À cause de l'inflation, un papa contraint de retourner vivre chez ses parents avec sa fille de 7 ans

Bouton whatsapp

L’inflation met à rude épreuve beaucoup de Français. À tel point qu’un père de famille est retourné vivre chez ses parents avec sa fille de 7 ans pour pouvoir joindre les deux bouts.

Crédit : axelbueckert/ iStock

À voir aussi

Kevin Galland, égoutier originaire de Besançon, ne pensait pas avoir à faire le choix de retourner vivre chez ses parents. Mais la hausse successive des prix du carburant et de l’énergie l’y ont poussé.

Pour le quotidien régional L’Est républicain, le quadragénaire témoigne : « J’ai à peu près 1.300 euros par mois. Après toutes ces années de travail, ce n’est pas normal », constate-t-il. Alors qu’il exerce son métier depuis 20 ans, Kevin pointe la difficulté que cela entraîne. « Il faut quand même être solide pour faire ce métier, et tout le monde ne veut pas le faire, ça ne donne pas forcément envie. Ce n’est pas facile tous les jours, je suis fatigué ».

« C’est triste de ne pas réussir à s’en sortir »

Crédit : pcess609/ iStock

Après avoir été contraint d’abandonner sa voiture pour opter pour le vélo à cause de la hausse du carburant, Kevin s’est résigné à retourner vivre chez ses parents avec sa fille de 7 ans depuis que l'inflation a pris de l'ampleur. « La vie est beaucoup trop chère pour avoir un appartement. Si j’en prends un petit à 700 euros par mois, je n’arriverai pas à subvenir à nos besoins », explique l’égoutier.

Pour ce père de famille qui a déjà vécu sans électricité, sans chauffage et sans nourriture, il est impensable d’imaginer offrir cette vie à sa fille. Le retour au domicile de ses parents était donc nécessaire pour que Kevin et sa fille puissent s’en sortir : « C’est triste de ne pas réussir à s’en sortir. On râle, mais on ne nous écoute pas. Je me dis que j’ai tout de même cette chance d’avoir mes parents, d’avoir un toit. Ce n’est pas le cas de tout le monde », reconnaît-il.

Bouton whatsapp
Inscrivez-vous à la Newsletter de Demotivateur !
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter