Animaleries, delphinariums, cirques : les conditions de vie des animaux en France vont changer grâce à ce projet de loi historique

Fin de la vente en animalerie, des delphinariums, des animaux dans les cirques… Ce jeudi 21 octobre, des sénateurs et des députés français se sont mis d’accord sur un projet de loi en faveur du bien-être animal.

Enfin ! Après plusieurs refus de la part du Sénat pour mettre en place un projet de loi en faveur du bien-être animal, un accord a été trouvé. Ce jeudi 21 octobre, sept sénateurs et députés français se sont réunis lors d’une commission mixte parlementaire (CMP) pour prendre position sur le sujet de la cause animale en France. Les sept parlementaires ont finalement réussi à trouver un accord sur un projet de loi, une vraie victoire pour la cause animale.

« Nous venons de trouver un accord inespéré sur un texte historique en faveur de la condition animale en France », a déclaré Loïc Dombreval, député LREM et coauteur de la loi.

Fin de la vente des chiens et des chats en animalerie. Crédit photo : Tatiana Kovaleva / Shutterstock

Des mesures majeures en faveur des animaux

Le projet de loi a pour but de mettre fin à des pratiques liées à la maltraitance animale en France. Ainsi, ce texte signe la fin de l’élevage de visons et des espèces non domestiques élevées uniquement pour leur fourrure. Cette décision prend effet immédiatement.

C’est officiel : les animaux sauvages ne seront plus utilisés dans les cirques. Ainsi, on ne verra plus d’ours, de tigres, d’éléphants ou encore de lions exploités pour divertir le public. Cette mesure sera appliquée définitivement dans sept ans, pour laisser le temps aux établissements d’organiser l’accueil des animaux dans les meilleures conditions possibles.

Dans cinq ans, les delphinariums et les spectacles de dauphins seront interdits. Comme pour les cirques, les delphinariums devront trouver un endroit qui accueillera les animaux et auront interdiction de présenter leurs animaux au public ou de les faire se reproduire.

Interdiction des spectacles de dauphins en 2026. Crédit photo : Natalia Kirsanova / Shutterstock

Enfin, ce texte de loi signe la fin de la vente de chiens et de chats en animalerie. Il ne sera plus possible d’acheter ces animaux dans ces lieux, et la mesure prendra définitivement effet en janvier 2024. De plus, il sera désormais interdit d’exposer des animaux dans les vitrines des magasins. Avec cette mesure, le gouvernement souhaite lutter contre l’achat impulsif d’animaux.

Un renforcement des peines

En plus de toutes ces mesures en faveur du bien-être animal, les peines concernant les actes de cruauté envers les animaux vont être renforcées. Actuellement, ces actes sont passibles de deux ans de prison et 30 000 euros d’amende. Dorénavant, la peine d’emprisonnement sera augmentée d’un an, ce qui équivaut à trois ans de prison, et l’amende s’élèvera à 45 000 euros. Dans le cas de la mort de l’animal, la peine sera de 5 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende.

Les animaux sauvages ne seront plus utilisés dans les cirques. Crédit photo : HelloRF Zcool / Shutterstock

L’ensemble de ces mesures a fait la joie des associations et des militants qui luttent pour la cause animale.

« C’est un jour historique dans le combat que nous menons depuis des décennies en faveur des animaux. La France rattrape en partie son retard vis-à-vis des États membres de l’Union Européenne », a félicité Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot.

En plus de toutes ces décisions, d’autres mesures pourraient être prises, comme la fin des manèges à poneys dans les foires, l’interdiction de la vente d’animaux sur internet par des particuliers, et la condamnation de la zoopornographie.

Source : Positivr