Le mystère autour de l'homme qui a trahi Anne Frank enfin résolu ?

2 089partages
Bouton whatsapp

Après avoir mené leurs propres investigations, des enquêteurs croient savoir qui a dénoncé Anne Frank et sa famille, en 1944. Détails.

C’est l’un des mystères que de nombreux historiens souhaiteraient résoudre !

Durant la Seconde Guerre mondiale, qui a bien pu trahir le secret de la famille d’Anne Frank, condamnant celle-ci à la déportation vers les camps de la mort ?

Cette question, une équipe de spécialistes pense l’avoir résolue, affirmant que l’homme à l’origine de cette dénonciation était un certain Arnold Van den Bergh, un notaire… juif, décédé en 1950.

Crédit photo : DR

Anne Frank et sa famille dénoncée par un... notaire juif ?

Pour en arriver à cette conclusion, les 30 enquêteurs, dirigés par l’ancien agent du FBI Vince Pankoke, se sont basés sur une lettre anonyme envoyée après la guerre à Otto Frank (père d’Anne et seul rescapé de la famille), mort en 1980.

Ce courrier dévoilerait ainsi l’identité de celui qui a dénoncé la famille Frank alors qu’elle se cachait dans un appartement secret situé à Amsterdam (Pays-Bas), pour échapper aux persécutions nazies et à la déportation.

Selon les informations recueillies par l’équipe de Vince Pankoke, Arnold Van den Bergh travaillait pour le compte du « Judenrat », durant l’occupation.

Cet organe administratif avait été mis en place par les nazis dans les pays occupés afin de mettre en application les ordonnances imposées aux populations juives.

Ces conseils, composés des leaders locaux de la communauté israélite, ont notamment contribué à la Shoah et représentent ce que l’historienne Hannah Arendt considère, à tort ou à raison, comme un exemple de la collaboration des juifs.

Crédit photo : DR

Se basant sur un témoin, les enquêteurs croient savoir que le notaire aurait perdu la protection des Allemands en 1944 et qu’il aurait alors tenté de récupérer cette dernière, « peut-être en donnant la liste contenant les adresses des cachettes ».

Loin de faire consensus, cette théorie - qui vient s’ajouter aux nombreuses autres déjà proposées par le passé - reste « la mieux étudiée et la plus probable » affirme l’un des enquêteurs, interrogé par le quotidien néerlandais NRC.

Née le 12 juin 1929 en Allemagne, Anne Frank avait été arrêtée avec sa sœur et ses parents le 4 août 1944, avant de mourir en déportation dans le camp de Bergen-Belsen, en février 1945.

Seul survivant de sa famille, son père Otto publiera en 1947 le célèbre journal intime de sa fille, devenu depuis une œuvre majeure de la littérature, vendue à des dizaines de millions d‘exemplaires dans le monde.

Bouton whatsapp