Pour construire le mur à la frontière, les États-Unis font exploser des sites sacrés amérindiens

11Kpartages

Aux États-Unis, des sites de sépulture amérindiens appartenant au Monument National de l’Organ Pipe Cactus en Arizona ont été explosés ces derniers jours pour construire le mur de Trump sur le long de la frontière avec le Mexique.

Le projet de construction du mur de Donald Trump le long de la frontière mexicaine tient sa route. Ces derniers jours, ce sont les sites de sépultures amérindiens qui ont été explosés. Il s’agit de « dynamitage contrôlé et ciblé et continuera par intermittence le reste du mois » selon le porte-parole de la douane et la protection des frontières.

Crédit photo: LAIKEN JORDAHL/CENTER FOR BIOLOGICAL DIVERSITY

Cette opération de dynamitage s’est produite dans la zone qui abrite la réserve de l’Organ Pipe Cactus National Monument, qui se situe au sud de l’Arizona, à la frontière avec le Mexique. C’est une réserve naturelle reconnue par l’Unesco qui abrite des espèces rares, une biosphère unique et des sites sacrés pour les tribus amérindiennes de la région.

Raul Grijalva, membre du congrès démocrate, a qualifié cette destruction de « sacrilège » et est monté au créneau pour fustiger une telle opération : « L’endroit où ils dynamitaient l’autre jour sur le Monument Hill est le lieu de repos des guerriers apaches qui avaient été impliqués dans la bataille d’O’odham », déclare-t-il dans une vidéo avant de poursuivre que c’est « profondément bouleversant » de voir ce site en paille.

Les responsables déclarent que l'objectif du projet est de construire une barrière en acier de 9 mètres de haut qui s'étend sur 43 km sur le terrain du parc national.

Pour rappel, à la demande du président Donald Trump, le Pentagone a annoncé le 3 septembre dernier avoir débloqué 3,6 milliards de dollars pour financer la construction de 280 km de mur à la frontière mexicaine.

Un rapport interne du National Parc Service obtenu par le Washington Post indique que le mur frontalier que Donald Trump a promis lors de sa campagne de 2015 détruirait jusqu'à 22 sites archéologiques à l'intérieur d'Organ Pipe.

Crédit photo: LAIKEN JORDAHL/CENTER FOR BIOLOGICAL DIVERSITY

Raul Grijalva, président du comité de la Chambre des ressources naturelles, compte porter le combat pour ce peuple amérindien qui partage environ 643 kilomètres de frontière avec le Mexique. Il s'emploiera à abroger la loi de 2005 et convoquera une audience du Congrès dans les prochaines semaines, affirme-t-il.

Source : BBC
Plus d'articles