Ces régimes qui ont utilisé la faim comme arme de répression : une série photo montre les deux côtés de la table

Par
894
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Henry Hargreaves est un photographe originaire de Christchurch, dans l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande.

Après avoir été modèle de mode pendant des années, il a décidé de passer de l'autre côté de l'appareil photo et de faire de la photographie sa passion. Dans un projet réalisé en collaboration avec Caitlin Levin, une artiste avec qui il partage le goût de la photographie et de la nourriture, il a souhaité mettre en scène la nourriture à travers les époques et selon différents pays et régimes politiques.

Pour lui, il existe quelque chose de commun à tous les régimes autoritaires ou inégalitaires : l'oppression par la faim, c'est-à-dire le fait qu'une certaine élite bénéficie d'un accès à des biens alimentaires de luxe et en quantité, tandis qu'une bonne partie de la population, et en particulier la force de travail, qui doit se contenter d'un régime beaucoup plus pauvre. Cela s'applique à l'Égypte antique, à la France de l'Ancien Régime, mais aussi... aux États-Unis, à l'heure actuelle, ou une bonne partie de la population est obèse et se nourrit de malbouffe.

Vous pourrez trouver d'autres projets de Henry Hargreaves et de Caitlin Levin sur leur site internet hargreavesandlevin.com

Toutes les images sont publiées avec l'aimable autorisation de l'auteur




1. Égypte antique

Crédits photo : Henry Hargreaves et Caitlin Levin


Nous savons aujourd'hui que l'Égypte antique a été en grande partie construite grâce grâce à la sueur des esclaves et aux dépens de ces derniers. Tandis que les rois pharaons et les élites pouvaient profiter d'une vie pleine d'opulence et de richesses, les autres n'avaient pas cette chance. Les riches n'avaient pas seulement la chance de pouvoir consommer une très vaste variété d'aliments, ils avaient également le privilège de pouvoir faire des repas plusieurs fois par jour. Les esclaves et les hommes libres pauvres ne mangeaient qu'une seule fois par jour, et ne pouvaient évidemment pas se permettre le luxe de consommer des viandes, des fruits et des légumes en tous genres. La base de leur alimentation, c'était le pain et quelques légumes qu'ils faisaient pousser.

2. France de l'Ancien Régime

Crédits photo : Henry Hargreaves et Caitlin Levin


Avant la Révolution, les membres des élites (la noblesse et le clergé) mangeaient comme des rois. Ils faisaient bombance avec des mets délicats, des pâtisseries et du vin de champagne, tandis que le tiers état vivait dans la misère. Le peuple avait tout juste de quoi s'acheter du pain. On sait aujourd'hui que Marie-Antoinette n'a jamais prononcé sa fameuse phrase "Qu'ils mangent de la brioche !"... Cependant, les disparités entre les riches et les pauvres étaient énormes dans la France pré-révolutionnaire. En 1789, après que de mauvaises conditions météorologiques ont détruit la plupart des récoltes, un travailleur de base pouvait dépenser jusqu'à 97% de son salaire simplement pour s'acheter du pain. C'est le prix trop élevé du pain par rapport au pouvoir d'achat des paysans qui fut le principal moteur de la Révolution, en nourrissant la colère des classes travailleuses défavorisées. Les violences finirent par déstabiliser le pays, se soldant par la prise de la Bastille et le début de la période révolutionnaire.

3. Corée du Nord contemporaine 

Crédits photo : Henry Hargreaves et Caitlin Levin


Plus d'un quart des enfants nord-coréens souffrent de malnutrition chronique, et deux tiers des 24 millions d'habitants ne savent pas d'où proviendra leur prochain repas. Bien que la Corée du Nord a des ressources naturelles et une infrastructure en principe suffisante pour subvenir aux besoins de la population, il semblerait que la famine permanente de la population soit une tactique volontaire du régime de Kim Jong-il, qui se sert de la faim pour contrôler et opprimer le peuple. Cette pratique aurait pour but de maintenir le régime autoritaire au pouvoir, tandis que les masses affamées sont réduites au silence.

4. Empire Romain

Crédits photo : Henry Hargreaves et Caitlin Levin


Les romains étaient connus pour bien manger, avec des orgies ou l'on mangeait tout une variété de mets somptueux, des fruits exotiques venus des confins de l'empire, des mets raffinés venus des quatre coins du monde, des gâteaux, du miel — et bien sûr, du vin à foison. Mais la grande majorité des romains qui ne faisaient pas partie des notables de la cité ou de l'élite ne mangeait guère autre chose que des céréales. Comme base de leur alimentation, les simples gens du peuple mangeaient essentiellement du millet, une céréale que les riches considéraient tout juste bonne à donner au bétail. Malgré la simplicité de cette alimentation, d'anciens documents attestent que des céréales étaient distribuées gratuitement aux pauvres tous les mois : elles étaient essentiellement consommées sous forme de pain et de bouillie.

5. Syrie contemporaine

Crédits photo : Henry Hargreaves et Caitlin Levin


En Syrie, certaines villes au cœur des conflits sont en état de siège et les camions de nourriture ne peuvent pas entrer : comme dans les sièges médiévaux, ce manque de vivres est employé comme arme par les différentes forces en présence, et ce sont les populations qui souffrent, avec parfois rien d'autre que de l'eau et un peu de sucre pour lutter contre la faim.

6. États-Unis contemporains

Crédits photo : Henry Hargreaves et Caitlin Levin


Alors que les États-Unis sont connus pour être l'un des pays où l'obésité touche le plus la population, cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de problèmes avec la faim, bien au contraire. En effet, beaucoup d'Étasuniens pauvres sont obligés de se nourrir de junk-food bon marché, de pain de mie, d'aliments riches en sucre et pauvres en matières nourricières et de grignotage en tout genre, ce qui donne lieu à d'importants problèmes de santé, comme l'obésité morbide ou le diabète.

Un perroquet géant, qui mesurait 1m de long, vivait en Nouvelle-Zélande il y a 19 millions d'années
Source : hargreavesandlevin
Commentaires