Vaccin Pfizer : une étude menée sur 1,7 million de personnes confirme une sécurité extrême

662partages

Une comparaison des antécédents médicaux des Israéliens vaccinés et non vaccinés montre que les effets secondaires du vaccin Pfizer/BioNTech sont rares et légers dans l’immense majorité des cas. Sur les 25 effets secondaires possibles examinés dans l'étude, seuls quatre étaient plus fréquents chez les personnes vaccinées que chez celles qui ne l'étaient pas, et tous restaient très peu fréquents. En revanche, l'infection augmente le risque d'affections beaucoup plus graves dans une mesure beaucoup plus importante.

Crédit : Département des Bouches-du-Rhône

À voir aussi

La myocardite, une inflammation du muscle cardiaque qui peut provoquer un essoufflement et des battements cardiaques irréguliers, figure parmi les effets secondaires les plus médiatisés de la vaccination par la Covid-19. Selon une enquête publiée dans le New England Journal of Medicine et portant sur une proportion importante de la population israélienne, elle survient à un taux plus élevé chez les vaccinés, mais pas de beaucoup.

On a diagnostiqué une myocardite chez 2,7 individus supplémentaires sur 100 000 par rapport à la population non vaccinée qui n'avait pas attrapé la maladie. La plupart des cas supplémentaires concernaient des hommes âgés de 20 à 34 ans. Cependant, même si la myocardite était votre seule crainte, il serait tout de même conseillé de se faire vacciner partout où la Covid-19 est courant. Chez les personnes non vaccinées qui ont contracté la maladie, le taux d'excès était de 11 pour 100 000, soit quatre fois plus élevé.

L'étude a révélé que l'événement indésirable le plus courant déclenché par la vaccination Pfizer est facilement le gonflement des glandes lymphatiques, qui se produit à un taux supplémentaire de 78 cas pour 100 000. Cependant, comme il s'agit d'une réaction normale à la maladie et d'un phénomène que nous surmonterons plusieurs fois dans notre vie, il vaut mieux ne pas risquer de mourir d'un virus pour l'éviter. De même, les 16 cas supplémentaires pour 100 000 de zona (réactivation d'infections antérieures liées à la varicelle) sont désagréables, mais ne mettent absolument pas la vie en danger. Le dernier effet secondaire, le plus grave, l'appendicite, ne concerne que 5 cas supplémentaires pour 100 000.

D’autres effets examinés dans l'étude ne sont pas plus fréquents chez les personnes vaccinées, mais augmentent considérablement chez les personnes non vaccinées ayant contracté la Covid-19. Il s'agit notamment de lésions rénales, d'embolies pulmonaires, de thromboses veineuses profondes et d'accidents vasculaires cérébraux, avec respectivement 125, 62, 43 et 14 cas supplémentaires pour 100 000.

Crédit : Dado Ruvic / Reuters

Un vaccin extrêmement sûr

« Ces résultats montrent de manière convaincante que ce vaccin à ARN messager est extrêmement sûr et que l'alternative de morbidité «naturelle» causée par le coronavirus expose une personne à un risque significatif, bien plus élevé et beaucoup plus courant d'événements indésirables graves » a déclaré le professeur Ran Balicer de l'Institut de recherche Clalit dans un communiqué. De son côté, Ben Reis, chercheur à l’université d’Harvard, ajoute : « jusqu'à présent, l'un des principaux arguments de l'hésitation à se faire vacciner était le manque d'informations concernant les effets secondaires potentiels du vaccin. Cette étude épidémiologique minutieuse fournit des informations fiables sur la sécurité du vaccin. Nous espérons qu’elles seront utiles à ceux qui n'ont pas encore décidé de franchir le pas. »

Israël a pu obtenir l'accès à certains des premiers vaccins de Pfizer en partie grâce à son système exceptionnel de tenue des dossiers médicaux, qui a permis de suivre les conséquences de la vaccination mieux que presque partout ailleurs dans le monde. Les auteurs de l'article ont utilisé cette structure pour enregistrer les effets secondaires ressentis par 884 828 personnes vaccinées et les comparer avec le même nombre de personnes n'ayant pas reçu le vaccin, appariées par âge, sexe, religion et facteurs de risque connus.

Par rapport aux essais cliniques, les études de ce type portent sur des échantillons beaucoup plus importants et issus de la vie réelle, ce qui permet de révéler des effets même très rares. Elles peuvent également porter sur une période plus longue et sur une population plus diversifiée en termes d'âge et de santé antérieure. En d’autres termes, leurs conclusions sont particulièrement fiables.

Qu’en pensez-vous ?

Source : IFL Science