Les histoires du Père Castor classées au patrimoine mondial de l'UNESCO, se hissant au même statut que la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen

Par
9 783
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Vous le connaissez forcément. Peut-être a-t-il bercé votre enfance avec ses histoires. Depuis le 31 janvier, l’UNESCO compte dans ses registres les histoires du Père Castor, classées sous la bannière « Mémoire du monde ».

« Comment les histoires de Père Castor peuvent-elles figurer au patrimoine mondial de l’UNESCO au même titre qu’un chef-d’œuvre du 7e art tel que Metropolis de Fritz Lang, ou que la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ? » vous demandez-vous peut-être. Il s’avère que ces histoires ont intégré la liste de l’UNESCO parce qu’elles ont été à juste titre reconnues pour leur valeur éducative. Les albums sont ainsi « considérés comme des classiques de la littérature enfantine, traduits dans une vingtaine de langues »: leur importance dans l’éducation morale des enfants n’est plus à prouver.

Dailymotion / Les Histoires de Père Castor - Ne dérangez pas les dragons !
Ce sont très précisément les archives de la collection de livres du Père Castor qui sont désormais classées par l’UNESCO. Celles-ci contiennent les premiers dessins originaux et des milliers de documents compilés entre les années 1930 et 1960, comprenant des articles de presse de l’époque sur les albums sortis ou encore des lettres d’enfants au Père Castor. Elles sont conservées à la médiathèque de Meuzac, en Haute-Vienne, terre de résidence à partir de la Seconde Guerre Mondiale de Paul Faucher, fondateur de la maison d’édition du Père Castor.

La commune s’attend à une foule de visiteurs maintenant que les archives ont une telle importance aux yeux de l’humanité tout entière. C’est Anne-Catherine Faucher, la petite-fille de Paul Faucher, qui s’en réjouit, devenue à son tour éditrice, et fière du travail accompli par son grand-père. Rappelons que Paul Faucher est considéré comme le fondateur de l’Éducation nouvelle, courant pédagogique incarnant l’idée selon laquelle l’apprentissage doit avant tout reposer sur le progrès global d’un individu, et non sur l’accumulation de simples connaissances théoriques, tout en considérant que tous les domaines pédagogiques ont une valeur strictement égale.

Un chien refuse de s'éloigner de l'endroit où son maître est mort 18 mois plus tôt
Source : UNESCO
Unesco
Commentaires