Des poulets ramassés à la moissonneuse dans des élevages intensifs, la vidéo choc de L214

Par
18 405
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

L’association L214 vient de publier une vidéo choc qui dénonce les pratiques ayant court dans deux élevages intensifs de volailles.

Les images sont dures et témoignent de la cruauté des méthodes utilisées. Des dizaines de milliers de poulets entassés les uns sur les autres, confinés dans des hangars éclairés artificiellement sans jamais voir la lumière du jour.

Tel est le terrible constat que dresse cette vidéo accablante, « tournée clandestinement » en avril et en mars dernier dans deux élevages intensifs de la marque Duc, situés dans les départements de l’Aube et de l’Yonne.

« Ces images ne reflètent ni notre quotidien, ni notre travail »

Des conditions abominables qui tranchent avec le message pourtant véhiculé par la célèbre enseigne fondée par l’homme d’affaire Gerard Bourgoin, puis rachetée en 2017 par l’entreprise néerlandaise Plukon.

Sur le site internet, ont peut lire en effet que « les éleveurs Duc s’engagent et veillent au respect des animaux », leur garantissant des « bonnes conditions de confort », afin d’éviter à ces derniers « les stress inutiles ».

Difficile de croire à ces belles paroles lorsque l’on voit des poulets gavés et obèses, incapables de se mouvoir, agonisant à même le sol avant d’être ramassés comme de vulgaires déchets par un véhicule ressemblant à une moissonneuse.

Une situation insoutenable qui scandalise L214, coutumière des vidéos choc sur les conditions d’élevage en France. « On voit l’enfer dans lequel vivent les poulets et la violence avec laquelle ils sont ramassés », dénonce ainsi Sébastien Arsac, cofondateur de l’association.

Contactée par de nombreuses rédactions en raison du tollé suscité par ces images, Duc n’a pour l’instant pas souhaité s’exprimer.

De son côté, l’ANVOL (l’interprofession volaille de chair) a vivement réagi par la voix de sa directrice Anne Richard, laquelle s’est offusquée de « ces intrusions dans (les) élevages » qui, à ses yeux, « relèvent du harcèlement ».

« Ces images ne reflètent ni notre quotidien, ni notre travail », a-t-elle toutefois précisé, jugeant « inadmissible » le passage du « moissonnage ».

Selon l’association L214, sur 800 millions de poulets élevés en France, « 83% sont détenus en élevage intensif »

À 13 ans, ce jeune Péruvien dirige sa propre banque destinée aux enfants et à l'environnement
Source : L 214
L214 Poulet
Commentaires