Dans le pergélisol sibérien, des scientifiques trouvent une plante vieille de 32 000 ans et arrivent à la faire revivre

En Sibérie, une équipe de scientifiques russes a trouvé une plante vieille de 32 000 ans. En utilisant la technologie du clonage et le tissu placentaire des graines, les chercheurs ont réussi à la faire revivre.

En Arctique, le pergélisol fond peu à peu à cause du réchauffement climatique. Le pergélisol, aussi appelé permafrost, est une couche de glace qui se forme lorsque la température ne dépasse pas 0 degré pendant plusieurs années. En Sibérie, cette glace n’avait pas fondu depuis la préhistoire et renferme de nombreux secrets.

Pendant des années, des éléments ont été coincés dans la glace, qui a permis de les conserver en parfait état. Ainsi, des scientifiques ont pu retrouver des animaux comme des mammouths gelés, des plantes ou encore de la nourriture. La fonte du pergélisol, bien qu’elle soit une conséquence négative du réchauffement climatique, permet aux chercheurs de faire de nombreuses découvertes biologiques.

Une plante vieille de 32 000 ans revient à la vie

En 2012, une équipe de chercheurs russes a trouvé une plante gelée dans la place, appelée la Silene stenophylla, en Sibérie. Cette fleur était vieille de 32 000 ans et aurait été enterrée par un écureuil à plus de 38 mètres de profondeur. 

« Elle était probablement sèche lorsqu’elle a été enterrée et quelque chose a dû se produire pour qu’elle se soit retrouvée aussi profondément dans la terre », a déclaré Margit Laimer, phytobiologiste.

Crédit photo : S.Yashina et al, Proc Natl Acad Sci USA 2012

Devant cette trouvaille, les chercheurs ont voulu faire revivre la plante en utilisant les gousses de la fleur. Ils ont commencé par essayer d’utiliser des graines mûres situées dans les cosses des fruits, sans succès.

Finalement, les scientifiques ont récolté du tissu encore viable sur les graines congelées, l'ont cloné, et ont pu faire vivre 36 nouvelles plantes. Un an plus tard, ces dernières ont fleuri avec succès. Quelques petites différences avec la plante d’origine ont été observées puisque les nouvelles avaient des pétales plus espacés.

Crédit photo :S.Yashina et al, Proc Natl Acad Sci USA 2012

Cette découverte pourrait être la clé pour apprendre d’autres secrets sur le pergélisol.

Source : PNAS