6 choses à savoir sur le CBD

De plus en plus présent en France, le CBD a gagné en légitimité depuis sa légalisation, même si un flou juridique l’entoure toujours. En attendant l’assouplissement de sa réglementation, ce produit conçu à base de cannabidiol présent naturellement dans la plante de chanvre, existe sous toutes les formes et ne cesse de se créer une place dans un marché en expansion.

Depuis son arrivée sur le marché légal en France, le CBD attise la curiosité et laisse place au débat. Cependant, la fin du débat quant à sa légalisation totale et transparente n’a jamais été aussi proche, et pourrait bien aboutir à un soulagement total pour tous ses consommateurs et ses vendeurs.

Pixabay

Le cannabis, trop souvent associé à sa substance psychoactive connue sous le nom de THC, parvient cette fois-ci à avoir bonne presse avec la commercialisation du cannabidiol, l’une de ses 500 autres substances.

Si le CBD ne vous est pas encore familier, on vous propose de découvrir six choses à savoir sur cette nouvelle substance tendance issue du cannabis.

Le CBD n’a rien à voir avec le THC

Le CBD est une molécule faisant partie de la famille des cannabinoïdes, présente dans le plant de chanvre. Moins connu car moins présent que le THC (entre 0,6% et 1% pour le CBD, contre 12 à 25% pour le THC), le CBD commence pourtant tout doucement à supplanter son grand frère dans l’esprit des consommateurs.

Une substance bien différente, même totalement à l’opposé, puisque le CBD a pour rôle de contrer les propriétés psychoactives du THC. Il ne génère qu’une sensation de soulagement et n’affecte pas le système nerveux. Par conséquent, si vous pensiez pouvoir vous délecter d’une légère sensation planante en toute légalité via le CBD, c’est raté!

En réalité, le CBD joue un rôle de catalyseur et optimise la réponse naturelle à la douleur, mais aussi aux angoisses et à l’anxiété. S’il n’empêche pas la douleur, il réduit considérablement son impact en envoyant des signaux apaisants à l’organisme. Elle agit réellement comme un prolongement des propres défenses naturelles de notre système nerveux.

Le CBD, un avenir médicinal qui démarre bientôt

Ainsi, le CBD a toujours pu jouir du soutien de la communauté scientifique et médicinale pour ses bienfaits, et peut ambitionner d’être de plus en plus conseillé sur les ordonnances pour soulager certaines douleurs dues à plusieurs maladies.

Dans les semaines à venir, le cannabis thérapeutique va entrer dans une phase d’expérimentation à l’échelle nationale, pour une durée de deux ans. Six fournisseurs ont été agréés par l’Agence nationale de sécurité pour le médicament (ANSM) pour proposer du CBD à 3000 patients.

Le traitement, fourni gratuitement et sur ordonnance, sera notamment délivré à des personnes souffrant de maladies graves (formes d’épilepsies, douleurs neuropathiques, d’effets secondaires de chimiothérapie, de soins palliatifs ou de scléroses en plaques), en situation d’échec thérapeutique, que ce soit à cause d’une mauvaise tolérance des médicaments existants ou à cause d’un soulagement insuffisant.

Dans sa conception, le CBD est capable de soulager les douleurs, les inflammations, les nausées, les crises d’angoisse, l’anxiété, certaines affections mentales comme la schizophrénie, la fibromyalgie, les maladies cardiovasculaires, l’épilepsie, l’arthrose rhumatoïde, le diabète, le cancer et l’alcoolisme.

Enfin, le CBD peut également être destiné aux animaux de compagnie, en l’occurrence les chiens et les chats, afin de soulager leur stress et leurs douleurs.

Le CBD récréatif se trouve déjà partout

À ce jour, il est possible pour tout le monde de se procurer du CBD dans des boutiques dédiées présentes partout en France, ainsi que sur internet via les sites marchands. En effet, de nombreuses entreprises se sont développées dans la production et dans la commercialisation du cannabidiol ces dernières années.

Le CBD est devenu un produit de consommation à grande échelle. Son attractivité, au-delà de proposer une alternative saine au cannabis psychoactif, reste dans la diversité et les nombreuses manières dont il peut être consommé. Que ce soit sous sa forme végétale ou en huile, vous pouvez même le retrouver dans des infusions ou des bonbons.

Le CBD existe sous plusieurs formes

Considéré comme un complément alimentaire, le CBD est consommable de plusieurs façons mais la consommation par les voies naturelles reste la manière la plus efficace.

On peut l’absorber sous forme d’huile, à l’aide d’un goutte-à-goutte ou en y ajoutant quelques gouttes à un aliment ou une boisson, ou encore en plaçant la pipette sous la langue pour un effet plus rapide.

Le CBD existe aussi sous forme de pâte, à absorber avec des aliments ou seule, ainsi qu’en gélatine sous forme de capsules. Celles-ci contiennent une dose fixe de pâte de CBD et se dissolvent dans l’estomac, permettant une absorption facile du CBD.

Qui dit pâte dit également chewing-gum! En effet, simple et pratique, le chewing-gum ou le bonbon à la pâte de CBD est un mode de consommation de plus en plus répandu et discret.

