Ce graphiste crée des animaux sublimes à partir de pétales et de feuilles

Et si les plumes, la fourrure et les écailles n'étaient en fait que des pétales de fleurs et des feuilles ? Le graphiste et photographe australien Josh Dykgraaf réimagine des animaux entièrement composés d’éléments provenant du monde végétal. Sa série numérique créée sur Photoshop et intitulée « Terraform » nous rappelle les motifs visibles dans la nature. Chaque créature qu’il crée ressemble à une sorte d'espèce hybride venu tout droit d'une autre planète.

Crédit : Josh Dykgraaf

À voir aussi

L'inspiration pour Terraform est venue d'une simple prise de conscience. « Je surfais sur des images que j'avais prises dans le cadre d'un projet totalement différent et j'ai remarqué que certaines formations rocheuses dans les Alpes suisses ressemblaient à la peau d'un éléphant. C’est devenu le point de départ de ce projet. J’ai ensuite commencé à appliquer cette idée à d'autres formes et j’ai notamment découvert que les feuilles ressemblaient aux plumes d'un oiseau par exemple, ou que les pétales de la fleur de magnolia ressemblent à des écailles de reptiles » a-t-il déclaré à nos confrères de My Modern Met.

Pendant le confinement en Australie, Dykgraaf a commencé à travailler avec des pétales de fleurs et des feuilles, puisque ces matériaux naturels pouvaient être trouvés à proximité. Il explique : « en gros, je trouvais tout ce que je pouvais dans le court rayon qui nous était autorisé près de chez moi, car nous ne pouvions pas se rendre plus loin ni voyager. » D'un pangolin recroquevillé fabriqué à partir de magnolias à un reptile fait de pétales de protéa superposés, toutes les réalisations de la série Terraform laisse apparaître une texture incroyablement réaliste.

Crédit : Josh Dykgraaf

Les animaux en pétales et en feuilles de l’artiste Josh Dykgraaf demandent chacun entre 30 et 60 heures de travail

La création d’une de ses œuvres particulièrement complexes demande en moyenne entre 30 et 60 heures de travail, et comporte entre 2 000 et 3000 loyers sur Photoshop ! « Le premier défi est bien sûr le temps que prend ce style, mais bien sûr, je deviens beaucoup plus efficace au fur et à mesure que je le fais. Le principal défi consiste à photographier tout le matériel dont j'ai besoin. Je dois être minutieux dans le choix des éléments que je trouve mais ce n’est pas toujours possible de trouver des choses qui correspondent à toute l'anatomie d'un animal. Parfois, je dois faire preuve de créativité pour trouver des solutions » explique-t-il.

Pour que le rendu final soit le meilleur possible, avant de passer à la partie créative sur son ordinateur, Dykgraaf photographie les feuilles et les pétales qu’il a récupérer dehors sous tous les angles afin de pouvoir les utiliser ensuite sur Photoshop dans différentes positions. Il parvient à capter au mieux toute leur lumière et leurs couleurs grâce à un petit studio spécialisé qu’il a aménagé dans sa cuisine au plus fort de la pandémie.

Ouvrez grands les yeux et profitez de ses créations exceptionnelles :

Crédit : Josh Dykgraaf

Crédit : Josh Dykgraaf

Crédit : Josh Dykgraaf

Crédit : Josh Dykgraaf

Crédit : Josh Dykgraaf

Crédit : Josh Dykgraaf

Crédit : Josh Dykgraaf

Crédit : Josh Dykgraaf

Crédit : Josh Dykgraaf

Crédit : Josh Dykgraaf

Crédit : Josh Dykgraaf

Crédit : Josh Dykgraaf

Crédit : Josh Dykgraaf

Crédit : Josh Dykgraaf

Crédit : Josh Dykgraaf

Crédit : Josh Dykgraaf

Source : My Modern Met