Mines antipersonnel : Il s'inspire des jouets de son enfance pour créer un outil pour détruire les mines autour de son village, propulsé uniquement par la force des vents !

Par
2 507
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Le Mine Kafon est un engin fabriqué en bambou et en plastique biodégradable, qui fonctionne uniquement grâce à la force des vents. Inspiré d'un jouet d'enfant et conçu pour sauver les vies, cette drôle de boule ressemble à un de ces buissons virevoltants que l'on voit dans les vieux films de far-west.

Même si elle ne pourra sans doute pas remplacer totalement l'intervention d'une équipe de professionnels du déminage, elle représente un bon moyen pour les populations des zones affectées par les mines antipersonnel de renforcer la sécurité aux alentours de leur village.



Massoud Hassani est né en Afghanistan, dans un petit village à la lisière du désert, non loin de Kaboul.  Dans ce désert, il y avait beaucoup de militaires étrangers qui venaient s’entraîner avec leurs explosifs, armes de guerre et autres engins mortels. Un jour, les militaires sont partis, mais ils ont laissé bien des choses derrière eux, notamment des mines antipersonnel et des explosifs qui continuent à semer la mort aujourd'hui, bien des années après.

Lorsqu'ils étaient enfants, Massoud et son frère fabriquaient des petits jouets, faits de bric et de broc, qui roulaient avec le vent et avec lesquels ils faisaient des courses contre les autres enfants du village. Ils utilisaient des matériaux de récupération, bon marché, bref tout ce qui pouvait leur tomber sous la main, afin de fabriquer des objets que le vent emportait au loin.Ce désert très venteux, aride et mortel, est ainsi devenu leur terrain de jeux.

La plupart des gens qui habitent à Kaboul ou dans ses environs connaissent quelqu'un dans leur entourage qui a été blessé ou tué par une mine antipersonnel. Après la mort de son père, la mère de Massoud a décidé que ce serait trop dangereux pour ses enfants de rester vivre dans cet endroit, et elle s'est résolu à les faire s'enfuir.
  
Massoud Assani

Après 4 années de voyage et de difficultés, il est finalement arrivé aux Pays-Bas, en tant que réfugié de guerre. À présent adulte, Massoud a fait profession de sa créativité, et il est devenu designer de produits. Il a décidé d'utiliser son expérience, son histoire et ses anciens jeux d'enfant pour inspirer des projets.

Massoud a donc imaginé et designé un prototype qu'il espère pouvoir mettre un jour en application dans des pays comme l'Afghanistan, dans lesquels les mines antipersonnel constituent un grave danger. Il a été calculé qu'avec les technologies actuelles (mobilisation d'une équipe de démineurs, matériel, frais de transport...), cela coûte environ 12 000 dollars (environ 11 000 euros) d'éliminer une seule mine antipersonnel.  Le coût total des matériaux de son engin, qu"il a baptisé "Mine Kafon", est d'environs 40 euros, et un seul de ces engins peut potentiellement détruire plusieurs mines !
Massoud Assani

Le concept est incroyablement simple, si simple que cela relève presque du génie : le Mine Kafon est une balle géante, qui ressemble aux buissons virevoltants, ces boules végétales que l'on voit rouler dans les films de far-west. Très léger, l'engin se déplace en roulant, emporté par le vent. Mais lorsqu'il roule sur une mine antipersonnel, il est juste assez lourd pour la déclencher et la faire exploser. À chaque détonation, la boule ne perd qu'une ou deux de ses ventouses, ce qui fait qu'il peut continuer à rouler et faire exploser d'autres mines. Massoud estime qu'un engin de ce type pourrait détruire potentiellement 3 à 4 mines en un seul trajet.

Facilement construit et assemblé grâce à des perches de bambou assemblées autour d'un noyau en plastique biodégradable et pourvues de "pieds" en forme de ventouse, l'engin devrait être distribué aux populations de manière à ce qu'elles disposent d'un outil bon marché et facile d'utilisation, qui leur permette de sécuriser une zone la plus grande possible aux alentours.

Bien entendu, ce système n'est pas aussi précis qu'une véritable intervention de démineurs, mais cela permet aux populations locales d'œuvrer au quotidien pour éliminer, petit à petit, le problème. De plus, le noyau du Mine Kafon est pourvu d'un tracker GPS, qui permet de savoir le trajet qui a déjà été parcouru par l'engin, et donc d'élaborer une carte de "safe zones" dans lesquelles les humains peuvent s'aventurer en toute sécurité !
Massoud Assani
Source : Massoud Hassani
Boule Vent
Commentaires