Le conducteur de la camionnette, qui a tué dix personnes à Toronto, se réfère aux Incels, une communauté de célibataires... Mais qui sont-ils réellement ?

Par
2 362
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Si, pour certains, être célibataire est la promesse d'une liberté sans faille, pour d'autres, être célibataire constitue un fardeau, une honte et un gage de solitude. Depuis le 23 avril, après l'attaque de la voiture-bélier rue Yonge, à Toronto, un nouveau genre de célibataires a été mis en lumière. Et s'il n'est pas toujours facile d'être seul, une communauté d'hommes célibataires qui sévit sur Internet n'hésite pas à jeter la pierre...aux femmes.

Hier, nous évoquions les faits qui se sont déroulés à Toronto, sur l'une des plus grandes avenues de la ville. 10 personnes y trouvaient la mort et 15 se sont retrouvés grièvement blessés. Alors que la communauté internationale a pensé à un attentat, rappelant les événements de Nice, de Londres, de Barcelone, de Berlin ou encore de New York, les autorités ont été claires ; il s'agit d'un acte isolé, qui n'a pas pour vocation de menacer la sécurité nationale. La motivation était bien ailleurs. Se venger des femmes. Loufoque et invraisemblable, la communauté des Incels (Involuntary Celibate, qui signifie "Célibataires Involontaires") a pourtant sévi. Et ce n'est pas la première fois.

Avant de passer à l'acte, Alek Minassian a emboîté le pas à Elliot Rodger, un membre de la communauté des Incels qui, en 2014, a tué 6 personnes après avoir publié une vidéo dans laquelle il vantait ses qualités : « Je suis le mec parfait et pourtant vous préférez vous jeter dans les bras d’hommes odieux plutôt que moi, le gentleman suprême ». Vous l'aurez compris, la communauté abrite uniquement des hommes célibataires, entre 18 et 35 ans comme le révèle Le Monde. Ils ont en commun la pensée féroce que leur célibat résulte de la responsabilité des femmes. Uniquement. Sans jamais se remettre en question. Bonjour misogynie et egos gonflés à bloc.

La haine des femmes, moteur de rassemblement

« La rébellion des Incels a déjà commencé. On va renverser tous les 'Chads' et 'Stacys'», écrivait Alek Minassian avant de passer à l'acte ce 23 avril. Dans la vidéo de Elliot Rodger, intitulé « Chaîtment », il assène les femmes d'être coupables de son malheur en insistant sur le fait qu'elles l'ont « rejeté » car n'ont jamais été « attirées » par lui, un constat qu'il qualifiait d'injuste, pire encore, de « crime ». Pour comprendre le sens de leur message, il est nécessaire de saisir le champ lexical de ces célibataires involontaires.

Sur Incels.me, le site où se retrouvent ces hommes en mal d'amour, les insultes pleuvent et les hommes n'ont pas peur de comparer les femmes à des créatures « diaboliques ». Pour eux, les femmes « prennent plaisir à malmener, à moquer ou à humilier des hommes dès qu’elles le peuvent » et sont des « salopes, incapables d'aimer ». Et, pour aller un peu loin, ils surnomment les femmes, puisque le mot « female » est absolument banni des forums de discussion du site, « femoid », à mi-chemin entre femme et humanoïde. Une jolie façon de rendre la femme inhumaine, donc.

Et alors, « chads », c'est quoi ? Concrètement, les « chads » sont la menace principale des hommes de la communauté Incel. Ils représentent tout ce qu'ils détestent et tout ce qu'ils envient dans le même temps. L'homme dont rêve chaque femme. Beau, aimé de tous, actif sexuellement et qui, par essence, sait parvenir à ses fins avec les femmes. Les « chads » volent les femmes aux incels. Les femmes qui sont volées aux Incels par les Chads sont donc appelées « Staceys », pour désigner les femmes en couple.

Des règles floues qui prescrivent le viol

Sur le site des incels, quelques notions nous sont offertes. Ainsi, le terme « incel » est défini comme une « personne qui n'est pas en couple et qui n'a pas eu de rapports sexuels depuis longtemps, malgré de nombreuses tentatives ». Incel se différencie alors de « truecel » qui est un « type d'incel qui n'a jamais eu de relation sexuelle ou d'union, malgré de nombreuses tentatives ». Vient ensuite le « mentalcel » qui un « type d'incel dont la raison de l'échec dans les relations / le sexe est lié à la maladie mentale ou à des insécurités majeures ». Et enfin, il y a le « volcel » qui « pour diverses raisons, est abstinent et ne pratique pas le sexe ». Tous ces différents types d'incels sont autorisés sur les forums de discussions.

En revanche, certains types de personnes sont strictement interdits, comme stipulé dans le règlement qui apparaît sur le site. Ainsi, les femmes sont bannies, directement, « sans exception », de même que les « fakecel » qui sont des personnes qui prétendent « être incel mais qui ont récemment eu une relation sexuelle ou une relation amoureuse ». Il est interdit de harceler ou d'humilier un utilisateur, de faire part d'expériences sexuelles, « rappelez-vous que c'est un forum pour les incels ». Il est également interdit de parler d'activités illégales, en ce sens, « il y a une différence, par exemple, entre 'je souhaite que X meure' et 'je vais tuer X' ». Et si la diffusion de photographies pornographiques doit être signalée, on peut lire sur le site que « le viol est sûrement cent fois plus plaisant que le sexe classique ».

Pour le moment, les autorités ne sont pas en mesure de déterminer si ses motivations étaient vraiment celles qu'il prétend, c'est-à-dire, viser les femmes dans son attaque à la voiture-bélier, même si l'enquêteur Gibson a précisé que les victimes étaient « majoritairement des femmes de la mi-vingtaine à environ 80 ans ».

VIDEO : La version étendue d'Avengers : Endgame va sortir en France
Source : Incels
Toronto
Commentaires