« Kong : Skull Island » : découvrez les 21 anecdotes les plus folles sur l'histoire du gorille le plus impressionnant du cinéma

Par Demotivateur en partenariat avec Kong Skull Island
142
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

À l’occasion de la sortie en salles de « Kong : Skull Island » aujourd’hui, revenons sur les 21 anecdotes les plus folles quant aux multiples adaptations cinématographiques (et pas que !) du gorille le plus impressionnant de la Terre.
Crédit photo : Universal 

1. Une source d’inspiration intarissable : le mythe « King Kong » a été décliné plus de neuf fois au cinéma entre 1933 et 2017.

2. Il y en a pour tous les goûts : le singe géant a aussi fait l’objet de six bandes dessinées, deux jeux de société, trois jeux vidéo et cinq romans.

3. Pour le premier long-métrage de l’histoire consacré à King Kong et sorti en 1933, la première vision artistique de Merian C. Cooper, son réalisateur, consistait à mettre en scène un singe géant sur le plus
grand building du monde, et se battre contre des avions. Le reste du scénario découle de cette image finale.

Crédit photo : ianfarrington.wordpress.com

4. Toujours en 1933 : le film réalise la plus « belle » sortie ciné de l’année et amasse plus de 90 000 dollars (plus de 85 000€) pour son premier week-end dans les salles. Un record pour l’époque.

5. D’ailleurs : lorsque l’avant-première du film est annoncée à Londres, jour de dimanche de Pâques, plus de 12 000 personnes sont renvoyées chez elles… faute de place.

6. Fait historique et pas des moindres : « King Kong » version 1933 était le film préféré de… Hitler.

Crédit photo : ianfarrington.wordpress.com

7. Une histoire de suspens : le King Kong de Merian C. Cooper n'apparaît qu’à la 47ème minute du film.

8. Quant au King Kong de Peter Jackson, sorti en 2005, il ne fait son entrée en scène qu’à partir de la 71ème minute du film.

9. Ian McKellen (Le seigneur des anneaux) devait interpréter Carl Denham version 2005, mais il a décliné l’offre pour cause de planning surchargé.

10. Toujours pour le premier King Kong des années 2000, le réalisateur Peter Jackson n’avait d’yeux que pour Robert De Niro (Taxi Driver, Les Affranchis) ou George Clooney (Ocean’s Eleven, In The Air) pour jouer le rôle de Carl Denham.

Crédit photo : Universal Pictures

11. Quant à Natalie Portman (Black Swan, Planetarium), elle aussi approchée par Peter Jackson pour incarner Ann Darrow, elle s’est vue éclipsée du casting à la dernière minute car jugée « trop jeune pour être crédible ».

12. Andy Serkis (Star Wars : Le réveil de la force, Le Hobbit : un voyage inattendu), l’un des acteurs phares de King Kong version 2005, a lourdement plaidé sa cause auprès de Peter Jackson jusqu’à ce qu’il cède : Le King Kong nouvelle génération serait végétarien.

13. Vous pensiez entendre un gorille géant rugir ? C’est en fait le rugissement d’un lion dont Peter Jackson s’est servi afin de rendre son « monstre » le plus effrayant ET crédible possible.

14. Retour dans le futur : pour « Kong : Skull Island », version 2017, toute l’équipe de tournage s’est dirigée vers les terres de… Jurassic World ! En effet, le tournage a eu lieu à Kualoa Ranch (Hawaï).

15. Le King Kong new generation est aussi le King Kong le plus grand de toute l’histoire des King Kong. Il mesure plus de 30 mètres de haut. Et au moins 25 mètres de plus que le King Kong du réalisateur Peter Jackson pour le King Kong version 2005, par exemple.

Crédit photo : Universal Pictures

16. L’heure du changement : le réalisateur de « Kong : Skull Island », Jordan Vogt-Roberts, explique : « Notre version de Kong est très différente des précédentes. Chaque version de Kong revisitait à sa façon l’histoire de la Belle et la Bête. Notre film devait avoir une raison d’exister, un but propre. Nous ne voulions pas raconter à nouveau la même histoire. C’était essentiel pour tous les gens impliqués sur ce projet. Quand j’ai rejoint le projet, c’est ce que j’ai dit à chacun : nous n’allons pas refaire la même chose. C’est ce qui a porté ce film : l’emmener au-delà des attentes. Nous racontons donc une nouvelle histoire, au sein de la mythologie de Kong. Au lieu de revisiter l’aspect «Belle et la Bête» de cette histoire, nous nous concentrons sur des personnages et sur la façon dont cette île et cette créature vont les affecter. Et nous suivons également Kong en montrant à quoi ressemble sa vie sur l’île. »

17. Retour dans le futur… Mais pas tant que ça : « La raison pour laquelle je me suis focalisé sur l’année 1973, c’est qu’elle se présente comme un miroir étrange du monde d’aujourd’hui. Les différents problèmes politiques, sociaux ou militaires de l’époque font écho de manière très surprenante à ce que nous vivons. J’aimais l’idée de confronter des personnages ayant un pied dans le passé et un pied dans l’avenir et ne sachant pas vraiment comment agir, à une créature mythique proche d’un dieu, ce qui va les confronter à eux-mêmes et leur permettre de se redécouvrir. (...) Les relations entre les personnages sont très réalistes, car les personnages le sont. Le spectateur peut vraiment s’identifier à eux. La plupart des gens ne peuvent pas savoir comment ils auraient réagi dans la même situation : or, ce film vous plonge vraiment au cœur de l’expérience. Vous comprenez vraiment ce que cela provoque d’être confronté à un monstre.» explique Jordan Vogt-Roberts.

18. La rumeur court et se confirme : un remake de « King Kong VS Godzilla » devrait voir le jour… pour 2019-2020 !

19. Comme un air de déjà-vu : la tenue qu’arbore John Goodman dans « Kong : Skull Island » est exactement la même que celle de Robert Armstrong, l’interprète original du fameux Carl Denham.

Crédit photo : Warner Bros

20. Et si Kong a été créé par ordinateur, il a quand même nécessité la présence d’un vrai acteur sur le plateau, afin de l’incarner durant le tournage. Il s’agit ici de l’américain Terry Notary, adepte de la performance-capture, qui avait déjà interprété Rocket, l’un des singes notoires de la trilogie « La planète des singes ».

21. Plus qu’un retour aux sources, Vogt-Roberts opère ici une analyse poussée du rapport entre l'homme et la nature : « Au cœur d’une époque chaotique, il y a aussi cette idée de découvrir un monde vierge, intact, un endroit qui n’a pas subi la destruction de l’homme. Et de comprendre qu’il y a bien plus gros que nous. Cela nous remet à notre place dans la chaîne alimentaire. Nous pensons en être sortis, ce qui est la plus grande avancée de l’Histoire même si on l’a oublié aujourd’hui : nous nous faisions tout le temps dévorer, rappelons-le! (Rires) Dès lors que se passe-t-il quand vous replongez dans la chaîne alimentaire des personnages auxquels vous vous attachez ?» »

Envie de retrouver le gorille le plus impressionnant du cinéma ? Rendez-vous dans les salles obscures dès aujourd’hui à l’occasion de la sortie de « Kong : Skull Island » :
Avec ses graffitis, cet artiste de street art vous donne l'illusion de voir à travers les murs !
Brie larson