10 anecdotes surprenantes (et vraiment dégoûtantes) sur le mode de vie lors de la Rome Antique... Mais comment pouvaient-ils vivre comme ça ?

Par
2 570
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Durant son histoire, l’Humanité a traversé des périodes plus ou moins brillantes et plus ou moins sombres. Son évolution est tellement fascinante qu’on a du mal à s’imaginer comment se déroulait le quotidien de nos ancêtres.


En tout cas, quand on pense à la Rome Antique, on pense à l’Empire, la culture et la philosophie latine, et un mode de vie très libertin. Seulement voilà, dans la vie de tous les jours, il y avait vraiment des us et des coutumes très bizarres.


Le rapport des Romains à l’hygiène, par exemple, serait complètement inconcevable aujourd’hui tellement leur mode de vie nous dégoûterait. La preuve avec ces 10 anecdotes qui vous feront regarder cette époque avec un autre œil…


1 – Ils se brossaient les dents et faisaient des bains de bouche… à l’urine

novate.ru


Dans la Rome Antique, l’urine était un véritable fonds de commerce. Le gouvernement avait mis en place des taxes spéciales pour la vente d’urine. Certains vivaient seulement grâce à ce que ça leur rapportait, en collectionnant l’urine dans les urinoirs publics ou en faisant du porte-à-porte.


Mais pourquoi s’en servaient-ils ? Par exemple, ils lavaient leur linge sale dans de l’urine. Pire encore, ils s’en servaient pour laver leurs dents ou faire des… bains de bouche afin de garder leurs dents blanches.


2 – Ils partageaient la même éponge pour s’essuyer les fesses

ok.ru


Les villes romaines avaient des toilettes publiques qui n’étaient vraiment au top de l’hygiène. Chaque toilette pouvait accueillir une douzaine de personnes en même temps. Et ces 12 personnes devaient se partager une seule éponge, qui était fixée au bout d’un bâton, pour s’essuyer les fesses après avoir fait ses besoins. Et si jamais vous vous posez la question : non, l’éponge n’était jamais nettoyée…


3 – Les toilettes explosaient souvent

thefactlife.org


Comme si ce n’était pas suffisant, il y avait un réel risque de mortalité en allant dans ces toilettes publiques. En effet, les Romains pensaient que des créatures vivaient dans les eaux usées, et avaient peur d’être mordus… Pire encore, l’accumulation de méthane engendrait un risque réel d’explosion. Ainsi, avant d’aller faire ses besoins, les Romains avaient recours à leurs divinités, priant pour avoir de la chance de ne pas exploser…


4 – Le sang de gladiateur avait une vertu médicinale

Starz


Les Romains croyaient fermement que le sang de gladiateur pouvait guérir de l’épilepsie, et ils en buvaient. D’autres allaient même jusqu’à se nourrir de leur foie. La croyance en cette vertu médicinale était tellement forte que quand les combats de gladiateurs ont été interdits, les gens ont trouvé un substitut en buvant le sang de prisonniers décapités. Et les médecins approuvaient l’efficacité de ce traitement très glauque.


5 – Les femmes frottaient les cellules de peau morte des gladiateurs sur leur visage

Universal Pictures


Si le sang des gladiateurs morts possédait une vertu médicinale, les cellules de peau morte des vainqueurs avaient, semble-t-il, un effet aphrodisiaque pour les femmes. Les athlètes se nettoyaient à l’huile et grattaient leur peau morte, qui était ensuite récupérée et mise en bouteille pour faire office de crème de visage. Les femmes s’en mettaient avec l’espoir d’être irrésistibles aux yeux des hommes.


6 – Pompéi était recouvert d’œuvres obscènes et pornographiques

bomb01.com


Connue pour sa tragique disparition suite à l’éruption du Vésuve en l’an 79, la ville de Pompéi est décortiquée depuis quelques siècles par les archéologues. Et visiblement, Pompéi était un lieu de libertinage et de débauches sexuelles. Comme on vous le montrait dans cet article, de nombreuses fresques et gravures murales obscènes et pornographiques recouvraient les murs de la ville.


7 – Porter des pénis en pendentif était très tendance et symbole de bonne chance

vremya4e.com


Les pénis étaient très populaires dans la Rome Antique et les Romains ont fabriqué de nombreux accessoires à l’effigie de l’organe sexuel masculin. Ils en portaient autour du cou sans problème. Plus qu’une tendance de mode, le pénis était surtout un symbole de « bonne chance ».


8 – C’est un Romain qui fut le premier à… montrer ses fesses !

haikudeck.com


Une anecdote qui marqua l’histoire de l’Humanité, racontée pour la première fois par Flavius Josèphe, un prêtre juif. Lors d’une émeute à Jérusalem, les soldats romains étaient postés à l’extérieur de la ville afin de surveiller les prémices d’une révolte. Ils étaient supposés maintenir la paix, mais un soldat est sorti de son rôle comme le décrit Josèphe : « Il a baissé le dos de ses vêtements, leur a détourné son visage et avec ses fesses face à eux, il s’est accroupi de façon effrontée et leur a sorti un son nauséabond ».


Furieux, les Juifs demandèrent que le soldat soit puni et ils ont commencé à lancer violemment des pierres sur les soldats romains. Jérusalem a sombré dans une émeute à cause d’un geste somme toute anodin.


9 – Les Romains vomissaient volontairement pour manger encore et encore

kykyryzo.ru


À Rome, tous aimaient vivre dans l’excès. Du sexe jusqu’à la boisson, sans oublier la gastronomie. Ainsi, les Romains se faisaient vomir afin de continuer à manger. Parfois, certains prévoyaient des bols de vomi sur leur table, d’autres vomissaient directement par terre. Et ce sont les esclaves qui ramassaient les restes. Bon appétit !


10 – Les conducteurs de char buvaient de la boisson énergisante faite à partir d’excréments de chèvre

sergeev.ws


Les Romains avaient pour habitude de panser leurs plaies et leurs blessures avec des excréments de chèvre. Le plus étonnant, ce sont les auriges (conducteurs de char) qui en buvaient en guise de boisson énergisante, en les mélangeant avec du vinaigre (bonjour le goût…). Et cela n’avait rien d’une astuce de pauvre puisque selon Pline l’Ancien, écrivain romain, personne n’en raffolait plus que l’empereur Néron.


Délicieuses ces coutumes, n’est-ce pas ?

VIDEO : Avec le hashtag #JeKiffeMonDécolleté, des femmes revendiquent leur droit à s'habiller comme elles le désirent
Source : Listverse
Commentaires