Vous vous sentez déprimé ? C'est normal, nous sommes le 15 janvier et c'est le « Blue Monday »

Par
2 026
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Rien n'y fait : le lundi, personne n'aime ! D'ordinaire, c'est le jour où nous avons le plus envie de rester au fond de notre lit, au chaud, à ne rien faire si ce n'est mater Netflix. Et c'est d'autant plus le cas en ce lundi 15 janvier qui, selon la science, serait le lundi le plus déprimant de l'année.

Les fêtes sont terminées, les restes de bonnes résolutions 2018 sont déjà voués à l'échec, il fait froid et le soleil n'est plus au rendez-vous depuis trop longtemps. Et vous vous souvenez de ces quarante euros que vous sortez tous les mois pour votre salle de sport qui passent à la trappe. Chaque mois. Depuis cinq mois. Il faut se rendre au travail alors qu'il fait nuit et rentrer chez soi alors qu'il fait nuit, encore. Bref : rien qui vaille le coup. Pas de panique, il ne s'agit que du « Blue Monday » !

Mythe ou réalité ?

« Pour certains, cette période de l’année est compliquée, elle peut marquer le contrecoup d’une phase de stress généré par les fêtes, explique le Dr Rodet, médecin urgentiste et auteur de "Le bonheur sans ordonnance". Tous ces paramètres, conjugués à une météo maussade et un contexte financier pas très réjouissant après les achats de Noël, participent d’un sentiment généralisé de moins bien ».

Mais alors, pourquoi le 15 janvier et pas un autre lundi du mois de janvier ? Cette date a été calculée selon une formule mathématique à l'initiative de Cliff Arnall, psychologue à l'université de Cardiff, en 2005. Concrètement, même si les calculs semblent tomber juste, il s'agirait uniquement d'un petit coup marketing qui n'implique donc rien de très grave, comme le rassure le docteur Rodet qui parle d'une « opération marketing savamment orchestrée pour laquelle Cliff Arnall a été sollicité, dans le but de faire la promo d’une agence de voyages. C’était pour pousser les gens à la dépense, bien que je doute que dépenser de l’argent que l’on n’a pas forcément soit la voie du bonheur »

Vous l'aurez compris, ce n'est pas parce que le lundi 15 janvier est annoncé comme étant le « Blue Monday », jour le plus déprimant de l'année, que vous devez vous persuader que vous êtes fatigué ou déprimé !

Il va de soi que, si ce phénomène ne semble être qu'une date à but commercial parmi tant d'autres et que la formule ne repose sur rien de concret, le blues de l'hiver est quant à lui, bien présent. On parlerait donc d'un « blues hivernal » qui est étroitement lié à la lumière. En effet, lorsque le soleil n'est pas présent dans une journée, les gens ont tendance à se sentir plus facilement fatigués, irritables et moroses.

Il est donc important de se ménager et de positiver lorsque tout est gris et que vous avez l'impression d'être dans une phase de déprime. Mettez-vous au sport pour créer une bonne dose d'endorphines car selon le Dr Rodet « quand on n’est pas bien, on a envie de ne rien faire, mais il faut maintenir un peu d’activité physique ». Donc on enfile ses baskets et on va se défouler dehors ou dans une salle de sport ! N'hésitez pas non plus à avoir la main lourde sur les aliments riches en vitamine D, comme les poissons gras.

Enfin, ayez de belles perspectives. Même si le temps est pourri, pensez à votre week-end de trois jours avec vos ami(e)s ou votre famille qui sera source de revitalisation pour vous, loin du tumulte citadin ! Ainsi, selon le docteur, « plutôt que l’attente interminable des longues vacances d’été quand on est au cœur de l’hiver, se concentrer sur des escapades plus rapprochées peut mettre du baume au cœur ».

Un des guitaristes de Pink Floyd a vendu ses guitares pour 21 millions de dollars pour une association qui lutte contre le réchauffement climatique
Source : 20 minutes
Hiver
Commentaires