En France, la consommation de viande par habitant a chuté de 5,8% en 20 ans

Bouton whatsapp

Selon une étude publiée par le gouvernement, les Français mangent beaucoup moins de viande qu’il y a vingt ans, notamment la viande bovine.

Les steaks n’ont plus la cote ! Ce jeudi 27 juin, une synthèse a été publiée par le service statistique du ministère de l’Agriculture et l’établissement public FranceAgriMer. Elle met notamment en lumière le grand recul de la consommation moyenne de viande par habitant sur les vingt dernières années.

En effet, en 2023, les Français ont consommé 21,3 kilos de viande bovine, soit cinq kilos de moins par rapport à 2003 où cette consommation atteignait 26,3 kilos. Une chute de 19% en vingt ans !

Crédit photo : iStock

Paradoxalement, si la viande bovine est moins plébiscitée, ce n’est pas le cas de toutes les viandes. La consommation moyenne de viande par habitant a reculé de 5,8% entre 2003 et 2023. De son côté, la viande de volaille et de lapin est en hausse de 3,3%, une tendance permise par le dynamisme de la consommation de poulet.

La viande de poulet a le vent en poupe

Selon la note statistique, la baisse de la consommation de viande pourrait être liée à la hausse des prix qui concerne toutes les viandes depuis 2015. Entre 2022 et 2023, période de forte inflation, la consommation totale de viande (brute ou préparée, à la maison ou à l’extérieur) a reculé de 1,4% après deux années consécutives de hausse “correspondant à la reprise économique post-Covid-19”.

Crédit photo : iStock

Autre donnée significative : les importations de viande ont également diminué. Entre 2022 et 2023, c’est une baisse de 1,4% qui a été constatée. La consommation de viande bovine et porcine ont atteint leur “plus bas niveau” depuis vingt ans ou plus. À l’inverse, la consommation de volaille de chair a connu une trajectoire plus haute. Elle représente 28% de la consommation totale de viande alors qu’elle ne représentait que 14% en 2003.


commentairesVOIR TOUS LES COMMENTAIRES

author-avatar

Au sujet de l'auteur : Jérémy Birien

Journaliste, rédacteur en chef