Des libertariens ont pour objectif de créer une ville flottante en Polynésie française pour réaliser de grandes avancées scientifiques

Par
463
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Alors que dans les décennies à venir, le réchauffement climatique va menacer de nombreuses villes avec la montée des eaux. Patri Friedman et Peter Thiel (fondateur de Paypal) ont pour but de construire une ville flottante à Tahiti, en Polynésie française avec leur projet commencé en 2008 : le Seastading Institure.

L’idée peut avoir l’air utopique, mais l'objectif principal est de : « promouvoir l’innovation dans les technologies digitales et de la mer, en créant un pôle d’attractivité dans un cadre unique » grâce à cette île.

Crédit photo : Seasteading

L’idée principale est d’avoir plusieurs plateformes en béton armé (le choix des matériaux n'est pour le moment pas sûr à 100 %) d’environ 50 mètres sur 50 mètres en mer. Celles-ci pourront supporter trois bâtiments de trois étages, des parcs, des bureaux et des appartements où des gens pourront vivre, alimentés par les énergies renouvelables. Le projet accueillera au début 250 résidents et permettra de grandes avancées et recherches en matière de technologie et de science : « Seasteading créera des opportunités uniques pour l’aquaculture, la recherche scientifique sur l’écologie, l’énergie des vagues, la médecine, la nanotechnologie, les structures marines » peut-on lire sur le site web.

Crédit photo : Seasteading

Concernant la réglementation mise en œuvre sur cette île, celle-ci devra suivre les lois internationales, mais l’institut espère pouvoir se démarquer des autres en ayant une plus grande liberté. Notamment en ce qui concerne la recherche scientifique et l’esprit d’entreprise, afin de ne pas être gêné.

Le Seastading Institute a déjà mis en place un accord avec le gouvernement polynésien le 12 janvier 2017 avec le Memorandum of Understanding. Ils doivent d’ici la fin de l’année fournir au gouvernement des études concernant l’environnement, l’impact sur l’économie locale. Les Polynésiens ont de leur côté vivement critiqué cette idée et attendent de nombreuses réponses du gouvernement et de ces études.

Crédit photo : Seasteading

Cependant, ce projet a un coût énorme et personne ne sait pour le moment si celui-ci va devenir réalité ou bien s'il va être réduit à une simple utopie. Il faudra attendre la fin de l’année et voir si les études menées ont convaincu le gouvernement. Si c’est le cas, il faudra alors que l’institut lève entre 30 et 50 millions de dollars pour poursuivre le projet.

Contraint de payer une taxe pour excédent de bagage à l'aéroport, il enfile 15 couches de vêtements
Source : Seasteading
Technologies
Commentaires