIXème siècle, dans l’inconscient collectif, le loup devient le symbole du mal et une campagne d’éradication finit par être menée aux quatre coins de l’Europe.

Aujourd’hui, les choses ont bien évolué mais dans la culture populaire issue des contes et des légendes, la crainte de ce prédateur est toujours ancrée.

Les loups ont des capacités physiques hors-norme

On oublie trop souvent de mentionner à quel point les loups sont des machines de haute technologie. En effet, derrière leur apparence de husky sauvage et leurs beaux yeux, ils ont été entièrement conçus et développés par la nature pour s’adapter de façon extraordinaire à leur habitat, constitué de forêts de montagnes.

D’abord, ils sont dotés d’une excellente vision nocturne qui leur permet de détecter n’importe quel mouvement là où nous ne verrions absolument rien d’autre que du noir. Ensuite, les loups possèdent des sens bien plus sensibles et précis que ceux des humains.

Par exemple, grâce à leur odorat 100 supérieur au nôtre, ils sont capables de sentir des proies jusqu’à deux kilomètres à la ronde et peuvent aussi déterminer l'âge et le sexe d’un de leurs semblables à cette même distance. Cela les aide notamment à éviter de croiser la route d’autres potentiels prédateurs. Et ce n’est pas tout, leur ouïe est également 16 fois meilleure que celle d'un être humain.

Cette dernière leur permet d’entendre jusqu'à 9 kilomètres en forêt et 16 kilomètres en terrain découvert. Pour finir, quand ils chassent, les loups peuvent faire des pointes de vitesse à près de 60 km/h et ont l’endurance nécessaire pour traquer des proies sur une centaine de kilomètres.

Entre Noël 2017 et début janvier 2018, une louve équipée d’une balise GPS et suivie par des scientifiques de l’Université de Dresde a parcouru 500 kilomètres en dix jours, pour traverser une partie de l’Allemagne, des Pays-Bas, et s’installer en Belgique. Impressionnant n’est-ce pas ?