On le retrouve également sous forme d’e-liquide, à consommer par le biais d’une cigarette électronique, et sous la forme de produits cosmétiques, à appliquer directement sur la peau. Les crèmes ou les huiles de massage sont notamment utilisées pour traiter des troubles localisés comme les douleurs aux articulations, l’acné et autres maladies de peau, en complément des traitements classiques.

5) Le CBD peut donner un coup de boost à l’économie

Depuis un an particulièrement, l’économie a été durement touchée par l’épidémie de Covid-19 et il ne fait aucun doute que toute nouveauté commerciale pouvant engranger des bénéfices à l’État ne peut que faire du bien. Qui plus est, la France est le premier producteur de chanvre européen, selon une enquête de l’Association européenne du chanvre industriel. Accompagnée des Pays-Bas et de l’Italie, elle représente 50% de la production de chanvre en Europe.

Ce mercredi 10 février, un rapport parlementaire porté par une trentaine de députés, a préconisé un assouplissement rapide de la réglementation du cannabis du «bien-être». En effet, les commerçants restent exposés aux poursuites judiciaires à cause de l’arrêté de 1990 sur les stupéfiants qui interdit d’exploiter les feuilles et les fleurs de la plante qui contiennent naturellement du CBD.

Dans ce rapport, le CBD est présenté comme la victime collatérale de cet arrêté, qui doit donc être assoupli afin de permettre aux producteurs de chanvre français et aux commerçants de travailler main dans la main.

Par ailleurs, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUI) a jugé illégal, le 19 novembre dernier, la réglementation française autour du CBD, au nom de la libre-circulation des marchandises.

Récemment, un communiqué de l’Union des industriels pour la valorisation des extraits de chanvre (UIVEC) a estimé que le marché français du CBD se situait aujourd’hui autour des 150 à 200 millions d’euros. Ce chiffre pourrait atteindre le milliard d’ici à 2023, si un assouplissement de la réglementation entre en vigueur.

Cette potentielle libération de la commercialisation du CBD deviendra certainement un moteur pour l’économie et notamment l’agriculture française.

Le CBD, l’avenir de l’agriculture française

Il y a quasiment un an, avant l’emprise de la pandémie mondial du Covid-19, se tenait le dernier salon de l’Agriculture en date. À cette occasion, alors que l’ANMS avait déjà validé l’expérimentation thérapeutique, le CBD s’est fait une petite place sur les stands.

Au «village» des semenciers, on pouvait y rencontrer quelques agriculteurs enthousiastes à l’idée de faire connaître leurs produits aux visiteurs. Entre confiture au chanvre, dégustation de graines, et laits relaxants, les protagonistes montraient qu’ils avaient déjà de belles idées à concrétiser pour exploiter le cannabidiol sous toutes ses formes.

En effet, le CBD est un produit qui peut être largement capable de pousser sur le sol français et ainsi, redynamiser une économie agricole qui peine à survivre. D’ailleurs, comme mentionné plus haut, la France est le premier pays producteur de chanvre européen et représente, avec les Pays-Bas et l’Italie, la moitié du marché européen. 

L’idée du rapport parlementaire susmentionné est de permettre de créer une véritable filière «Made in France» du CBD dans l’hexagone.

Malgré le flou juridique, nombreux sont les agriculteurs qui, depuis trois ans au moins, ont anticipé ce développement progressif du CBD, surnommé le «pétrole vert», pour en cultiver.

Le CBD est cultivé dans de nombreuses régions de France, notamment en Champagne-Ardenne où 5000 hectares lui sont dédiés, sur les quelques 8000 sur tout le sol français. On en cultive également dans la Creuse, en Île-de-France, en Normandie, en Bourgogne, dans la Manche, l’Aube et les Pays-de-la-Loire.

Nul doute que l’assouplissement de la réglementation autour du CBD lui permettrait de s’étendre de plus en plus sur le territoire et dans les champs agricoles. Dans une période économique des plus délicates, le CBD pourrait bien soulager l’agriculture et faire beaucoup de bien aux finances de l’État.

Aujourd’hui, de nombreux acteurs de l’ombre travaillent d’arrache-pied pour donner au CBD ses lettres de noblesse.

Parmi eux, la société Deli-Hemp est leader sur le marché français du CBD avec leurs produits 100% bio et naturels commercialisés en France et au Luxembourg. Actif depuis trois ans désormais, Deli-Hemp garantit à ses clients du CBD de qualité de haut de gamme, naturel et entièrement légal. La marque dispose de ses propres laboratoires et certifie tous ses produits aux normes en vigueur. Plus de 50 boutiques sont déjà implantées sur le territoire français, et la marque propose également la livraison de ses produits via son site internet marchand www.deli-hemp.fr.

Le CBD existe sous formes diverses et variées comme les huiles, les herbes ou fleurs, les baumes et les infusions. Petit plus pour les papilles, le CBD peut aussi se consommer associé à des saveurs et des arômes multiples et gourmands afin de satisfaire tous les goûts et apporter une touche d’originalité… et de naturel !

Plus d'articles
À lire aussi