L'enfer des « vaches à hublot » dénoncé dans une vidéo choc de L214

54 882partages

L’association de protection des animaux L214 a publié ce jeudi 20 juin une vidéo alarmante, tournée dans un élevage expérimental de Sourches, à Saint-Symphorien, dans la Sarthe. Les vaches qui s’y trouvent sont équipées d’un hublot sur leur flanc qui donne directement accès à une partie de leur estomac.

Inséré sur leur flanc, ce hublot permet d’étudier la digestion de ces animaux pour insérer ou prévelever des échantillons. Les vidéos impressionnantes filmées entre février et mai 2019 montrent un bras entier qui rentre directement dans le flanc d’une vache encore vivante.

Cette scène a lieu dans le plus grand centre d’expérimentation zootechnique privé en Europe, à Sourches. L'élevage dont il est question appartient à l’entreprise Sanders, elle-même filiale du groupe Avril, qui produit « 25 % des œufs consommés en France, 1 cochon sur 8 et 1 lapin sur 4 qui finissent dans les assiettes des Français » explique le communiqué de L214.

Le nom de ce procédé est la « fistulation ». Avec une ouverture de 15 à 20 centimètres de diamètres, il est possible d’accéder au rumen, l’un des quatre estomacs de l’animal. L’objectif est simple : optimiser au maximum la performance et la productivité des vaches, qui produisent déjà cinq fois plus que les besoins naturels d’un veau.

Crédit photo : Capture d'écran L214 / YouTube

Choqué par cette découverte, l’animateur Nagui raconte, images à l’appui, la méthode « vaches à hublots » : « On a percé un trou dans leur estomac pour accéder à tout moment à son contenu. Régulièrement des employées viennent ouvrir le hublot pour y déposer des échantillons d’aliments ou faire des prélèvements ».

« En période d’expérimentation, on peut ouvrir et refermer leur hublot 6 fois en l’espace de 48 heures pour y faire des prélèvements. Sans compter la pose même du hublot, une opération invasive qui génère des douleurs postopératoires et nécessite une prise de médicaments durant plusieurs jours - des antibiotiques durant deux semaines selon un opérateur du centre » détaille L214 dans son rapport.

Les conditions de vie des vaches sont terrifiantes, elles sont contraintes de vivre dans un bâtiment sans paille, sale, à même leurs propres déjections, avec l’estomac perforé. « Les hublots présentent des coulures, voire débordent complètement ».

Crédit photo : Capture d'écran L214 / YouTube

Nagui appelle à « mettre un terme à cette course à la performance qui se fait au détriment de la santé des animaux et de notre santé. Exigeons l'arrêt de ces expériences. Pour Sanders et pour l'élevage intensif (...) aujourd'hui les animaux ne sont que des machines à produire, une simple matière première à notre disposition ».

Le groupe Avril a publié ce jeudi un communiqué dénonçant « une nouvelle fois la manipulation d’images montées, tournées de nuit à des fins sensationnalistes (...) dans le cadre d'une intrusion illégale dans un centre pourtant régulièrement ouvert au public ».

Elle insiste sur le caractère nécessaire du procédé, qui est l’unique solution pour étudier la digestion des protéines végétales. « Cette analyse est essentielle à de nombreux progrès en élevage et permet notamment d’améliorer la santé digestive de millions d’animaux, de réduire l’usage d’antibiotiques en élevage et de réduire les émissions de nitrates et de méthane liées à l’élevage ». Le groupe indique également vouloir remplacer les tests sur les animaux par des méthodes alternatives d’ici 2025.

L’ONG a, elle, décidé de porter plainte auprès du procureur de la République du Mans contre le centre de Sourches pour « expérimentations en dehors des objectifs définis par la loi et sévices graves sur les animaux ». Une pétition a également été mise en ligne.

Source : L214
Dernières news