Les pharmaciens bientôt autorisés à délivrer des médicaments en urgence sans ordonnance

Par
1 229
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Le député La République en marche (LREM) et rapporteur du projet de loi Santé, Thomas Mesnier, va déposer un amendement pour que les pharmaciens puissent délivrer en urgence des médicaments normalement prescrits sur ordonnance, rapporte France Info ce jeudi 28 février.

L’amendement doit être débattu à l'Assemblée nationale le mois prochain. Il sera porté par la majorité et soutenu par Carine Wolf-Tahl, pharmacienne à Rouen et présidente de l’ordre des pharmaciens. «  En cas de petite urgence, il est souvent difficile pour les Français d’avoir accès à une solution hormis d’aller aux urgences quand un médecin traitant n’est pas disponible  », explique-t-elle à France Info.

Les pharmaciens pourraient bientôt délivrer certains médicaments sans ordonnance. Crédits photo : Shutterstock / i viewfinder

Pour ajouter : «  Ce que nous proposons, c’est que les pharmaciens dans des pathologies qu’on va dire bénignes ou des petites urgences, puissent délivrer un médicament qui est normalement prescrit par un médecin, type cystite, conjonctivite, petite dermatite inflammatoire. »

Les médicaments seraient fournis par le pharmacien pour dépanner les patients en cas de petite urgence et lorsque le médecin n'a pas la possibilité de le faire en soirée ou le week-end. Néanmoins, la liste des pathologies concernées reste encore à préciser.

«  Aujourd’hui, une jeune fille qui a une infection urinaire va attendre deux/trois jours dans certaines villes de France pour avoir un rendez-vous et elle va souffrir atrocement alors que cela aurait pu être traité par un comprimé antibiotique. On n’est pas en train les changer les métiers, on est en train de faciliter la vie quotidienne de nos concitoyens  », avait rappelé la ministre de la Santé Agnès Buzyn lors du précédent débat sur le sujet, à l’automne dernier.

Avec cet amendement, cette pratique serait désormais légale, encadrée par des règles strictes et pratiquée en accord avec les médecins traitants. Le 26 octobre dernier, le député Thomas Mesnier avait déjà proposé cet amendement mais avait été rejetée par l’Assemblée. Les syndicats de médecins jugeaient que le travail des pharmaciens n’était pas d’établir un diagnostic et qu'en cas d'erreur, la santé des patients serait mise en danger.

Source : France Info
Amendement Santé
Commentaires