Deux souris du même sexe donnent naissance à une portée de souriceaux

Par
2 270
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Ces naissances ne sont pas le fruit du hasard. Des chercheurs chinois ont réussi à faire reproduire des souris du même sexe en manipulant des cellules souches. Les souriceaux ont atteint l’âge adulte avant d’avoir, eux-mêmes, une portée en bonne santé.

C’est grâce à une manipulation complexe des cellules souches que les deux parents du même sexe ont réussi à se reproduire, comme l’explique cette étude publiée dans la revue Cell Press.

L'expérience n'a pas bien fonctionné sur les mâles où tous les souriceaux sont décédés au bout de 48 heures. Crédits : LEYUN WANG

Avec une sélection rigoureuse de cellules souches les scientifiques expliquent avoir voulu répondre à la question : « Pourquoi les mammifères ont-ils obligatoirement recours à la reproduction sexuée contrairement aux reptiles, amphibiens et certains poissons  ? »

Pour réussir cette prouesse scientifique, ils ont utilisé les ciseaux génétiques « CRISPR-Cas9 », un outil découvert par deux chercheuses en 2012  : la Française Emmanuelle Charpentier du Max Plack Institute for infection biology (Allemagne) et l’Américaine Jennifer Doudna, de l’Université de Berkeley. Il permet de corriger l’ADN pour traiter des pathologies, par exemple.

Pour l’équipe de chercheurs, « de nombreux obstacles à la reproduction uniparentale n’ont pour l’instant pas été découverts ».

Les chromosomes ont été implantés dans l’utérus d’une autre souris femelle où ils ont grossi jusqu’au terme. 29 souriceaux sont nés de deux femelles et sont en bonne santé.

Chez les mâles, le résultat a été moins concluant. En réutilisant le même procédé que pour les souris femelles, les embryons issus de mâles ont ensuite été implantés dans l'utérus d’une femelle. Cette fois-ci, seulement 12 souriceaux sont nés de deux pères génétiques, mais ils sont morts au bout de 48 heures.

La modification génétique fait débat depuis de nombreuses années. En effet, aujourd’hui il est possible de choisir le sexe de son enfant, et même la couleur de ses yeux grâce à une sélection des embryons avant implantation.

Pour les chercheurs, cela reste tout de même une réussite scientifique, mais cette expérience reste « théorique ». Cette manipulation des génétiques n’a rien de naturelle et poses de nombreuses questions éthiques sur la mise en œuvre de cette « théorie » à d’autres espèces mammifères.

Source : Cell Press
Commentaires