L'usage thérapeutique du cannabis jugé « pertinent » par le comité d'experts français qui s'est penché sur la question

Par
8 449
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Un comité d’experts français vient de se prononcer en faveur de l’usage thérapeutique du cannabis.

S’agit-il d’un premier pas vers l’autorisation du cannabis thérapeutique en France ? S’il est encore trop tôt pour l’affirmer, force est de constater qu’une étape a bien été franchie ce jeudi 13 décembre, avec cet avis favorable délivré par le comité d’experts qui s’est penché sur la question.

Désignés par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), ces derniers jugent en effet « pertinent d’autoriser l’usage du cannabis à visée thérapeutique dans certaines situations cliniques et en cas de soulagement insuffisant ou d’une mauvaise tolérance des traitements accessibles ».

Les 13 membres du comité ont établi une liste qui recense plusieurs cas cliniques particuliers dans lesquels la plante de cannabis pourrait s’avérer utile pour les patients.

Ainsi, en cas de douleurs réfractaires, d’épilepsies sévères et pharmacorésistantes, ou encore de spasticité provoquée par la Sclérose en plaque, le cannabis représente un traitement crédible, selon les experts. L’usage thérapeutique est également recommandé pour des soins de support en oncologie mais aussi dans certaines situations de soins palliatifs.

Si l’on s’en réfère aux chiffres communément admis, ce sont au total plusieurs centaines de milliers de patients, souffrant de ces pathologies, qui pourraient donc bénéficier d’un usage thérapeutique.

L’usage thérapeutique du cannabis est jugé « pertinent » par le comité d’expert français qui s’est penché sur la question. Crédit photo : Zapylaiev Kostiantyn / Shutterstock

Le comité se montre favorable à une « évolution de la législation »

Le comité se montre par ailleurs favorable à une « évolution de la législation » en vigueur, à condition toutefois que celle-ci soit très sérieusement encadrée. Il est notamment conseillé de ne pas autoriser l’inhalation du cannabis qui ne devra pas être fumé, en raison des risques que cela pourrait comporter pour la santé.

Les experts préconisent également qu’un suivi rigoureux des patients, via un « registre national », soit mis en place afin d’évaluer au mieux le « bénéfice-risque » du cannabis thérapeutique.

Cet avis favorable devra néanmoins être confirmé par l’ANSM qui décidera « dans les prochains jours (…) des suites à donner à ces travaux », avant d’annoncer sa décision. Si l’agence venait à suivre les recommandations du comité, on pourrait alors parler d’un véritable feu vert.

Rappelons qu’en France, seul un médicament à base de cannabis a pour l’heure obtenu une autorisation de mise sur le marché (AMM), en 2014. Il s’agit du Sativex, un spray buccal destiné à soulager les raideurs et contractions musculaires des personnes souffrant de sclérose en plaques. Toutefois, celui-ci n’est toujours pas commercialisé en raison d’un désaccord sur son prix de vente entre les autorités sanitaires et le laboratoire pharmaceutique qui le produit.

Les patients français faisant usage du cannabis thérapeutique sont donc souvent contraints de s’en procurer illégalement, avec tout ce que cela implique de risques quant à la qualité du produit. D’autres en revanche préfèrent se rendre dans des pays limitrophes où le cannabis médical est autorisé, comme la Suisse par exemple.

Des zones de la forêt amazonienne de la taille d'un « terrain de football » perdues chaque minute
Source : Le Monde
Cannabis
Commentaires