La Nouvelle-Zélande envisage d'interdire le tabac aux personnes nées après 2004

5 754partages

Les personnes nées après 2004 en Nouvelle-Zélande pourraient se voir interdire l'achat de cigarettes, dans le cadre de propositions visant à éradiquer le tabagisme. Cette proposition s'inscrit dans le cadre des efforts déployés par les autorités pour atteindre l'objectif d'un pays sans tabac d'ici 2025, avec une interdiction de fumer qui rendrait le tabac illégal pour les jeunes générations, en plus de l'augmentation progressive de l'âge légal requis pour acheter du tabac.

Crédit : cherylholt

À voir aussi

D'autres initiatives comme l'interdiction des filtres, une réduction significative du niveau de nicotine autorisé dans les cigarettes, un prix minimum et la mise en place de zones limitées où ces produits peuvent être achetés. La docteure Ayesha Verrall, ministre associé de la santé, a confié à nos confrères britanniques du Guardian : « nous avons besoin d'une nouvelle approche. Environ 4 500 Néo-Zélandais meurent chaque année à cause du tabac, et nous devons progresser plus rapidement pour pouvoir atteindre cet objectif. Le statu quo, sans programme de lutte antitabac, ne nous permettra pas d'atteindre cet objectif. »

Les mesures mentionnées précédemment ont été soutenus par des organisations de santé publique telles que la Société néo-zélandaise du cancer, dont la directrice générale, Lucy Elwood, a souligné le nombre élevé de détaillants de tabac dans les communautés à faibles revenus. Elle a déclaré : « cette proposition va au-delà de l'aide à l'arrêt du tabac. Ces inégalités flagrantes sont la raison pour laquelle nous devons protéger les générations futures des méfaits du tabac. Le tabac est le produit de consommation le plus nocif de l'histoire et il doit être éliminé progressivement. »

Le taux de tabagisme est également particulièrement très importante chez les Néo-Zélandais Māori et Pasifika, des populations autochtones de Nouvelle-Zélande. Shane Kawenata Bradbrook, qui milite depuis de longues années pour des communautés locales sans tabac, a affirmé que les propositions « amorceront la disparition définitive des produits liés au tabac dans ce pays. » Et lui d’ajouter : « depuis trop longtemps, l'industrie du tabac rend notre peuple dépendant, le dépouille de son argent avant que nous ne devions l'enterrer dans des cimetières partout dans ce pays. J'ai hâte de faire en sorte qu’elle disparaisse vraiment dans ce coin du monde. »

La lutte radicale contre le tabagisme reçue de façon mitigée par certains partis d’opposition

Le projet a suscité des critiques de la part du parti de droite ACT, qui a affirmé que les personnes les plus pauvres seraient ainsi condamnées à dépenser plus pour fumer en se fournissant au marché noir. Karen Chhour, porte-parole de l'ACT pour le développement social et les enfants, a déclaré : « les fumeurs néo-zélandais qui peuvent le moins se le permettre dépenseront davantage pour garder leurs habitudes et feront du mal à leur entourage si le gouvernement impose une teneur en nicotine plus faible. »

Si le tabagisme est encore courant, les attitudes envers les cigarettes et le tabac ont radicalement changé au cours des cinq dernières années. Les vapoteuses sont de plus en plus populaires dans le monde entier et certains experts pensent que le tabagisme deviendra une chose du passé au cours des 10 à 20 prochaines années.

En tout cas, c’est ce que l’on souhaite tous !

Source : UNILAD
Plus d'articles
À lire aussi